Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Nouvelle progression de l’extrême droite

ZelteLa droite autrichienne reprend une partie du programme de l’extrême droite pendant que la gauche s’allie dans une région avec elle.

Aux élections régionales du 31 mai dernier, l’électorat autrichien a opéré un virage important à l’extrême droite (*). Dans le Burgenland, région limitrophe de la Hongrie, une coalition a vu le jour entre les sociaux-démocrates du SPÖ, et le principal parti d’extrême droite, le FPÖ, qui avait obtenu 15% des suffrages exprimés dans ce Land. Cet accord fut si rapidement scellé, par rapport à d’autres négociations, que d’aucuns ont pensé que les portefeuilles ministériels avaient déjà été distribués avant les élections entre ces deux partis, la « sécurité » revenant au FPÖ. En Styrie, le FPÖ avait atteint 27% et le gouverneur social-démocrate du Land a préféré laisser sa place à un chrétien-démocrate, ÖVP, plutôt que de s’allier au FPÖ ; une « grande coalition » ÖVP-SPÖ a ainsi été mise en place.

Près de deux semaines après ces élections, le vendredi 12 juin, la ministre de l’intérieur du parti chrétien-démocrate, Johanna Mikl-Leitner, a décidé de stopper le traitement de toutes les demandes d’asile en cours, ordonnant que seules les réponses négatives soient traitées par l’Agence fédérale pour les affaires étrangères et l’asile (‘Bundesamt für Fremdenwesen und Asyl’). Ces réponses négatives sont celles qui résultent du règlement Dublin II, renvoyant les demandeurs d’asile dans le premier pays européen où ils sont entrés. Toutes les procédures de regroupement familial sont également suspendues, le but déclaré est de rendre l’asile en Autriche « moins attractif ». Dans la même semaine, des militants du FPÖ se sont moqués de réfugiés qui s’inquiétaient de ne pas avoir de nouvelles de leur famille restée sous les bombes en Syrie, les traitants de « peureux » qui n’ont pas eu le courage de rester avec leur femme et enfants. Lire la suite

Publicités

14 juin 2015 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , , | 2 commentaires

« En attendant, il est midi à Gramatneusiedl »

Gramatneusiedl_Marienthal_2010_03-pt

A nouveau un article signé Sébastien Mabille, le dévoué correspondant du Petit flambeau pour l’ensemble du territoire de Gramatneusiedl. Un grand merci à lui !

Fin janvier 2015, lors des dernières municipales de la commune où j’habite, j’ai eu la chance de voter et de partager cette expérience dans ces colonnes.

Gramatneusiedl… Ce nom ne dit vraisemblablement rien pour la plupart des francophones qui lisent ce blog, et en plus il est quasiment imprononçable. En Autriche, c’est un peu une représentation du « trou du cul du monde », et beaucoup d’Autrichiens ne savent même pas que cette commune existe réellement. Il y a quelques années, lors d’un jeu radiophonique, un séjour à Gramatneusiedl était offert… au perdant. Même mes collègues, à qui j’annonçais en 2008 que j’allais déménager à Gramatneusiedl, croyaient que je leur faisais une blague. Lire la suite

14 mars 2015 Posted by | Uncategorized | , , , | 3 commentaires

Le grand sommeil

Andrä Rupprechter, nouveau ministre de l'agriculture

Andrä Rupprechter, nouveau ministre de l’agriculture

Le bâillement est sans doute la réponse la plus adaptée à l’annonce de la constitution du nouveau gouvernement autrichien, dévoilée au grand public le 13 décembre dernier après plus de deux mois de négociations portant bien davantage sur les noms et les ascenseurs à faire remonter que sur les idées ou les politiques à mettre en œuvre. Suite à la fin des « années Haider », marquées par une coalition entre la droite et l’extrême droite de 2000 à 2006, l’Autriche vit à nouveau depuis 2007 sous le régime traditionnel de la grande coalition, traditionnel car c’était déjà le cas sur deux longues périodes, 1945-1966 et 1987-2000. Alors que les deux grands partis, les sociaux démocrates du SPÖ et les chrétiens-conservateurs de l’ÖVP, n’avaient obtenu à eux deux, aux élections législatives du 21 septembre, que 50,9% des voix, score historiquement bas (voir mon analyse), les chefs de partis ont décidé de poursuivre dans la même voie, pour le plus grand bonheur de l’extrême droite qui risque bien, à ce compte, d’accéder au pouvoir aux prochaines élections. Lire la suite

19 décembre 2013 Posted by | Autriche, Catholicisme, Laïcité | , , , , , , | 3 commentaires

Un chancelier à l’image de son parti

GusenbauerChef du parti social-démocrate autrichien (SPÖ) de 2000 à 2008, Alfred Gusenbauer a été chancelier de l’Autriche de janvier 2007 à décembre 2008, lorsqu’une « grande coalition » régnait sur le pays (le SPÖ gouvernait avec les chrétiens démocrates). C’est donc une figure de proue du SPÖ… et ses récentes fonctions en disent long sur l’orientation de son parti.

M. Gusenbauer est d’abord dans le conseil de surveillance de Novomatic, la première entreprise à gérer les jeux d’argent en Autriche. Le camarade est donc fortement impliqué dans les profits tirés de ces jeux qui entraînent les plus pauvres dans la spirale de la misère, parfois de la violence et de la drogue. Pour sa défense, l’ancien chancelier se justifie en expliquant que « l’Église catholique est aussi impliquée dans les jeux avec Casino Austria »… comme si l’Église catholique avait une quelconque vertu morale !

Pire encore, le camarade Gusenbauer est officiellement conseiller du dictateur Nazarbayev qui règne d’une main de fer depuis 23 ans sur le Kazakhstan (cf. corruption et manquements aux Droits de l’homme).

Lire la suite

11 juin 2013 Posted by | Uncategorized | , , , | 2 commentaires

Un bal qui donne la nausée

Cliquez sur la photo pour en voir d'autres

Cliquez sur la photo pour en voir d’autres

Version en ligne sur rue89 « Autriche : qui sont ces fachos avec qui Marine Le Pen est allée danser ? » , plus de 70 000 visiteurs 🙂

Comme en 2010 et en 2011, encore un article sur le bal WKR… espérons que ce soit le dernier !

En Autriche, la tradition des bals témoigne d’une splendeur passée, liée à l’Empire austro-hongrois. Il y a le Bal de l’Opéra bien sûr – le plus connu –, mais aussi le Bal des chasseurs, le Bal des juristes, des médecins, des sous-officiers… et encore, depuis 1952, celui de la Fédération des corporations pangermanistes (‘Burschenschaften’) qui regroupe chaque année la fine fleur de l’extrême droite européenne. Historiquement ces associations liées aux universités ont joué un rôle positif dans l’unification de l’Allemagne (1871) et dans la défense de la liberté d’expression. Seulement, avec la montée du nazisme, la plupart d’entre elles se sont mises au service du grand Reich… et en ont conservé l’idéologie ! En 1945, alors que les corporations Lire la suite

28 janvier 2012 Posted by | Uncategorized | , , , , , , , , , | 18 commentaires