Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Prise de pouvoir de l’extrême droite en Autriche

 

cartebleue

Partis arrivés en première position au premier tour des élections présidentielles du 24 avril, en bleu l’extrême droite (détails ici).

Inexorablement, l’extrême droite progresse en Autriche, avec aujourd’hui 35,3% des suffrages exprimés aux élections présidentielles. L’arithmétique électorale d’abord. Les journalistes qui suivent l’actualité autrichienne partent souvent du score de Heinz-Christian Strache, le sémillant président du FPÖ (« parti libéral d’Autriche »), aux dernières élections législatives de 2013. Ils oublient souvent qu’il convient d’ajouter le score du BZÖ (« l’alliance pour l’avenir de l’Autriche », parti de Jörg Haider, sur le déclin depuis la mort de ce dernier en 2008) et le score de la Team Stronach (maintes fois citée sur ce blog), et dont l’orientation idéologique ne fait aucun doute lorsque le président de son club parlementaire compare en séance plénière les réfugiés à des Néandertaliens. On arrivait alors à 30% des voix à l’extrême droite. Le gouvernement étant issu d’une « große Koalition » entre les sociaux-démocrates et les conservateurs, le FPÖ, est rapidement devenu le parti d’opposition. Les élections régionales sont importantes dans un pays fédéral comme l’Autriche et elles n’ont pas lieu en même temps. Au printemps 2015, au Burgenland, une région frontalière avec la Hongrie, ce sont les sociaux-démocrates du SPÖ qui ont accepté de gouverner avec le FPÖ qui n’avait pourtant obtenu que 15% des suffrages (6 points de plus qu’aux élections précédentes). Peu après, ce sont les conservateurs de l’ÖVP qui ont intronisé le FPÖ à la tête de la Haute-Autriche, le parti de M. Strache ayant obtenu 30% des voix (voir « Alerte brune en (Haute-)Autriche »). A Vienne, début octobre, alors que la crise européenne concernant l’accueil des demandeurs d’asile occupait déjà la une de tous les journaux, le FPÖ avait obtenu 31% des suffrages, pas assez pour mettre en péril la coalition entre les sociaux-démocrates et les écologistes dans Vienne-la-rouge. Lire la suite

Publicités

25 avril 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Réfugiés, Uncategorized | , | 5 commentaires

3,50 euros le soutien de candidature

DSC_5912En Autriche, pour être candidat aux élections présidentielles, il faut le soutien officiel de 6000 personnes inscrites sur les listes électorales. Comme en Allemagne, le président fédéral a un rôle plus symbolique que politique, mais il a tout de même quelques prérogatives importantes puisque c’est lui qui nomme le chancelier à l’issue des élections législatives. Depuis 1951, il est élu au suffrage universel direct. Ce 11 mars, j’ai reçu dans ma boîte une carte au format A6 me promettant une place de cinéma à Vienne dans la “Lugner City” si je déposais un formulaire de soutien au candidat Richard Lugner. Ce millionaire du BTP né en 1932 fait régulièrement parler de lui dans les rubriques “people” pour les jeunes femmes qu’il épouse où qu’il loue chaque année pour se pavaner au célèbre Bal de l’opéra (en 2011 il avait emprunté la “Ruby” de M. Berlusconi). Actuellement (et depuis 2014) il est marié avec une prénommée “Cathy” (Mme Schmitz, mannequin Playboy) devenue sa directrice de campagne pour l’élection présidentielle. Parallèlement une émission de télé-réalité  „Lugner und Cathy – Der Millionär und das Bunny“ suit en temps réel, semaine après semaine, la vie trépidante du couple merveilleux. Lire la suite

11 mars 2016 Posted by | Autriche, Uncategorized | , | 4 commentaires

Pierres, feuilles…mémoire !

Une très belle action organisée le 20 avril par A Letter to the Stars, spécialisée depuis 2003 dans le travail de mémoire, au niveau des écoles, collèges et lycées (le nom vient de lettres rédigées par des classes de jeunes Autrichien(ne)s aux victimes du nazisme). La candidate d’extrême droite à l’élection présidentielle qui se tiendra le dimanche 25 avril, Barbara Rosenkranz (cf. billet précédent), avait éludé la question qu’on lui posait sur l’existence des chambres à gaz pendant la Seconde Guerre mondiale en affirmant « mes connaissances sont celles de quelqu’un qui était à l’école en Autriche de 1964 à 1976 » (« Ich habe das Wissen, dass ein Österreicher, der zwischen 1964 und 1976 in österreichischen Schulen »), sous-entendant qu’on ne parlait pas tant de la ‘Shoah’ à l’époque et refusant surtout de répondre clairement à la question.

Très impliquée, avec son mari, dans les groupuscules néonazis, Barbara Rosenkranz avait été mise en demeure par le tabloïd Kronen Zeitung (le plus lu au monde, au pro rata du nombre d’habitants), de s’engager à ne pas lever l’interdiction de la propagande néonazie. Elle avait signé le 8 mars 2010 une déclaration en ce sens devant un large parterre de journalistes (vidéo).

Le cours d’histoire proposé par Letter to the Stars a consisté à déposer des feuilles sur la Ballhausplatz (entre la chancellerie et la présidence), avec…

Lire la suite

22 avril 2010 Posted by | Autriche, Mémoire, Nazisme | , , , , | Laisser un commentaire

Les élections présidentielles approchent…

Comme indiqué le mois dernier, les élections présidentielles approchent (25 avril). La fonction est surtout représentative mais ces élections méritent tout même l’attention. Heinz Fischer (du parti social-démocrate, SPÖ) est candidat à sa succession. Le principal parti d’opposition, le parti conservateur qui gouverne actuellement avec le SPÖ, n’a pas voulu lui faire l’affront de proposer un candidat. Cependant, le parti de Heinz-Christian Strache (extrême droite) a lancé en fanfare la campagne de Barbara Rosenkranz, dont les positions sur l’héritage du nazisme sont si peu claires qu’elle a accepté de se soumettre à la volonté du Krone Zeitung et déclarer sur l’honneur, devant un parterre de journalistes, ne pas remettre en cause la loi qui empêche de faire l’éloge du nazisme.

Le troisième et dernier candidat a avoir recueilli les signatures nécessaires, Rudolf Gehring, du parti des Chrétiens (sic), a déclaré dans un entretien paru ce jour que l’homosexualité était une « aberration », un « égarement » (‘Verirrung’), ou encore que l’avortement avait eu pour conséquence le « Babycaust », tout à fait comparable à « l’Holocauste ». On dirait du Zemmour !

Lire la suite

1 avril 2010 Posted by | Autriche, Féminisme | , | 8 commentaires