Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

“A contre-courant” – Y aura-t-il aussi une place honorant les victimes des foyers d’enfants ?

UB2

Mme Bock, à droite, sceptique devant le témoignage d’une ancienne pensionnaire du foyer de Wilhelminenberg

Dans la deuxième moitié du 20ème siècle, environ 100 000 enfants et adolescents ont été enfermés en Autriche dans des foyers. Les brimades y étaient systématiques et les cas d’esclavagisme légion (par exemple pour les entreprises Swarovski et Darbo). Il y eut des milliers de viols (autant sur les garçons que les filles), une prostitution forcée répandue, un sadisme poussé au-delà de l’imaginable (par exemple des amputations de doigts pour « lutter » contre la masturbation) et des expériences médicales menées sur des enfants considérés comme du matériel humain. Ceci concernait aussi bien les foyers gérés par l’Eglise catholique que les foyers publics, la différence notable étant la part plus importante de crimes sexuels dans les foyers catholiques (66 contre 44% parmi les cas recensés). Ceci constitue, comme l’a écrit le journaliste et sociologue Hans Weiss dans son livre Lieu du crime : foyer d’enfants (Tatort Kinderheim), le « plus grand crime de la Seconde République » (voir sur ce blog deux articles datant de l’année de la sortie du livre, 2012 : « Des méthodes nazies dans les foyers d’enfants jusqu’aux années 1970 ! » et « Autriche – Le plus grand crime de la Seconde République »).

Mme Ute Bock, figure marquante du pays en raison de son engagement à partir des années 1980 pour les demandeurs d’asile, est décédée le 19 janvier. Lire la suite

25 janvier 2018 Posted by | Asile, Autriche, Vienne | | Laisser un commentaire

La solidarité au quotidien dans un quartier de Vienne

gatoMark est un Allemand qui vit à Vienne depuis une douzaine d’années et qui travaille dans la communication. Lorsqu’il a appris, début septembre, que des milliers de demandeurs d’asile arrivaient dans le plus grand dénuement à la frontière hongroise, il est parti avec sa femme et il est resté pendant 30h non-stop pour aider. De retour à Vienne, il a cherché à organiser une collecte de vêtements et son local a servi de dépôt. Tout naturellement, le 7 septembre, il a utilisé le réseau de voisinage « Fragnebenan » (qui avait fait l’objet d’un billet sur ce blog) puis, le 9 septembre, il a créé sous Facebook un groupe intitulé « Meidling – Refugees are Welcome », dont l’effectif ne cesse de croître (577 personnes à ce jour). Lire la suite

7 décembre 2015 Posted by | Autriche, Immigration, Vienne | , , | Laisser un commentaire

Vienne, moment de répit sur la route des Balkans

Centre de dépôt de dons Caritas

Tous les dessins sont de Pauline Binoux

Marquée par son passé, l’Autriche s’engage sans hésiter auprès des réfugiés. Dans la gare où les réfugiés affluent, à Westbahnhof, c’est une jeunesse colorée qui se mobilise auprès des associations et institutions.

Des employés des chemins de fer autrichiens (ÖBB) distribuent à la gare de l’ouest (Westbahnhof) des dépliants en trois langues, allemand, anglais et arabe, commençant par « si vous avez besoin de manger, de boire, d’un soutien médical, de toilettes ou d’hébergement, adressez-vous s’il vous plaît à nos agents ». Au dos, un plan explique comment se rendre à la distribution de nourriture organisée par la Caritas. Stephan, employé de cette organisation caritative catholique très bien implantée en Autriche, est responsable de l’accueil des migrants. Le lundi 31 août, pas moins de 3650 réfugiés sont arrivés à la Westbahnhof (gare de l’ouest), en provenance de Budapest. Lire la suite

12 septembre 2015 Posted by | Autriche, Vienne | , , | Laisser un commentaire

Les étonnements d’un touriste à Vienne

(cc) Doronenko/Wikipedia

(cc) Doronenko/Wikipedia

A nouveau, voilà un invité sur ce blog, Louis-Albert Serrut, auteur réalisateur qui raconte ses impressions à la vue de l’une des tours de DCA conservées à Vienne.

Au hasard de mes pérégrinations viennoises dimanche 26 octobre 2014, jour de fête nationale en Autriche, j’ai découvert la maison de la mer, Haus des Meeres. Aucun doute sur l’origine de ce blockhaus, affreux monstre de béton installé en pleine ville. Je découvre ensuite que cette architecture militaire se retrouve en double exemplaire à Augarten et à Arenbergpark. Là, une des tours est devenue un lieu de dépôt d’art contemporain. Une plaque indique que ces tours ont été construites par les nazis avec pour main-d’œuvre les prisonniers de guerre. Une rapide recherche sur internet me renseigne précisément sur l’origine et le contexte de ces constructions, réalisées avec tout ce que recouvre le bel euphémisme « des travailleurs forcés » (« Zwangsarbeiter« ).

Outre la laideur de ces mastodontes, quel sens à leur maintien et leur réutilisation ? Je ne serais pas heureux, si j’étais artiste, qu’une de mes œuvres soit entreposée dans ce vestige du régime nazi. Lire la suite

5 novembre 2014 Posted by | Vienne | , , | 8 commentaires

Une maison close s’ouvre sur la ville

Cliquer pour agrandir

Vienne, 29 août 2014 (photo JS)

Rien ne va plus dans la très distinguée capitale autrichienne avec ce qu’on appelle ici les « Bordelle ». La prostitution est autorisée dans le pays mais les prostituées sont contraintes d’exercer dans des zones bien délimitées ou dans des maisons closes qui se contentent en général de publicité dans les journaux populaires comme la Kronen Zeitung ou les gratuits du métro (Heute, Österreich, cf. cet exemple). Or, depuis le début du mois d’août, cinq camionnettes immatriculées en Hongrie font de la publicité, sur les quatre côtés de leur carrosserie, pour un établissement « only for gentlemen » (cf. photo). Pour toucher le public cible idéal, ces petits camions sont situés devant des lieux très passagers, ici devant l’Albertina, un des principaux musées de peinture de la ville. A la mairie comme au niveau fédéral, les services sont pris au dépourvu et dans un premier temps, seules des contraventions de 48 euros pour stationnement illégal ont été déposées (car le stationnement est limité à deux heures dans le centre et ces véhicules y stationnent pendant des jours). Lire la suite

31 août 2014 Posted by | Féminisme, Vienne | , , | 5 commentaires

Que pour les cendres

Asche-pt Krema-ptInscription malheureuse à l’entrée du crématorium du cimetière principal de Vienne (le Zentralfriedhof). Il y a une poubelle destinée à recevoir les cendres de cigarette mais la mention « Seulement pour les cendres » (Nur für Asche) pourrait prêter à confusion dans ce lieu…

25 août 2014 Posted by | Autriche, Vienne | Un commentaire