Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Extrême droite autrichienne : jusqu’où ira la haine envers les musulmans ?

L’Autriche est célèbre pour ses marchés de Noël. Des touristes du monde entier s’y pressent et la capitale autrichienne, pourtant gouvernée par les socialistes, se fait discrète lorsque, dans une démarche fort peu chrétienne, elle interdit la vente du principal journal des sans-abris sur lesdits marchés (cf. ce billet). Régulièrement, ces marchés sont instrumentalisés par l’extrême droite qui insiste pour que la dimension chrétienne soit mise en évidence, mais pas dans le sens du partage. Pas question en république alpine d’évoquer un « sapin de Noël » (les Allemands parlent couramment d’un « arbre de Noël », Weihnachtsbaum) : ici on ne trouve que des Christbaüme, des « arbres du Christ » (cf. ce billet). De même, le marché de Noël s’appelle Christkindlmarkt : « marché de l’enfant Christ ».

La dernière trouvaille du parti d’extrême droite, le FPÖ (parti libéral d’Autriche) a été de critiquer la forme des stands sur le marché de Noël d’un arrondissement très populaire de la capitale, Favoriten. Lire la suite

26 novembre 2018 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Racisme, Uncategorized | , , , | Laisser un commentaire

Mama lernt Deutsch

A l’occasion de l’hospitalisation d’un mes fils (plus de peur que de mal), j’ai vu de près un hôpital pour enfants dans un quartier populaire de Vienne, le 10ème arrondissement. Dans sa chambre, il y avait deux autres enfants, un Kurde de Turquie et un jeune Chinois. L’infirmière m’a expliqué qu’il y avait 80% d’enfants étrangers à l’hôpital, surtout des Turcs et des enfants de familles venues de l’ex-Yougoslavie. Souvent, ce sont les mères qui restent avec leur enfant pendant la nuit, et le problème est qu’elles ne parlent pas ou pas suffisamment l’allemand (alors que les pères, par leur travail, parlent mieux). La ville de Vienne tente de remédier à cette situation avec une initiative intéressante, « Maman apprend l’allemand ». A raison de deux séances de trois heures par semaine, DANS L’ÉCOLE de leur enfant (Kindergarten ou école primaire), des cours leur sont proposés sur une période de 25 semaines. Pendant ce temps, leur enfant est gardé gratuitement. En guise d’engagement, on leur demande de contribuer à la hauteur de 1 € par heure, ce qui fait tout de même 150 € au total, payable en deux fois. La gratuité ne serait-elle pas préférable ?

Lire la suite

21 décembre 2010 Posted by | Autriche, Enseignement, Immigration | , , , | Laisser un commentaire