Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Petit à petit en Autriche…

kurzeur.JPG

Le chancelier Sebastian Kurz (c) A. Halada / AFP

Pendant que le chancelier Sebastian Kurz (ci-contre) est reçu en France sous les ors de l’Elysée, voici quelques brèves nouvelles d’Autriche pour tenter de décrire l’ambiance délétère qui y règne, quatre semaines seulement après la mise en place du gouvernement alliant la droite à l’extrême droite (cf. ce billet).

Noël est une fête importante pour les Autrichien.ne.s, les marchés installés pour l’occasion constituent en eux-mêmes des attractions très prisées des touristes. Les groupes locaux du parti d’extrême droite ont été très engagés pour que l’appellation « Christkindlmarkt » soit respectée afin de rappeler l’importance de la culture catholique dans le pays (marché du petit enfant Jésus et non « Weihnachtsmarkt », marché de Noël ou, pire encore « Wintermarkt », marché d’hiver – c’est la même chose avec l’appellation des sapins vendus pour l’occasion). Le 24 décembre dernier, dans la charmante bourgade de Krumbach, en Basse-Autriche, le maire élu par le FPÖ (le « parti de la liberté », principal parti d’extrême droite) a eu une pensée émouvante pour ceux  à qui ce soir-là « personne ne pense ». C’est très gentil de sa part, il a pu en bon chrétien aller à la messe de minuit le cœur allégé. Seulement, l’illustration qu’il a choisie n’a pas eu l’heur de plaire à tout le monde :

blochberger2_1

Cette illustration vient de la couverture d’une revue féminine nazie en 1943, Frauen Warte [l’observatoire des femmes], comme l’atteste l’illustration ci-dessous. Le maire, Bernhard Blochberger, plaide sa bonne foi en expliquant qu’il ne connaissait pas la revue, mais les uniformes des soldats sont pourtant sans ambiguïté. Qui plus est, le même soir, il a aussi posté une vidéo « Wehrmacht stille Nacht », piètre jeu de mot sur la chanson de Noël « Stille Nacht, heilige Nacht ».

Frauenwarte

Ces images d’un passé qui décidément en Autriche n’est pas passé, réapparaissent aussi dans les commentaires au sujet de la mise en scène choisie par le FPÖ pour la campagne électorale pour la province du Tyrol, les élections régionales du 25 février approchant. C’est au son d’un roulement de tambours et au milieu d’une haie d’hommes en noir à l’allure martiale que Heinz-Christian Strache, devenu vice-chancelier est venu soutenir son candidat, Markus Abzwerger.

 

 

Plus de 800 personnes étaient rassemblées au centre des congrès d’Innsbruck pour assister au grand spectacle avec de nombreux lasers et  effets spéciaux. L’usage des tambours et le croisement des baguettes avec un rictus figé n’a pas manqué d’éveiller de mauvais souvenirs.

 

Quoi d’autre ? Johann Gudenus, le vice-maire de Vienne devenu président du groupe parlementaire FPÖ après le départ de Heinz-Christian Strache pour la chancellerie, s’est rendu mardi 9 à Banja Luka en République serbe de Bosnie pour y fêter « l’indépendance » de cette région irrédentiste de la Bosnie et Herzégovine. La ministre des affaires étrangères Karin Kneissl n’a pas souhaité commenter cette visite qui va à l’encontre de la politique européenne, le FPÖ a déclaré que le voyage de M. Gudenus était organisé à titre privé (même s’il a sur place été reçu par des indépendantistes serbes). Rappelons ici que la déclaration d’indépendance des Serbes de Bosnie, le 9 janvier 1992, est à l’origine de la Guerre de Yougoslavie.

serbie.jpg

République serbe de Bosnie, 9 janvier 2018

Et sinon, en politique intérieure ? Le ministre de l’intérieur Herbert Kickl, idéologue du parti, a déclaré qu’il fallait que les demandeurs d’asile soient « concentrés », un terme qui bien sûr rappelle les camps prévus il y a environ 80 ans à cet effet.

Voilà l’ambiance en ce 12 janvier 2018… petit à petit en Autriche, le passé resurgit.

Merci à Thomas Draschan pour avoir posté les photos de tambour.

Sources et compléments

 

Publicités

12 janvier 2018 - Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | , , , ,

4 commentaires »

  1. C’est ce que je disais : on va s’amuser.

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 12 janvier 2018 | Réponse

  2. c’est glaçant!
    merci pour la qualité de ces infos bien inquiétantes…

    Commentaire par mao | 13 janvier 2018 | Réponse

  3. merci pour cet article (et tous les autres d’ailleurs que je lis acidument)
    Juste une petite note pour l’écriture inclusive (dont je felicite son utilisation!): pour abreger l’ensemble « les Autrichiennes et les Autrichiens » il me semble que l’on ne met pas de point milieu pour le pluriel. Ce qui donne « les Autrichien.nes » et non pas « les Autrichien.ne.s ». Ca favorise en outre la lecture du mot 😉

    Commentaire par Anonyme | 13 janvier 2018 | Réponse

    • Mouais, why not, mais cela ne me semble pas essentiel. Et merci pour votre fidélité.

      Commentaire par segalavienne | 14 janvier 2018 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :