Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Compromis(sion) du nouveau président autrichien

wkr12

“Des nazis dans la Hofburg ? Ca fait tellement 1938! Non au WKR-Ball” (manifestation de janvier 2012)

Le 27 janvier est la journée internationale de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité, en souvenir de la libération du camp d’Auschwitz par l’armée soviétique, il y a 72 ans. Or, chaque année depuis 1952, à cette période, le gratin de l’extrême droite autrichienne et européenne se réunit à Vienne pour « l’Akademikerball » (avant 2013 sous l’appellation « WKR-Ball »). Il s’agit d’un bal où l’on retrouve chaque année des négationnistes notoires ou des représentants de groupuscules néonazis. Jean-Marie Le Pen y fut invité, sa fille Marine aussi, le 27 janvier 2012, ce qui avait d’ailleurs eu des conséquences judiciaires en France, SOS Racisme gagnant le procès que le Front national lui avait intenté en diffamation. Depuis 2010, de nombreux manifestants exigent que ce bal de la honte ne se tienne pas dans la Hofburg, siège de la présidence autrichienne, équivalent de l’Elysée pour la France. En 2011, la manifestation contre le WKR-Ball avait été interdite précisément  le 27 janvier, lorsque les forces antifascistes souhaitaient s’opposer à la tenue de ce bal dans ce lieu (cf. ce billet). La date est lourde de symbole.

A Vienne, la veille du 27 janvier 2017, le président Alexander van der Bellen, proche des écologistes, a pris ses fonctions et a prêté serment, suite à son élection contre le candidat d’extrême droite au terme d’une campagne de près de dix mois le 4 décembre dernier. Interrogé par des lycéens sur la tenue de l’Akademikerball le 3 février prochain (les organisateurs ont sciemment évité cette année la date du 27 janvier), Lire la suite

28 janvier 2017 Posted by | Autriche, FPÖ, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | , , , | 4 commentaires

Soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !

electionsautrichePrésidentielles autrichiennes : soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !
Alors que Van der Bellen a tout d’un gentil grand-père qui ne fera pas de mal à une mouche et qu’il se présente à un poste dont le rôle est surtout honorifique, 47% des gens ont préféré voter à l’extrême droite. Alors pas de « vive l’Autriche » pour moi (contrairement à ce que je lis un peu partout). Pour mémoire, au deuxième tout « Chirac – Le Pen », en 2002, c’était 18-82%. Si nous vivons aujourd’hui un jour historique, c’est que c’est le score le plus haut d’un parti d’extrême droite dans l’histoire de l’Europe. Désolé pour la comparaison, mais même Hitler n’a jamais dépassé les 37%, c’était en 1932, aux dernières élections à peu près libres de la République de Weimar. Et non ce n’est pas le point Godwin. Facts just facts. Le FPÖ reste le premier parti du pays, autour de 35% des intentions de vote, à 8 et 11 points devant les partis de gouvernement. Le gouvernement est en crise, les deux partis au pouvoir sont scindés à cause de la politique à adopter face au FPÖ, on peut s’attendre au pire aux élections législatives à venir, probablement au printemps.

A noter enfin, ce sont les femmes qui ont assuré la victoire de A. Van der Bellen. Selon un sondage réalisé sur 1218 personnes le soir des élections, elles ont voté à 62% pour lui (69% chez les 16-29 ans !) pendant que les hommes votaient à 56% pour N. Hofer (58% chez les hommes de 30 à 59 ans). Avec le bac, les Autrichiens votent à 74% VDB (83% avec un diplôme universitaire). Les ouvriers votent à 85% pour Hofer…

4 décembre 2016 Posted by | Extrême droite, FPÖ | , , | 4 commentaires

Plongée au sein de l’extrême droite autrichienne

wnfpo-ptTrès affable, c’est Michael Stumpf, un cadre du Parti libéral autrichien (FPÖ), qui accueille les nouveaux visages et salue chaleureusement les habitués. Nous sommes à une « Stammtisch », une table des habitués, un « jour fixe ». Cette réunion a lieu toutes les deux semaines, les bols de chips et de cacahuètes sont déjà sur les tables et au fur et à mesure que les gens prennent place, des canettes de bière sont ouvertes et des cigarettes allumées. On compte deux tiers d’hommes et un tiers de femme, de 20 à 70 ans.

Le Parti a depuis longtemps pignon sur rue et les sorties de Jörg Haider faisant l’éloge du Troisième Reich sont oubliées. Il y a bien deux caméras qui filment en permanence la devanture du local situé sur une place du troisième arrondissement de Vienne, mais les militants et sympathisants ne se cachent pas, c’est plus pour éviter le vandalisme d’éventuels opposants. Peu avant 19h30, une petite trentaine de personnes ont su braver le froid presque glacial du dernier mercredi de novembre. Une députée au Parlement de Vienne, Ulrike Nittmann, s’apprête à prendre la parole pour donner des nouvelles de ce qui se passe au sein du Land et dont bien sûr les « merdias » ne pipent mot (« Lügenpresse »). Un autre député, son collègue Dietrich Kops, se charge de la présentation. Lire la suite

2 décembre 2016 Posted by | FPÖ, Uncategorized | , | Un commentaire

Manif et contre-manif à Liesing

Demo_Liesing

Délégation du quartier de Meidling à la contre-manifestation

Liesing est un quartier populaire de Vienne excentré, au sud-ouest de la ville (le 23ème sur 23 arrondissements). L’actuel chancelier, M. Faymann, y a occupé les fonctions de secrétaire d’arrondissement du parti social-démocrate. Aux dernières élections régionales, en octobre dernier, cet arrondissement a failli basculer à l’extrême droite (avec plus de 34% des voix), comme ce fut le cas de Simmering ou Floridsdorf, deux autres arrondissements populaires passés du parti social-démocrate au Parti de la liberté (le FPÖ, d’extrême droite). Depuis quelques mois, il est prévu qu’un centre de demandeurs d’asile qui n’héberge actuellement, depuis début mars, que 56 personnes (dont une vingtaine d’enfants) fonctionne comme initialement prévu avec jusqu’à 750 réfugiés. Lire la suite

15 mars 2016 Posted by | Asile, Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

Des piscines interdites aux réfugiés en Autriche

Mödling

Pour les personnes avec un contexte migratoire, seules celles qui sont accompagnées peuvent entrer à la piscine municipale de Mödling

La crise européenne liée à l’arrivée de nombreux demandeurs d’asile depuis l’été 2015 a fortement clivé la société autrichienne (voir « L’Autriche face à la tentation hongroise »,  Le Droit de Vivre, n° 659, déc. 2015, p. 26). L’extrême droite qui a obtenu en octobre 31% des suffrages exprimés aux élections régionales dans la capitale autrichienne et 30% en Haute-Autriche deux semaines plus tôt, est de loin le premier parti du pays. La ministre de l’intérieur, Mme Mikl-Leitner, du parti chrétien-conservateur, s’est montrée partisane d’une ligne dure, appelant à une « culture de la raison » plus qu’à une « culture de l’accueil » (lors d’une réunion à Sofia des ministres de l’intérieur, le 18 novembre dernier, elle avait opposé la « Willkommenskultur » à la « Kultur der Vernunft »).

 

Au sein de la « Große Koalition » – c’est ainsi qu’on nomme le gouvernement regroupant les sociaux-démocrates du SPÖ et les chrétiens-conservateurs de l’ÖVP –, un consensus a été trouvé le 20 janvier dernier pour limiter le nombre de demandeurs d’asile en 2016 à 37 500 personnes, contre 90 000 en 2015 (et 28 000 en 2014). Sur ces 90 000 demandes (*), on en compte 25 000 émanant d’Afghans, presque autant de Syriens et 13 000 d’Irakiens (moins de 10 000 demandeurs pour les autres pays). Lire la suite

30 janvier 2016 Posted by | Asile, Autriche, Uncategorized | , , | 10 commentaires

Néolibéralisme 1 – démocratie 0

Oesterreich_7_Okt_2015_1-pt

“Duel pour Vienne” à la première page du troisième quotidien le plus lu du pays, quatre jours avant le vote

Le néolibéralisme peut être défini simplement comme l’extension du libéralisme aux domaines de l’activité humaine a priori non-marchands. Des économistes autrichiens comme Friedrich von Hayek ont largement contribué à son développement (à travers l’Ecole de Chicago) et, de façon très schématique, la doctrine pourrait se résumer à « moins d’Etat, plus de liberté pour laisser le marché réguler tous les secteurs de la société ». De ce fait, en Autriche, le financement des partis politiques et leur expression sont bien moins encadrés qu’en France. Pour commencer, les partis peuvent occuper tous les espaces publicitaires et se vendre dans l’espace public comme des lessives. Lors de la campagne pour les précédentes élections régionales de Vienne, une affiche de l’extrême droite pour défendre le sang viennois avait ainsi été placardée des milliers de fois. Les Viennois ont aussi en mémoire les attaques les plus viles contre le maire actuelle « Vienne ne doit pas devenir Istanbul » avec une mosquée à la place de la cathédrale Saint-Etienne, le célèbre « Apprendre l’allemand plutôt que moi pas comprendre », « La patrie plutôt que l’islam« , sans oublier, à Innsbruck, la célèbre affiche contre les voleurs marocains.

Dans la semaine qui a précédé les élections de Vienne du 11 octobre Lire la suite

10 octobre 2015 Posted by | Autriche | , | 2 commentaires

Incitation à la haine, un cas d’école

DSC04001-pt

Cliquez sur la photo pour voir les autres photos et vidéos

Chronique de la haine ordinaire ce jeudi 8 octobre à Vienne. Malgré une petite pluie persistante, la place de la cathédrale Saint-Etienne, une des plus emblématiques de Vienne, était bien remplie pour le meeting final du FPÖ, le principal parti d’extrême droite en Autriche. Le numéro deux du parti aux élections de Vienne, Johann Gudenus, a par exemple déclaré

« A l’hôpital général de Vienne un enfant cancéreux a été renvoyé à la maison juste avant son opération parce que des immigrés illégaux ont eu la préférence. » (vidéo ci-dessous à 18s)

Dans la foule les applaudissements sont nourris. On distingue quelques cranes rasés mais surtout des petites gens, qui parfois sortaient de leur blouson des « mignonnettes », ces petites bouteilles d’alcool de quelques centilitres, ou sirotaient des verres de bière (donnés gratuitement par les militants du parti). Parfois quelques bras droits tendus se lèvent, mais ils sont rarement fixes. Le discours est toujours offensif, clairement national plus que local, et une grande partie de thèmes abordés concernent les « immigrés illégaux », même dans les propos d’Ursula Stenzel, la maire du premier arrondissement qui a quitté le parti chrétien-conservateur pour rallier HC Strache (cf. ce billet). Le suspens demeure entier pour les élections du 11 octobre, le FPÖ pourrait bien passer la barre des 30%.  Lire la suite

8 octobre 2015 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ | , , | 2 commentaires

Déjà vu

DSC03154-pt« Déjà vu » est une expression qu’on utilise aussi en allemand et en ce mois de juin 2015, c’est une manifestation du principal parti d’extrême droite, le FPÖ, qui est entrée en résonance avec un événement datant d’avril 1938. L’installation de Ruth Beckermann « L’image manquante » (mise en place en mars dernier et présentée dans ce billet) montrait les visages des Autrichiens se moquant des Juifs en train de brosser le sol avant le référendum validant l’Anschluss. Il s’agissait pour l’artiste d’illustrer et surtout de donner à voir ce sentiment de haine et de supériorité qui s’affichait sur les visages. Reprenant les photos du journaliste John Sobek des manifestants d’extrême droite opposés à l’arrivée des réfugiés au centre d’accueil de Vienne, dans le troisième arrondissement, Ruth Beckermann a modifié pendant 24 heures son installation, utilisant pendant ce court laps de temps le titre « déjà-vu » pour montrer ces visages-là (cf. ces photos). Le parallèle peut choquer puisqu’on sait aujourd’hui que ces séances d’humiliation ont servi de préludes à une extermination systématique des Juifs d’Europe (« Shoah« ). Aujourd’hui, la colère des militants du FPÖ ne s’adressait pas directement à l’encontre des demandeurs d’asile et il n’y a pas volonté d’anéantir les réfugiés, ni de les considérer comme des ‘Untermenschen‘… quoi que… lorsqu’on entend (vidéo ci-dessous) la député du FPÖ en charge des affaires sociales, Dagmar Belakowitsch-Jenewein, demander le 17 juin dernier au parlement que les expulsions se fassent en avions militaires pour ne pas que le pilote puisse refuser d’embarquer des demandeurs d’asile récalcitrants, on peut se mettre à douter. Lire la suite

19 juin 2015 Posted by | Uncategorized | , , , , | 8 commentaires

Nouvelle progression de l’extrême droite

ZelteLa droite autrichienne reprend une partie du programme de l’extrême droite pendant que la gauche s’allie dans une région avec elle.

Aux élections régionales du 31 mai dernier, l’électorat autrichien a opéré un virage important à l’extrême droite (*). Dans le Burgenland, région limitrophe de la Hongrie, une coalition a vu le jour entre les sociaux-démocrates du SPÖ, et le principal parti d’extrême droite, le FPÖ, qui avait obtenu 15% des suffrages exprimés dans ce Land. Cet accord fut si rapidement scellé, par rapport à d’autres négociations, que d’aucuns ont pensé que les portefeuilles ministériels avaient déjà été distribués avant les élections entre ces deux partis, la « sécurité » revenant au FPÖ. En Styrie, le FPÖ avait atteint 27% et le gouverneur social-démocrate du Land a préféré laisser sa place à un chrétien-démocrate, ÖVP, plutôt que de s’allier au FPÖ ; une « grande coalition » ÖVP-SPÖ a ainsi été mise en place.

Près de deux semaines après ces élections, le vendredi 12 juin, la ministre de l’intérieur du parti chrétien-démocrate, Johanna Mikl-Leitner, a décidé de stopper le traitement de toutes les demandes d’asile en cours, ordonnant que seules les réponses négatives soient traitées par l’Agence fédérale pour les affaires étrangères et l’asile (‘Bundesamt für Fremdenwesen und Asyl’). Ces réponses négatives sont celles qui résultent du règlement Dublin II, renvoyant les demandeurs d’asile dans le premier pays européen où ils sont entrés. Toutes les procédures de regroupement familial sont également suspendues, le but déclaré est de rendre l’asile en Autriche « moins attractif ». Dans la même semaine, des militants du FPÖ se sont moqués de réfugiés qui s’inquiétaient de ne pas avoir de nouvelles de leur famille restée sous les bombes en Syrie, les traitants de « peureux » qui n’ont pas eu le courage de rester avec leur femme et enfants. Lire la suite

14 juin 2015 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , , | 2 commentaires

Virage à l’extrême droite en Autriche

paral-pt

Un parallèle exagéré ? (photo du haut : (c) Jürg Christand)

Le 31 mai dernier, aux élections régionales du Land de Styrie, le parti d’extrême droite FPÖ a obtenu 26,8 % des suffrages exprimés, contre 10,7 % aux dernières élections. Aucun institut de sondage n’avait pronostiqué plus de 21%. Une coalition est actuellement envisagée entre les chrétiens-démocrates (ÖVP, 28,5% contre 37 auparavant) et le FPÖ. Au Burgenland, Land situé à la frontière avec la Hongrie, le FPÖ a aussi nettement progressé, passant de 9 à 15%. Ce sont là les sociaux-démocrates du SPÖ, passés de 48 à 42% et qui possédaient jusqu’à présent 18 des 36 sièges au parlement régional, qui négocient avec le FPÖ. Le président fédéral du SPÖ a déclaré qu’il ne voyait personnellement « pas de problème » face à cette coalition régionale et que ce type d’accord pouvait faire suite à des « expériences réussies ». Il se référait sans doute à la coalition fédérale entre les sociaux-démocrates et les « libéraux » du FPÖ de 1983 à 1987 (car Haider a pris le pouvoir de ce « parti de la liberté d’Autriche » en 1986, l’orientant clairement vers l’extrême droite), ou, au niveau local, lorsqu’en 2004 les « camarades » du SPÖ ont porté Jörg Haider au pouvoir en Carinthie. Aux élections régionales de 2010, le gouverneur de Styrie social-démocrate, Franz Voves, avait déjà envisagé un accord avec le FPÖ (voir sur ce blog « Pas de ‘cordon sanitaire’ en Autriche ! »). Lire la suite

4 juin 2015 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , , | 3 commentaires