Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

L’AfD en Allemagne, la mémoire vivante du nazisme en Autriche

landeckAlors qu’en Autriche on s’émeut, non sans raison bien sûr, de l’entrée d’un parti d’extrême droite allemand au Bundestag suite aux élections du 24 septembre, peu de commentateurs s’intéressent aux dernières actualités concernant le néonazisme et l’extrême droite en Autriche – pays où l’extrême droite est non seulement depuis longtemps au parlement mais où elle a été au pouvoir de 2000 à 2006 et pourrait bien y revenir après les élections législatives prévues le 15 octobre prochain. La métaphore de la paille et de la poutre, encore et toujours…

Prenons le Tyrol par exemple, l’une des neuf provinces autrichiennes, province que l’extrême droite ne codirige pas (comme c’est le cas au Burgenland ou en Haute-Autriche). Lors de l’ouverture de l’Oktoberfest de Munich, un défilé de fanfares traditionnelles a toujours lieu. Le 22 septembre, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung rapportait que deux fanfares du Tyrol avaient joué une marche nazie, la « Standschützenmarsch ». Lire la suite

Publicités

26 septembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Mémoire, Nazisme | , , , | Laisser un commentaire

Les vieux démons du nationalisme

Immernocht

Kurier, 5 mars 2017, “Autrichiens mais toujours turcs”

En Autriche comme en France, ailleurs en Europe ou aux États-Unis, le principal danger ne vient pas tant des partis d’extrême droite que des partis de gouvernement qui appliquent – souvent sans l’assumer ouvertement – le programme des partis nationalistes xénophobes. On le voit régulièrement en Hongrie avec la politique menée par Viktor Orbán qui concurrence ainsi le Jobbik sur sa droite (cf. le livre de Joëlle Stolz, Hongrie. L’apprentie sorcière du nationalisme, ici ma recension). La dernière mesure en date consiste d’ailleurs, en Hongrie, à interner les demandeurs d’asile qui refusent de retourner immédiatement en Serbie (cf. cet article du Standard).

En même temps, c’est paradoxalement M. Orbán qui a critiqué le dernier projet du gouvernement autrichien consistant à réduire les allocations familiales pour les étrangers communautaires qui travaillent en Autriche mais dont les enfants sont restés dans le pays d’origine. Lire la suite

8 mars 2017 Posted by | Asile, Autriche, Extrême droite, FPÖ, Immigration, Uncategorized | Un commentaire

Compromis(sion) du nouveau président autrichien

wkr12

“Des nazis dans la Hofburg ? Ca fait tellement 1938! Non au WKR-Ball” (manifestation de janvier 2012)

Le 27 janvier est la journée internationale de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, en souvenir de la libération du camp d’Auschwitz par l’armée soviétique, il y a 72 ans. Or, chaque année depuis 1952, à cette période, le gratin de l’extrême droite autrichienne et européenne se réunit à Vienne pour « l’Akademikerball » (avant 2013 sous l’appellation « WKR-Ball »). Il s’agit d’un bal où l’on retrouve chaque année des négationnistes notoires ou des représentants de groupuscules néonazis. Jean-Marie Le Pen y fut invité, sa fille Marine aussi, le 27 janvier 2012, ce qui avait d’ailleurs eu des conséquences judiciaires en France, SOS Racisme gagnant le procès que le Front national lui avait intenté en diffamation. Depuis 2010, de nombreux manifestants exigent que ce bal de la honte ne se tienne pas dans la Hofburg, siège de la présidence autrichienne, équivalent de l’Elysée pour la France. En 2011, la manifestation contre le WKR-Ball avait été interdite précisément  le 27 janvier, lorsque les forces antifascistes souhaitaient s’opposer à la tenue de ce bal dans ce lieu (cf. ce billet). La date est lourde de symbole.

A Vienne, la veille du 27 janvier 2017, le président Alexander van der Bellen, proche des écologistes, a pris ses fonctions et a prêté serment, suite à son élection contre le candidat d’extrême droite au terme d’une campagne de près de dix mois le 4 décembre dernier. Interrogé par des lycéens sur la tenue de l’Akademikerball le 3 février prochain (les organisateurs ont sciemment évité cette année la date du 27 janvier), Lire la suite

28 janvier 2017 Posted by | Autriche, FPÖ, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | , , , | 5 commentaires

Un nouveau Komintern brun ?

lenine

Heinz-Christian Strache, Norbert Hofer, Vladimir Ilitch Oulinaov dit Lénine (montage de G. Walter trouvé sur Facebook)

A l’heure où l’on s’interroge sur le rôle joué par la Russie dans la dernière campagne présidentielle étasunienne, des documents concernant le principal parti d’extrême droite autrichien, le parti libéral autrichien (FPÖ), viennent d’être divulgués. Avant même le deuxième tour des élections présidentielles autrichiennes, le 28 novembre, une déclaration d’intention a été préparée entre le parti ‘Russie unie’ qui soutient Vladimir Poutine et le FPÖ dirigé par Heinz-Christian Strache et dont Norbert Hofer vient de porter les couleurs à l’élection présidentielle (obtenant 46% des voix). Le point 6 de l’accord prévoit « d’éduquer la jeune génération dans l’esprit du patriotisme et de la joie au travail. » En dehors de cela, il est essentiellement question de renforcer les échanges économiques et multiplier les rencontres dans tous les domaines.

 

Jusqu’à présent le FPÖ n’était pas ouvertement pro-russe mais s’opposait par exemple aux sanctions économiques décidées après l’annexion de la Crimée. Ce rapprochement officiel place le FPÖ sur le point de devenir un allié officiel du parti ‘Russie unie’, avec le Parti communiste chinois ! Lire la suite

19 décembre 2016 Posted by | Autriche, FPÖ, Uncategorized | , , , | 4 commentaires

Soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !

electionsautrichePrésidentielles autrichiennes : soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !
Alors que Van der Bellen a tout d’un gentil grand-père qui ne fera pas de mal à une mouche et qu’il se présente à un poste dont le rôle est surtout honorifique, 47% des gens ont préféré voter à l’extrême droite. Alors pas de « vive l’Autriche » pour moi (contrairement à ce que je lis un peu partout). Pour mémoire, au deuxième tout « Chirac – Le Pen », en 2002, c’était 18-82%. Si nous vivons aujourd’hui un jour historique, c’est que c’est le score le plus haut d’un parti d’extrême droite dans l’histoire de l’Europe. Désolé pour la comparaison, mais même Hitler n’a jamais dépassé les 37%, c’était en 1932, aux dernières élections à peu près libres de la République de Weimar. Et non ce n’est pas le point Godwin. Facts just facts. Le FPÖ reste le premier parti du pays, autour de 35% des intentions de vote, à 8 et 11 points devant les partis de gouvernement. Le gouvernement est en crise, les deux partis au pouvoir sont scindés à cause de la politique à adopter face au FPÖ, on peut s’attendre au pire aux élections législatives à venir, probablement au printemps.

A noter enfin, ce sont les femmes qui ont assuré la victoire de A. Van der Bellen. Selon un sondage réalisé sur 1218 personnes le soir des élections, elles ont voté à 62% pour lui (69% chez les 16-29 ans !) pendant que les hommes votaient à 56% pour N. Hofer (58% chez les hommes de 30 à 59 ans). Avec le bac, les Autrichiens votent à 74% VDB (83% avec un diplôme universitaire). Les ouvriers votent à 85% pour Hofer…

4 décembre 2016 Posted by | Extrême droite, FPÖ | , , | 4 commentaires

Plongée au sein de l’extrême droite autrichienne

wnfpo-ptTrès affable, c’est Michael Stumpf, un cadre du Parti libéral autrichien (FPÖ), qui accueille les nouveaux visages et salue chaleureusement les habitués. Nous sommes à une « Stammtisch », une table des habitués, un « jour fixe ». Cette réunion a lieu toutes les deux semaines, les bols de chips et de cacahuètes sont déjà sur les tables et au fur et à mesure que les gens prennent place, des canettes de bière sont ouvertes et des cigarettes allumées. On compte deux tiers d’hommes et un tiers de femme, de 20 à 70 ans.

Le Parti a depuis longtemps pignon sur rue et les sorties de Jörg Haider faisant l’éloge du Troisième Reich sont oubliées. Il y a bien deux caméras qui filment en permanence la devanture du local situé sur une place du troisième arrondissement de Vienne, mais les militants et sympathisants ne se cachent pas, c’est plus pour éviter le vandalisme d’éventuels opposants. Peu avant 19h30, une petite trentaine de personnes ont su braver le froid presque glacial du dernier mercredi de novembre. Une députée au Parlement de Vienne, Ulrike Nittmann, s’apprête à prendre la parole pour donner des nouvelles de ce qui se passe au sein du Land et dont bien sûr les « merdias » ne pipent mot (« Lügenpresse »). Un autre député, son collègue Dietrich Kops, se charge de la présentation. Lire la suite

2 décembre 2016 Posted by | FPÖ, Uncategorized | , | Un commentaire

Sept partis d’extrême droite à Vienne au « printemps des patriotes »

DSC_7156

Vienne, 17 juin 2016

Il y a deux ans, le principal parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ, lançait à Vienne un mouvement européen de « jeunes patriotes », le YEAH (cf. ce billet). Aujourd’hui, vendredi 17 juin 2016, il s’agissait davantage d’une démonstration de force, cette fois-ci dans le parlement – le symbole compte – et non au siège du FPÖ. Marine Le Pen était l’invitée d’honneur du FPÖ, pour un « Printemps des patriotes » censé sortir les citoyens de « l’hiver européen ». Si, au niveau du parlement européen, il existe déjà Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés regroupant les principaux partis d’extrême droite en Suède, Belgique, Italie, République tchèque et France, à Vienne il y avait ce vendredi à Vienne plus de drapeaux mais pas que des drapeaux de pays : Gerold Annemans était présenté avec le drapeau de Flandres (et non le drapeau belge) et Lorenzo Fontana, qui siège à Bruxelles pour la Ligue du nord était présenté avec le drapeau vénitien (et non italien). Lire la suite

17 juin 2016 Posted by | Autriche, Europe, Extrême droite, FPÖ, France, Uncategorized | | Laisser un commentaire

L’extrême droite en Autriche, diabolisation et dédiabolisation

bulletin

Le bulletin pour le second tour, le 22 mai, avec mention des titres académiques bien sûr

Plus de 35% au premier tour des élections présidentielles, le Front national en a rêvé, le « Parti libéral autrichien » (FPÖ) l’a fait. Mieux encore, ce parti nationaliste est en bonne voie pour ravir le poste de président de la république alpine. Contrairement à ce que l’on peut lire dans certains journaux, le poste de président n’est pas purement honorifique en Autriche : selon la constitution de 1929 encore en vigueur car réactivée en 1945, le président fédéral est non seulement le chef des armées mais il peut aussi dissoudre le Parlement ou destituer le gouvernement. Élu pour six ans, c’est lui qui nomme le chancelier et valide le choix de ce dernier lorsqu’il forme un gouvernement. Jusqu’à présent, le président ayant toujours été membre des deux partis qui se partagent le pouvoir depuis l’après-guerre, les sociaux-démocrates du SPÖ et les conservateurs de l’ÖVP, le président a toujours renoncé à ses pouvoirs, laissant le chancelier gouverner et se contentant de quelques déplacements dans le cadre de la politique étrangère ou de déclarations sur des sujets de société, un peu comme le fait le président du grand pays voisin, l’Allemagne. Cette fois-ci, les partis de gouvernement ont été laminés (SPÖ à 11,3%, ÖVP à 11,1%). Une première explication du vote est bien entendu le rejet de la grande coalition au pouvoir depuis 2007, d’abord sous le chancelier Gusenbauer, puis de 2008 à mai 2016 sous la houlette de Werner Faymann qui a abandonné ses fonctions le 9 mai dernier, démissionnant de la présidence du SPÖ et du poste de chancelier. Depuis la création de la Seconde république, en 1945, il y a d’ailleurs toujours eu une « Große Koalition » au pouvoir, sauf sur les périodes 1966-1987 et plus récemment 2000-2006, lorsque les conservateurs ont gouverné avec le FPÖ dirigé par Jörg Haider (1950-2008). Lire la suite

15 mai 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | 4 commentaires

Prise de pouvoir de l’extrême droite en Autriche

 

cartebleue

Partis arrivés en première position au premier tour des élections présidentielles du 24 avril, en bleu l’extrême droite (détails ici).

Inexorablement, l’extrême droite progresse en Autriche, avec aujourd’hui 35,3% des suffrages exprimés aux élections présidentielles. L’arithmétique électorale d’abord. Les journalistes qui suivent l’actualité autrichienne partent souvent du score de Heinz-Christian Strache, le sémillant président du FPÖ (« parti libéral d’Autriche »), aux dernières élections législatives de 2013. Ils oublient souvent qu’il convient d’ajouter le score du BZÖ (« l’alliance pour l’avenir de l’Autriche », parti de Jörg Haider, sur le déclin depuis la mort de ce dernier en 2008) et le score de la Team Stronach (maintes fois citée sur ce blog), et dont l’orientation idéologique ne fait aucun doute lorsque le président de son club parlementaire compare en séance plénière les réfugiés à des Néandertaliens. On arrivait alors à 30% des voix à l’extrême droite. Le gouvernement étant issu d’une « große Koalition » entre les sociaux-démocrates et les conservateurs, le FPÖ, est rapidement devenu le parti d’opposition. Les élections régionales sont importantes dans un pays fédéral comme l’Autriche et elles n’ont pas lieu en même temps. Au printemps 2015, au Burgenland, une région frontalière avec la Hongrie, ce sont les sociaux-démocrates du SPÖ qui ont accepté de gouverner avec le FPÖ qui n’avait pourtant obtenu que 15% des suffrages (6 points de plus qu’aux élections précédentes). Peu après, ce sont les conservateurs de l’ÖVP qui ont intronisé le FPÖ à la tête de la Haute-Autriche, le parti de M. Strache ayant obtenu 30% des voix (voir « Alerte brune en (Haute-)Autriche »). A Vienne, début octobre, alors que la crise européenne concernant l’accueil des demandeurs d’asile occupait déjà la une de tous les journaux, le FPÖ avait obtenu 31% des suffrages, pas assez pour mettre en péril la coalition entre les sociaux-démocrates et les écologistes dans Vienne-la-rouge. Lire la suite

25 avril 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Réfugiés, Uncategorized | , | 5 commentaires

Manif et contre-manif à Liesing

Demo_Liesing

Délégation du quartier de Meidling à la contre-manifestation

Liesing est un quartier populaire de Vienne excentré, au sud-ouest de la ville (le 23ème sur 23 arrondissements). L’actuel chancelier, M. Faymann, y a occupé les fonctions de secrétaire d’arrondissement du parti social-démocrate. Aux dernières élections régionales, en octobre dernier, cet arrondissement a failli basculer à l’extrême droite (avec plus de 34% des voix), comme ce fut le cas de Simmering ou Floridsdorf, deux autres arrondissements populaires passés du parti social-démocrate au Parti de la liberté (le FPÖ, d’extrême droite). Depuis quelques mois, il est prévu qu’un centre de demandeurs d’asile qui n’héberge actuellement, depuis début mars, que 56 personnes (dont une vingtaine d’enfants) fonctionne comme initialement prévu avec jusqu’à 750 réfugiés. Lire la suite

15 mars 2016 Posted by | Asile, Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire