Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Virage à droite… de l’extrême droite autrichienne

padap

A l’extr. droite, M. Strache, à côté, M. Hofer

Le 9 novembre dernier, suite aux élections législatives du 15 octobre dernier (analysées dans ce billet), les députés ont siégé pour la première fois. Ce fut l’occasion pour le Centre de documentation sur la résistance autrichienne, également chargé de la veille sur l’extrême droite dans le pays, de publier quelques statistiques édifiantes. En comparant la composition du bloc parlementaire FPÖ (principal parti d’extrême droite) entre 1999 (lorsque Jörg Haider a négocié avec Wolfgang Schüssel la composition d’un gouvernement entre la droite et l’extrême droite) et 2017 (pendant les négociations actuelles pour une coalition de même nature), on note que la part des hommes reste très largement majoritaires (de 83 à 78%) et que la part des députés membres de corporations pangermanistes flirtant avec les néonazis et les négationnistes est passée de 6 à 31% ! En 1999, sur 52 députés du FPÖ (sur les 183 que comptent le Parlement), on comptait 3 « Burschenschafter » (membres de ces corporations), contre 16 aujourd’hui ! Dans la petite équipe en charge de la formation du nouveau gouvernement, il y a deux membres d’Olympia, l’une des corporations les plus proches des néonazis : dès 1889 ils ont exclu les Juifs, en 1933 ils ont adopté « le principe du Führer », de 1961 à 1970 la corporation était interdite pour cause de terrorisme suite aux « actions » menées pour le rattachement du Tyrol du sud à l’Autriche et en 2003 ils invitaient à l’une de leur soirée le très délicat chansonnier Michael Müller connu pour ce charmant refrain : « Avec six millions on commence seulement à s’amuser, jusqu’à six millions les fours restent allumés (…) on a assez de Zyklon B (…) avec six millions de Juifs c’est loin d’être fini » (cf. ce billet au sujet de ma déposition au Tribunal de grande instance de Paris, Cour d’appel, pôle 2, chambre 7, le 12.11.2015). Lire la suite

Publicités

12 novembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | 6 commentaires

L’extrême droite politique en Autriche : les richesses insoupçonnées d’un biotope particulier

FLÖPar commodité, le Parti autrichien de la liberté, le FPÖ, est souvent présenté comme « ‘le’ parti d’extrême droite ». C’est historiquement le parti dont un certain Jörg Haider a pris le commandement en 1986 mais, en 2005, soucieux de se débarrasser des éléments qui flirtaient le plus ouvertement avec les néonazis et les négationnistes, M. Haider a créé un autre parti, le BZÖ (Alliance pour l’avenir de l’Autriche). Ce parti a périclité après la mort de son fondateur, en 2008, et il est aujourd’hui plus que moribond : après les 3,5% obtenus aux élections législatives de 2013 – alors que la barre est fixée à 4% pour entrer au Parlement – le parti ne s’est pas présenté aux dernières élections. De 2012 à l’été dernier, il y eut aussi la « Team Stronach », du nom du milliardaire austro-canadien Frank Stronach. Pour la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2016, le président du groupe parlementaire de ce parti, Robert Lugar, avait distribué à toutes les femmes présentes devant le Parlement des sprays d’autodéfense (bombes lacrymogènes) pour, selon lui, résister aux attaques des réfugiés (cf. ce billet). Lire la suite

4 novembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | Un commentaire

Coup de barre à droite et résurgence de vieux démons

Sebstian Kurz le 15 octobre

S. Kurz le 15 octobre (photo JS)

Huit jours avant les élections législatives anticipées, le très jeune candidat conservateur Sebastian Kurz (31 ans) s’exprimait en ces termes, à Graz, dans la province de Styrie : « le 15 octobre sera aussi un référendum pour savoir quel style on veut dans ce pays, si on veut les Silberstein et les autres, ceux qui essayent de diffamer leur adversaire politique et de les réduire à néant (…). ».

« Les Silberstein »

Les électrices et électeurs ont bien sûr compris qu’il s’agissait d’une référence au conseiller israélien en communication et marketing politique, Tal Silberstein, arrêté le 14 août dernier par la police de son pays pour des scandales de corruption dans plusieurs pays. Ancien conseiller des premiers ministres Ehud Barak et Ehud Olmert, Tal Silberstein était aussi l’homme de confiance de nombreux dirigeants en Roumanie, en Ukraine (Ioulia Tymochenko) et depuis longtemps en Autriche. Lire la suite

20 octobre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , | Un commentaire

L’AfD en Allemagne, la mémoire vivante du nazisme en Autriche

landeckAlors qu’en Autriche on s’émeut, non sans raison bien sûr, de l’entrée d’un parti d’extrême droite allemand au Bundestag suite aux élections du 24 septembre, peu de commentateurs s’intéressent aux dernières actualités concernant le néonazisme et l’extrême droite en Autriche – pays où l’extrême droite est non seulement depuis longtemps au parlement mais où elle a été au pouvoir de 2000 à 2006 et pourrait bien y revenir après les élections législatives prévues le 15 octobre prochain. La métaphore de la paille et de la poutre, encore et toujours…

Prenons le Tyrol par exemple, l’une des neuf provinces autrichiennes, province que l’extrême droite ne codirige pas (comme c’est le cas au Burgenland ou en Haute-Autriche). Lors de l’ouverture de l’Oktoberfest de Munich, un défilé de fanfares traditionnelles a toujours lieu. Le 22 septembre, le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung rapportait que deux fanfares du Tyrol avaient joué une marche nazie, la « Standschützenmarsch ». Lire la suite

26 septembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Mémoire, Nazisme | , , , | 5 commentaires

Carnet de campagne

speck

Affiche du FPÖ (extrême droite) contre les deux partis de coalition (« le lard rouge-noir doit dégager ») et contre l’accueil des réfugiés

Les élections législatives anticipées sont prévues le 15 octobre 2017, un an plus tôt que ce que la constitution exigeait, tant les dissensions sont devenues criantes au sein du gouvernement de grande coalition rassemblant les sociaux démocrates du SPÖ et les chrétiens-conservateurs de l’ÖVP. Le sémillant ministre des affaires étrangères, Sebastian Kurz, tout juste 31 ans, semble en bonne passe de devenir chancelier. Pur produit de l’ÖVP, dont il a dirigé le mouvement de jeunesse de 2009 à mai 2017, il a préféré créer un nouveau mouvement autour de son nom (sans chercher, lui, à jouer sur les initiales de son prénom et son nom). Ce sera donc aux prochaines élections « Liste Kurz », tout simplement (et en toute modestie). L’ÖVP est prié de se monter discret, tant les Autrichiens semblent avoir clairement signifié l’an dernier, par le vote aux élections présidentielles, le rejet des deux grands partis de gouvernement qui se sont partagés le pouvoir depuis la Seconde Guerre mondiale : pour mémoire, le SPÖ et l’ÖVP avaient obtenu respectivement 11,3% et 11,1%, laissant caracoler en tête l’extrême droite du FPÖ (35% !) et les Verts (21%). Au final, après de nombreuses péripéties – annulation du second tour puis report du « second second tour » pour cause d’enveloppes défectueuses –, le candidat soutenu par les Verts, Alexander Van der Bellen, l’avait emporté de peu avec 53,8% des voix contre 46,2% pour Norbert Hofer, le candidat du FPÖ (cf. ce billet récapitulatif sur les élections présidentielles autrichiennes).

Rapidement, Alexander van der Bellen a déçu, que ce soit dans son attitude face aux femmes voilées (cf. ce billet) ou face aux corporations étudiantes d’extrême droite qui se réunissent chaque hiver pour un bal dans la Hofburg (équivalent de l’Elysée – cf. ce billet). Lire la suite

3 septembre 2017 Posted by | Autriche, Extrême droite | , | Laisser un commentaire

Les vieux démons du nationalisme

Immernocht

Kurier, 5 mars 2017, “Autrichiens mais toujours turcs”

En Autriche comme en France, ailleurs en Europe ou aux États-Unis, le principal danger ne vient pas tant des partis d’extrême droite que des partis de gouvernement qui appliquent – souvent sans l’assumer ouvertement – le programme des partis nationalistes xénophobes. On le voit régulièrement en Hongrie avec la politique menée par Viktor Orbán qui concurrence ainsi le Jobbik sur sa droite (cf. le livre de Joëlle Stolz, Hongrie. L’apprentie sorcière du nationalisme, ici ma recension). La dernière mesure en date consiste d’ailleurs, en Hongrie, à interner les demandeurs d’asile qui refusent de retourner immédiatement en Serbie (cf. cet article du Standard).

En même temps, c’est paradoxalement M. Orbán qui a critiqué le dernier projet du gouvernement autrichien consistant à réduire les allocations familiales pour les étrangers communautaires qui travaillent en Autriche mais dont les enfants sont restés dans le pays d’origine. Lire la suite

8 mars 2017 Posted by | Asile, Autriche, Extrême droite, FPÖ, Immigration, Uncategorized | Un commentaire

Soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !

electionsautrichePrésidentielles autrichiennes : soulagement, oui, de quoi faire la fête, non !
Alors que Van der Bellen a tout d’un gentil grand-père qui ne fera pas de mal à une mouche et qu’il se présente à un poste dont le rôle est surtout honorifique, 47% des gens ont préféré voter à l’extrême droite. Alors pas de « vive l’Autriche » pour moi (contrairement à ce que je lis un peu partout). Pour mémoire, au deuxième tout « Chirac – Le Pen », en 2002, c’était 18-82%. Si nous vivons aujourd’hui un jour historique, c’est que c’est le score le plus haut d’un parti d’extrême droite dans l’histoire de l’Europe. Désolé pour la comparaison, mais même Hitler n’a jamais dépassé les 37%, c’était en 1932, aux dernières élections à peu près libres de la République de Weimar. Et non ce n’est pas le point Godwin. Facts just facts. Le FPÖ reste le premier parti du pays, autour de 35% des intentions de vote, à 8 et 11 points devant les partis de gouvernement. Le gouvernement est en crise, les deux partis au pouvoir sont scindés à cause de la politique à adopter face au FPÖ, on peut s’attendre au pire aux élections législatives à venir, probablement au printemps.

A noter enfin, ce sont les femmes qui ont assuré la victoire de A. Van der Bellen. Selon un sondage réalisé sur 1218 personnes le soir des élections, elles ont voté à 62% pour lui (69% chez les 16-29 ans !) pendant que les hommes votaient à 56% pour N. Hofer (58% chez les hommes de 30 à 59 ans). Avec le bac, les Autrichiens votent à 74% VDB (83% avec un diplôme universitaire). Les ouvriers votent à 85% pour Hofer…

4 décembre 2016 Posted by | Extrême droite, FPÖ | , , | 4 commentaires

« Autriche : l’extrême-droite a-t-elle déjà gagné ? »

Points_critiquesUn entretien pour la revue Points critiques

A lire : « Le retour de l’extrême droite en Autriche ? » (septembre 2016, pp. 19-22) : cf. fichier PDF. Cet entretien a été réalisé début août. Le titre prévu au départ par la journaliste qui m’a interrogé, Françoise Nice, était intéressant, «Autriche : l’extrême-droite a-t-elle déjà gagné ? »

Quelques notes sur l’actualité politique de ce mois d’août:

Des attaques minables

Le candidat soutenu par les écologistes au “deuxième deuxième tour” des élections présidentielle prévues le 2 octobre, Alexander Van der Bellen, est passé à l’offensive pour faire taire les rumeurs lancées par le FPÖ sur son état de santé. Les plus hauts cadres de ce parti n’hésitaient pas à évoquer un cas de démence sénile et plus souvent encore, un cancer du poumon (car Van der Bellen est un gros fumeur). Ce dernier a donc publié un bulletin de santé émis par son pneumologue, montrant qu’il avait des poumons “magnifiques“ (“herrliche Lunge” a 654 occurrences dans les actualités Google à ce sujet, le message est passé !). Sur la façon dont s’est diffusée cette rumeur, voir cet article passionnant de « Stoppt die Rechten » (site dédié à la lutte contre l’extrême droite radicale).

Un état d’urgence « à l’autrichienne »

Le ministre de l’intérieur Wolfgang Sobotka (du parti conservateur ÖVP) a annoncé que le gouvernement allait présenter la semaine prochaine une loi de type “état d’urgence” pour les questions d’asile (“Asyl-Notverordnung”), même si le partenaire de coalition, le SPÖ, est encore divisé sur le sujet. Cette loi permettra de refuser les demandeurs d’asile dès la frontière (sans qu’ils puissent déposer une véritable demande). Lire la suite

2 septembre 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite | Un commentaire

Sept partis d’extrême droite à Vienne au « printemps des patriotes »

DSC_7156

Vienne, 17 juin 2016

Il y a deux ans, le principal parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ, lançait à Vienne un mouvement européen de « jeunes patriotes », le YEAH (cf. ce billet). Aujourd’hui, vendredi 17 juin 2016, il s’agissait davantage d’une démonstration de force, cette fois-ci dans le parlement – le symbole compte – et non au siège du FPÖ. Marine Le Pen était l’invitée d’honneur du FPÖ, pour un « Printemps des patriotes » censé sortir les citoyens de « l’hiver européen ». Si, au niveau du parlement européen, il existe déjà Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés regroupant les principaux partis d’extrême droite en Suède, Belgique, Italie, République tchèque et France, à Vienne il y avait ce vendredi à Vienne plus de drapeaux mais pas que des drapeaux de pays : Gerold Annemans était présenté avec le drapeau de Flandres (et non le drapeau belge) et Lorenzo Fontana, qui siège à Bruxelles pour la Ligue du nord était présenté avec le drapeau vénitien (et non italien). Lire la suite

17 juin 2016 Posted by | Autriche, Europe, Extrême droite, FPÖ, France, Uncategorized | | Laisser un commentaire

Caramba, toujours trop à droite !

Caramba

Beaucoup trop à droite, ce vote !

La balle est passée à quelques centimètres et tout le monde crie « ouf » sans se rendre compte que le fusil est encore chargé et les citoyens immobiles : il n’y avait que 300 à 400 personnes, jeudi dernier, à la « grande » manifestation contre l’extrême droite (souvenons-nous du printemps 2002 en France !). Le parti d’extrême droite (FPÖ) demeure le premier parti du pays, de très loin, crédité d’autour de 35% des voix en cas de législatives. Ce parti fera d’ailleurs tout pour que les élections législatives, prévues normalement à l’automne 2018, soient avancées. Malgré le changement de chancelier et le remaniement décidé en catastrophe dans l’entre-deux-tours, les deux partis au gouvernement (sociaux-démocrates et conservateurs) sont sortis laminés de cette élection, avec chacun 11% au premier tour. On voit mal comment un tel gouvernement pourra tenir plus de deux ans. Qui plus est, son orientation à droite, avec la reprise d’une partie des points du programme du FPÖ – comme les terribles restrictions sur le droit d’asile (limité maintenant à trois ans avec un regroupement familial quasi-impossible) – tout cela n’est pas de nature à attirer les électeurs qui, selon le vieil adage, préfèrent toujours l’original à la copie.

 

Ouvrons les yeux : 49,7% des gens votent à l’extrême droite en Autriche, et ce face à un candidat papi qui n’avait pourtant aucune raison de repousser les électeurs républicains. C’est cela l’information capitale que délivre ce scrutin, et non la présence, en définitive assez fortuite, d’un écologiste à la présidence. Un pays d’Europe vote à près de 50% à l’extrême droite ! Lire la suite

24 mai 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | 6 commentaires