Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Surprise aux élections autrichiennes !

Sebastian Kurz

Sebastian Kurz devrait revenir aux affaires

Aux dires de la plupart des analystes, ces élections législatives anticipées, après la chute de la coalition entre le parti conservateur (ÖVP) et celui de l’extrême droite (FPÖ), ne devaient pas changer grand chose. Le chancelier Sebastian Kurz, 33 ans, devait revenir au pouvoir avec un FPÖ affaibli et débarrassé de ses figures les plus radicales, à commencer par Herbert Kickl qui fut ministre de l’intérieur. Les résultats des élections ont été étonnants : alors qu’aux élections européennes, le FPÖ ne semblait presque pas atteint par le scandale d’Ibiza (17,2% au lieu de 19,7%), ils ont perdu dix points, passant de 26 à 16%. Les Verts qui avaient raté en 2017 la barre des 4% pour entrer au Parlement font un retour fracassant avec 13,8% des suffrages exprimés (ils ont plus que triplé leur score). L’écologie est incontestablement devenue un sujet politique majeur, comme l’atteste la manifestation de Fridays for Future qui s’est tenue deux jours avant les élections, avec 150 000 personnes (ce qui est considérable pour l’Autriche).

Voilà la répartition en siège du nouveau parlement

sieges

Autre fait marquant, le vote par correspondance a été très utilisé, près d’un million d’électeurs, parmi les 6,4 millions d’Autrichien.ne.s inscrit.e.s sur les listes électorales, ont fait le choix du vote par correspondance. Une idée pour améliorer la participation aux élections en France ?

Au sein de l’ÖVP, le parti conservateur, avec 37 contre 31% des voix, on jubile presque autant que chez les Verts. Une coalition entre ces deux partis devient envisageables, peut-être aussi avec les Libéraux (Neos) qui ont obtenu 8,1% des suffrages exprimés. Comme chaque parti a sa couleur en Autriche, on aurait une coalition « Dirndl », du nom de cette tenue traditionnelle portée par les femmes en Autriche (turquoise, vert et rose).

courbes

Au SPÖ, chez les sociaux-démocrates, c’est la débâcle puisqu’ils obtiennent le plus mauvais score de l’après-guerre avec 21,2%. La situation n’est pas prête de s’améliorer car Georg Dornauer, chef du parti au Tyrol, a reproché à sa candidate tête de liste, Pamela Rendi-Wagner, de porter un double-nom qui effraie les électeurs d’extrême droite (pour mémoire « FPÖ-Wähler wählt keine Frau mit Doppelnamen ») !

La meilleure nouvelle est bien sûr la dégringolade du FPÖ, suivie, deux jours après, par le retrait de Heinz-Christian Strache de la vie politique, devant de nombreux scandales concernant ses frais personnels financés par le parti. Avoir placé Norbert Hofer en tête de liste n’aura pas servi beaucoup, pas plus que l’achat de la première page d’un grand quotidien du pays, à quelques jours du vote.

couve

Voilà comment les reports se sont faits, selon les estimations :

ST-Ströme.png

(et ici une analyse sociologie par sexe, âge, ruralité etc.)

A présent, les négociations pour la formation d’un gouvernement ont commencé, elles devraient durer plusieurs mois…

 

Ci-dessous, quelques-unes de mes interventions dans les médias français avant le scrutin.

3 octobre 2019 - Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized

Aucun commentaire pour l’instant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :