Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Kurz à Mauthausen – Résurgences du passé

Mathausen-SJOf

Cas isolé n°3, un conseiller municipal envoie ses voeux pour Noël avec de la propagande nazie

Pas facile pour le jeune chancelier Sebastian Kurz de participer aux cérémonies marquant la libération du camp de concentration de Mauthausen, lorsque les liens entre son partenaire de coalition et des mouvements négationnistes ou néonazis sont de plus en plus évidents. La défense officielle du FPÖ, le parti d’extrême droite qui tenait un grand meeting le 1er mai à Linz (cf. ce billet), lorsque ces connivences sont exposées, est de considérer qu’il s’agit de « cas isolés ». Parmi les derniers, citons le beau poème sur les rats, publié le 20 avril dernier par un maire-adjoint de Braunau  am Inn (ville où est né Hitler le 20 avril 1889). Dans ce texte tout en rimes, les rats autrichiens se défendent contre les rats d’origine étrangère. L’auteur n’évoque pas le terme habituel, « Migrationshintergrund » (contexte migratoire), mais un mot proche « Kanalisationshintergrund ». Tout le monde comprend la dimension raciste du poème.

Le 8 mai, des membres des corporations ont défilé sur le Ring jusqu’à l’université où ils ont pleuré leurs morts, victimes des forces alliées, prônant la défense de la culture allemande (cf. extraits du discours)

8maiWKR

Le 5 mai, lorsque M. Kurz s’est rendu à Mauthausen, les jeunes socialistes en ont profité pour lui rappeler, par des pancartes, 60 des derniers « cas isolés » de son partenaire de coalition.

L’entreprise était louable, les tristes mines du chancelier et de la secrétaire d’Etat au ministre de l’intérieur assez plaisantes, même si bien sûr on peut regretter que ces membres des jeunesses socialistes ne mentionnent pas qu’au Burgenland, un des neuf Länder du pays, c’est leur parti, le SPÖ, qui gouverne avec l’extrême droite. De même, ils ont été au pouvoir au Burgenland pendant les années où Haider était le gouverneur de ce Land,  et encore avant, le chancelier social-démocrate Bruno Kreisky (chancelier de 1970 à 1983) a gouverné avec le FPÖ, dirigé à l’époque par un ancien officier SS (Friedrich Peter était SS-Obersturmführer).

Oskar Deutsch, président de la communauté juive, avait obtenu que le FPÖ ne soit pas invité à ces commémorations. Dans son discours il a dénoncé le climat de haine qui peut conduire à ce qui est arrivé aux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale : « La Shoah était possible car des hommes ont déclaré que d’autres étaient sans valeur. Car ils ont diffusé des préjugés, semé la haine. » Il a ensuite rappelé qu’aujourd’hui, « un parti au gouvernement diffusait des théories complotistes ». Et plus clairement encore, dénonçant la tolérance du parti de M. Kurz face à ces cas isolés, « A quoi servent les lignes rouges lorsqu’elles sont continuellement dépassées et qu’aucune conséquence n’est tirée. Avant [à l’époque nazie] ils parlaient de changement de population [Umvolkung], aujourd’hui de remplacement [Bevölkerungsaustausch]. » Saluant les efforts des sociaux-démocrates et des conservateurs à faire face à leur sombre passé, il a ajouté « seul un parti a encore des problèmes, ce parti c’est l’ombre bleue [couleur de l’extrême droite] du gouvernement fédéral.

Le 9 mai dernier, la revue Addendum, spécialisée dans le journalisme d’investigation, a révélé que 7800 adresses mails et mots de passe associés avaient été piratés pour des personnes travaillant dans les services publics (police, ministères…). On apprend ainsi que le vice-maire de Vienne qui a mis en place une « hotline » pour dénoncer l’islamisme (voir ce billet) utilise le mot de passe « seilseil ». Sur Facebook, lorsqu’on entre son adresse mail et le mot de passe « heilheil », la page répond « ce mot de passe a déjà été utilisé. Pour Martin Sellner, chef des identitaires, le mot de passe était « hehisihi », abréviation classique de « Heil Hitler, Sieg Heil » (comme « 18 » pour AH, Adolf Hitler, première et huitième lettre de l’alphabet, ou « 88 » pour Heil Hitler »).

Sellnerpasswort

Voilà où en l’Autriche, en 2019.

PS/ Comme je l’ai souvent écrit, si l’extrême droite représente un danger certain, plus grave encore est l’alignement d’autres partis sur leur programme (comme l’a fait en Hongrie le Fidesz d’Orbán avec le Jobbik). C’est ce qu’on observe avec les conservateurs autrichiens. A titre d’exemple, un Gambien de 32 ans dont le mariage était annoncé légalement depuis quatre mois, a été arrêté devant la salle des mariages pour présence illégale sur le territoire autrichien (cf. cet article du 6 avril dernier).

Autre brève : le Kurier rapporte dans son édition du 2 avril dernier qu’en janvier, un enseignant de Haute-Autriche a puni un élève dont les parents avaient obtenu l’asile en l’obligeant à regarder une vidéo produite par les Identitaires (celle-ci). L’enseignant a été muté dans un autre établissement, il a porté plainte et le tribunal administratif a donné raison au rectorat, jugeant la vidéo “blessante, islamophobe et incitant à la haine” (Abwertend, islamophob und verhetzend).

Sources et compléments

11 mai 2019 - Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized

2 commentaires »

  1. Toujours aussi éclairant, ces billets descriptifs sur la situation autrichienne, bien peu visible dans les médias de masse français, enclin à regarder du côté de Salvini et pas de Kurz. La paille et la poutre…
    Marc Silberstein, Paris

    Commentaire par Marc Silberstein | 13 mai 2019 | Réponse


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :