Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

L’extrême droite au pouvoir en Autriche, plus forte que jamais

serment

A. van der Bellen, S. Kurz et H.-C. Strache, 18.12.2017

On se souvient encore de la participation du parti de Jörg Haider au gouvernement, de 2000 à 2006, et du concert de protestations que cela avait suscité, tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, notamment au niveau européen, du moins jusqu’à ce que l’extrême droite se renforce en Italie. Cette fois-ci, suite aux élections législatives du 15 octobre dernier, l’extrême droite représentée par le Parti de la liberté (FPÖ) obtient le poste de vice-chancelier pour le président du parti, Heinz-Christian Strache mais aussi deux ministères régaliens, l’intérieur pour Herbert Kickl, l’idéologue représentant la ligne dure du parti (auteur des slogans comme « plus de courage pour notre sang viennois » ou « la patrie plutôt que l’islam ») et la défense pour Mario Kunasek qui dirigeait jusqu’alors le FPÖ d’une main de fer en Styrie. Et ce n’est pas tout, les affaires étrangères sont confiées à Karin Kneissl, une proche du parti qui explique par le niveau de testostérone des hommes musulmans la géopolitique du Moyen-Orient et le danger que représentent, selon elle, les demandeurs d’asile (voir son livre La testostérone fait de la politique, paru en 2012).  Lire la suite

Publicités

18 décembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , | 3 commentaires

Virage à droite… de l’extrême droite autrichienne

padap

A l’extr. droite, M. Strache, à côté, M. Hofer

Le 9 novembre dernier, suite aux élections législatives du 15 octobre dernier (analysées dans ce billet), les députés ont siégé pour la première fois. Ce fut l’occasion pour le Centre de documentation sur la résistance autrichienne, également chargé de la veille sur l’extrême droite dans le pays, de publier quelques statistiques édifiantes. En comparant la composition du bloc parlementaire FPÖ (principal parti d’extrême droite) entre 1999 (lorsque Jörg Haider a négocié avec Wolfgang Schüssel la composition d’un gouvernement entre la droite et l’extrême droite) et 2017 (pendant les négociations actuelles pour une coalition de même nature), on note que la part des hommes reste très largement majoritaires (de 83 à 78%) et que la part des députés membres de corporations pangermanistes flirtant avec les néonazis et les négationnistes est passée de 6 à 31% ! En 1999, sur 52 députés du FPÖ (sur les 183 que comptent le Parlement), on comptait 3 « Burschenschafter » (membres de ces corporations), contre 16 aujourd’hui ! Dans la petite équipe en charge de la formation du nouveau gouvernement, il y a deux membres d’Olympia, l’une des corporations les plus proches des néonazis : dès 1889 ils ont exclu les Juifs, en 1933 ils ont adopté « le principe du Führer », de 1961 à 1970 la corporation était interdite pour cause de terrorisme suite aux « actions » menées pour le rattachement du Tyrol du sud à l’Autriche et en 2003 ils invitaient à l’une de leur soirée le très délicat chansonnier Michael Müller connu pour ce charmant refrain : « Avec six millions on commence seulement à s’amuser, jusqu’à six millions les fours restent allumés (…) on a assez de Zyklon B (…) avec six millions de Juifs c’est loin d’être fini » (cf. ce billet au sujet de ma déposition au Tribunal de grande instance de Paris, Cour d’appel, pôle 2, chambre 7, le 12.11.2015). Lire la suite

12 novembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | 6 commentaires

L’extrême droite politique en Autriche : les richesses insoupçonnées d’un biotope particulier

FLÖPar commodité, le Parti autrichien de la liberté, le FPÖ, est souvent présenté comme « ‘le’ parti d’extrême droite ». C’est historiquement le parti dont un certain Jörg Haider a pris le commandement en 1986 mais, en 2005, soucieux de se débarrasser des éléments qui flirtaient le plus ouvertement avec les néonazis et les négationnistes, M. Haider a créé un autre parti, le BZÖ (Alliance pour l’avenir de l’Autriche). Ce parti a périclité après la mort de son fondateur, en 2008, et il est aujourd’hui plus que moribond : après les 3,5% obtenus aux élections législatives de 2013 – alors que la barre est fixée à 4% pour entrer au Parlement – le parti ne s’est pas présenté aux dernières élections. De 2012 à l’été dernier, il y eut aussi la « Team Stronach », du nom du milliardaire austro-canadien Frank Stronach. Pour la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2016, le président du groupe parlementaire de ce parti, Robert Lugar, avait distribué à toutes les femmes présentes devant le Parlement des sprays d’autodéfense (bombes lacrymogènes) pour, selon lui, résister aux attaques des réfugiés (cf. ce billet). Lire la suite

4 novembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | Un commentaire

Coup de barre à droite et résurgence de vieux démons

Sebstian Kurz le 15 octobre

S. Kurz le 15 octobre (photo JS)

Huit jours avant les élections législatives anticipées, le très jeune candidat conservateur Sebastian Kurz (31 ans) s’exprimait en ces termes, à Graz, dans la province de Styrie : « le 15 octobre sera aussi un référendum pour savoir quel style on veut dans ce pays, si on veut les Silberstein et les autres, ceux qui essayent de diffamer leur adversaire politique et de les réduire à néant (…). ».

« Les Silberstein »

Les électrices et électeurs ont bien sûr compris qu’il s’agissait d’une référence au conseiller israélien en communication et marketing politique, Tal Silberstein, arrêté le 14 août dernier par la police de son pays pour des scandales de corruption dans plusieurs pays. Ancien conseiller des premiers ministres Ehud Barak et Ehud Olmert, Tal Silberstein était aussi l’homme de confiance de nombreux dirigeants en Roumanie, en Ukraine (Ioulia Tymochenko) et depuis longtemps en Autriche. Lire la suite

20 octobre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , | Un commentaire

L’AfD en Allemagne, la mémoire vivante du nazisme en Autriche

landeckAlors qu’en Autriche on s’émeut, non sans raison bien sûr, de l’entrée d’un parti d’extrême droite allemand au Bundestag suite aux élections du 24 septembre, peu de commentateurs s’intéressent aux dernières actualités concernant le néonazisme et l’extrême droite en Autriche – pays où l’extrême droite est non seulement depuis longtemps au parlement mais où elle a été au pouvoir de 2000 à 2006 et pourrait bien y revenir après les élections législatives prévues le 15 octobre prochain. La métaphore de la paille et de la poutre, encore et toujours…

Prenons le Tyrol par exemple, l’une des neuf provinces autrichiennes, province que l’extrême droite ne codirige pas (comme c’est le cas au Burgenland ou en Haute-Autriche). Lors de l’ouverture de l’Oktoberfest de Munich, un défilé de fanfares traditionnelles a toujours lieu. Le 22 septembre, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung rapportait que deux fanfares du Tyrol avaient joué une marche nazie, la « Standschützenmarsch ». Lire la suite

26 septembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Mémoire, Nazisme | , , , | 5 commentaires

Carnet de campagne

speck

Affiche du FPÖ (extrême droite) contre les deux partis de coalition (« le lard rouge-noir doit dégager ») et contre l’accueil des réfugiés

Les élections législatives anticipées sont prévues le 15 octobre 2017, un an plus tôt que ce que la constitution exigeait, tant les dissensions sont devenues criantes au sein du gouvernement de grande coalition rassemblant les sociaux démocrates du SPÖ et les chrétiens-conservateurs de l’ÖVP. Le sémillant ministre des affaires étrangères, Sebastian Kurz, tout juste 31 ans, semble en bonne passe de devenir chancelier. Pur produit de l’ÖVP, dont il a dirigé le mouvement de jeunesse de 2009 à mai 2017, il a préféré créer un nouveau mouvement autour de son nom (sans chercher, lui, à jouer sur les initiales de son prénom et son nom). Ce sera donc aux prochaines élections « Liste Kurz », tout simplement (et en toute modestie). L’ÖVP est prié de se monter discret, tant les Autrichiens semblent avoir clairement signifié l’an dernier, par le vote aux élections présidentielles, le rejet des deux grands partis de gouvernement qui se sont partagés le pouvoir depuis la Seconde Guerre mondiale : pour mémoire, le SPÖ et l’ÖVP avaient obtenu respectivement 11,3% et 11,1%, laissant caracoler en tête l’extrême droite du FPÖ (35% !) et les Verts (21%). Au final, après de nombreuses péripéties – annulation du second tour puis report du « second second tour » pour cause d’enveloppes défectueuses –, le candidat soutenu par les Verts, Alexander Van der Bellen, l’avait emporté de peu avec 53,8% des voix contre 46,2% pour Norbert Hofer, le candidat du FPÖ (cf. ce billet récapitulatif sur les élections présidentielles autrichiennes).

Rapidement, Alexander van der Bellen a déçu, que ce soit dans son attitude face aux femmes voilées (cf. ce billet) ou face aux corporations étudiantes d’extrême droite qui se réunissent chaque hiver pour un bal dans la Hofburg (équivalent de l’Elysée – cf. ce billet). Lire la suite

3 septembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite | , | Laisser un commentaire

Tensions autour de l’Aïd el-Kebir en Autriche

schächtprozessApparemment soucieux du bien-être animal, un fonctionnaire de la province de Styrie a adressé fin août une circulaire à tous les éleveurs de moutons ayant plus de 20 têtes de bétail, leur rappelant que la fête de l’Aïd el-Kebir (31 août – 4 septembre) donnait lieu à des sacrifices de moutons irréguliers car pratiqués sans étourdissement préalable. La formulation sur les consignes était plus que maladroite puisque l’auteur enjoignait les éleveurs à « ne pas vendre de petits ruminants à des personnes pour lesquelles le soupçon existerait qu’ils procèdent à un abattage rituel. » Peter Wagner, directeur des services vétérinaires de ce land, rappelle que des égorgements de moutons se déroulent souvent sur le lieu même où le mouton est acheté. Ainsi, l’an dernier, dans le seul canton de Weiz, 79 égorgements illicites ont été recensés, ce qui a donné lieu à des poursuites devant les tribunaux. La Styrie ne recense que deux lieux où les égorgements peuvent légalement être pratiqués, ce qui suppose qu’un vétérinaire soit présent et l’animal étourdi directement après le coup de couteau. Du coup, certains estiment que les musulmans n’ont pas d’autre choix pour suivre les commandements de leur religion que de pratiquer des abattages illégaux.

Sur Facebook, l’une des figures marquantes du SPÖ (parti social-démocrate) se présentant comme musulman, Omar Al-Rawi, a posté cet article et les commentaires n’ont pas manqué sur un parallèle avec les affiches « ne vendez pas aux Juifs » des années 1930. Lire la suite

1 septembre 2017 Posted by | Autriche, Laïcité, Religion | , , | Laisser un commentaire

La violence sexuelle banalisée dans les rapports de classe

GertiSengerUne jeune femme de ménage polonaise chargée également de cuisiner pour un retraité autrichien écrit au  plus grand quotidien du pays, le Kronen Zeitung, pour demander conseil car son employeur la contraint à des rapports oraux sous la menace de la renvoyer. Cette employée écrit « Depuis deux ans je (29 ans, d’origine polonaise) cuisine et fais le ménage pour un retraité bon pied bon œil (70 ans). De temps en temps je dois le satisfaire oralement. Je ne veux pas mais j’ai peur de ne pas retrouver un travail si bien payé. » La spécialiste du courrier du cœur (!), Gerti Senger, lui répond dans l’édition du 13 juin 2107 que c’est bien normal : « Malheureusement vous n’êtes pas payée que pour votre travail, vous vous vendez également. » Elle ajoute : « si vous continuez vous pourriez gagner autant d’argent, ou même plus. Mais si vraiment vous ne voulez pas, vous devrez vous contenter d’un peu moins d’argent. Ce n’est qu’ainsi que vous pourrez garder votre tranquillité d’esprit et votre estime de vous-même. »

Le Kronen Zeitung c’est le journal le plus lu au monde Lire la suite

14 juin 2017 Posted by | Autriche | , , | Un commentaire

Un portrait de Staline à Vienne !

StalineA Vienne, en 1913, le Café Landtmann et le Café Central, toujours en activité et situés à 300m l’un de l’autre, rassemblaient des personnes qui allaient bouleverser le XXème siècle. Freud (57 ans), alors déjà bien connu et respecté, Leon Trotski (34 ans), intellectuel russe réfugié et Adolf Hitler (24 ans),  jeune paumé qui venait d’être refusé deux fois à l’université des Beaux-arts, fréquentaient le Café Landtmann alors que Josip Broz (futur maréchal Tito alors âgé de 21 ans), ouvrier de l’entreprise Daimler à Wiener Neustadt et Joseph Staline (35 ans, lui aussi réfugié russe) préféraient le Café Central.

En 1949, le jour où Staline a fêté ses 71 ans, la mairie sociale-démocrate de Vienne a fait apposer une plaque avec une sculpture de la tête de Staline à l’endroit où, de janvier à février 1913, cet homme a vécu. Il s’agissait à l’époque de l’appartement de deux émigrés russes, aujourd’hui c’est la « Pension Schönbrunn », Schönbrunner Schloßstraße 30. Lire la suite

29 mai 2017 Posted by | Autriche | , , | 2 commentaires

Des rosiers publics et privés

Roses= Poll in English at the end =
Pour ou contre ? A Vienne on peut payer pour dédier un rosier à quelqu’un dans un parc public. En se promenant dans les jardins de la ville, que ce soit au Volksgarten (entre le Burgtheater et le Parlement), ou dans le parc de Schönbrunn, on trouve des plaques sur certains rosiers, plus ou moins originales. En général le rosier est dédié à une femme ou atteste d’un amour entre deux personnes. Une page du site du ministère explique la marche à suivre et les tarifs : 350 EUR pour que votre plaque soit visible pendant cinq ans, 650 EUR pour dix an. Lire la suite

28 mai 2017 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire