Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Will Austrian tabloid journalists ever learn history and acknowledge their past?   

dav

« Österreich », 19. Nov. 2018, p. 19

This is how an Austrian daily, Österreich, reports on a march commemorating the 80 years of the Kristallnacht (Night of Broken Glass, Reichspogromnacht) in its edition from November 9th (p. 19). The demonstration was part of the series of Thursdays protest marchs against the government where the extreme right party has the lead.

Titel: Protest paralyzed the whole city
In the middle of the second column: This time they also wanted to remember the Jews who were put in jail by the police during the November pogroms.
End of the article: Car drivers could only breathe again after 8pm. “The worst traffic chaos was then gone”, said the Austrian Touring Club representative Alfred Obermayr.

Well, the reality is quite different. It lasted in Vienna many days, more than 30 people died, 6.547 Viennese were arrested and more than 4.000 of them were then deported to the Dachau concentration camp. 42 synagogues were set on fire. But for the journalist of Österreich, the most important thing to report is the traffic-jam generated by the protest march.
See also: « 9 November 1938 – 9 November 2018, historical truth still urgently needed!« 

9 novembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

9 November 1938 – 9 November 2018, historical truth still urgently needed!

Weinheber1drapo-d-at Hier unten auf Deutsch – drapo-fr Ci-dessous en français – לאנגלית גוללו מטה drapo-isr

Every now and then, I run up to the Kahlenberg, a Viennese hill with a fantastic view over the city. This morning, 9 November 2018, I noticed that the plaque with a poem by Josef Weinheber had been supplemented. Weinheber was a devoted nazi, member of the NSDAP (Nazi party) as early as 1931. Long before the war started, he regularly complained about the Jews « dominating » the literary market, thus keeping his talent from being recognised. He wrote a poem for Hitler’s birthday and the Führer put him on the list of “divinely gifted” prominent Nazi artists who were exempt from any war service (see the Wikipedia entry). Until recently, one of his poems was on display on the Kahlenberg without any biographical notes. Exactly 80 years after the “Kristallnacht” (pogrom against Jews in a November night in 1938), some people thought this should change. Lire la suite

9 novembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Le racisme au cœur du pays

FamilienbeihilfeARBLa réduction des allocations familiales pour les étrangers a été jusqu’ici une des mesures phares de ce gouvernement où l’extrême droite a décidément les coudées franches (cf. ce billet). Concrètement, il s’agit de diminuer les allocations pour les ressortissants communautaires dont les enfants restent au pays. Cela concerne à plus de 90% des femmes polonaises, tchèques, slovaques ou roumaines qui travaillent en Autriche dans les hôpitaux, les entreprises de nettoyage ou d’aide à domicile pour les personnes âgées. L’extrême droite profite de cette mesure pour lancer une campagne « Notre argent pour nos enfants » (Unser Geld für unsere Kinder), expliquant que les 114 millions ainsi économisés iront aux enfants autrichiens (ce qui n’est d’ailleurs pas prévu).

Et pour représenter ces étrangers qui ne toucheront plus autant d’argent des Autrichiens, quoi de mieux pour un parti raciste qu’une femme noire portant le voile ? Lire la suite

27 octobre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Au premier temps de la Valse Waldheim

Waldheim1

Extrait du film

Dans son dernier film, Waldheims Walzer (La Valse de Waldheim), prix du meilleur documentaire au Festival de Berlin en février dernier, Ruth Beckermann s’intéresse à l’élection de Kurt Waldheim à la présidence de l’Autriche, en 1986. On pourrait penser qu’en 2007, à la mort de celui qui fut aussi secrétaire général de l’ONU (1972-1981), tout avait été dit, mais le choix artistique de la cinéaste autrichienne offre un nouvel éclairage puisqu’elle choisit de porter d’abord son attention sur le petit groupe de militants dont elle faisait partie, opposés à cette candidature. Avec quelques autres intellectuels, ils s’étaient donné pour objectif d’alerter leurs concitoyens sur les mensonges de Waldheim qui dans son autobiographie avait « oublié » d’évoquer ses années au service de la Wehrmacht, dans les Balkans de 1942 à 1945 (déjà lorsqu’il était en visite d’État en Yougoslavie, il avait affirmé venir dans ce pays pour la première fois). Il s’agissait aussi, plus largement, pour ces opposants à Waldheim, d’aborder enfin le passé nazi de l’Autriche, comme cela avait pu se faire, avec plus ou moins de bonheur, dans les deux Allemagnes. Lire la suite

9 octobre 2018 Posted by | Autriche, Uncategorized | , | Laisser un commentaire

L’Autriche, les migrants et les demandeurs d’asile…

Canal20sept2018Voici un petit sujet que j’ai préparé sur l’Autriche les migrants et l’asile pour Nicolas Herbeaux (Canal+), cf. à partir de 13’34 sur ce lien

20 septembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Face à l’Europe des égoïsmes qui se dessine…

StraSalv

Le vice-chancelier autrichien H.-C. Strache avec le ministre de l’intérieur italien M. Salvini, tous les deux d’extrême droite, à Rome le 21 juin 2018

« Ceux qui luttent peuvent perdre, ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu » (Brecht)

 

A l’occasion de la présidence autrichienne du conseil de l’Union européenne, j’ai donné un entretien à Ouest France un autre à La Libre Belgique (Comment l’extrême droite autrichienne laissera son empreinte sur l’Union européenne) et j’ai aidé Jihane Bergaoui, journaliste d’Europe 1, à réaliser six brefs reportages (70 secondes !) diffusés entre le 29 juin et le 2 juillet 2018 (les liens ci-dessous renvoient vers les fichiers mp3).

L’entretien de 16 minutes avec Michael Genner, président d’Asyl in Not (Asile en danger) mérite Lire la suite

3 juillet 2018 Posted by | Uncategorized | , , | Laisser un commentaire

La vie dans un pays où l’extrême droite est au pouvoir

Mindestsicherung NEU

Moins d’argent pour les étrangers, plus pour les Autrichien.ne.s, le gouvernement l’a fait !

L’extrême droite se partage le pouvoir en Autriche avec les conservateurs mais possède d’importants ministères régaliens, comme l’Intérieur et la Défense (voir ce billet). La question m’est souvent posée depuis la France, « Ca se passe comment en Autriche, avec l’extrême droite au pouvoir ? » Et bien, si au quotidien on ne remarque pas grand-chose – il n’y a bien sûr pas d’arrestation massive d’étrangers ni de groupes paramilitaires qui défilent comme avec le Jobbik en Hongrie –, on observe que les groupuscules proches de l’extrême droite ont le vent en poupe. A la sortie du métro par exemple, une revue comparable à Valeurs actuelles intitulée  alles roger ? est distribuée gratuitement. Elle est sous-titrée « un format original [mode ‘paysage’ et non ‘portrait’] pour des esprits originaux ». Elle mérite d’être feuilletée… et la pile proposée aux passants mérite elle d’être placée au plus vite dans la poubelle à papier la plus proche. Lire la suite

10 juin 2018 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | , | 4 commentaires

Controverse au sujet de la part des Autrichiens dans l’appareil nazi

Wien, Heldenplatz, Rede Adolf Hitler

250 000 personnes enthousiastes accueillent Adolf Hitler le 15 mars à Vienne

Quel est le rôle joué par les Autrichiens dans le nazisme ? Ont-ils vraiment été surreprésentés dans la Wehrmacht, la SS ou le personnel des camps ? L’histoire est une discipline universitaire qui accepte les débats, les controverses, voire les remises en question, du moment que les arguments avancés sont rationnels et les thèses étayées. Très souvent, et même à sept reprises sur ce blog, on trouve les statistiques données par l’historien étasunien David Art : les Autrichiens représentaient 8% de la population du Reich et auraient cependant constituer 13% des SS, 40% du personnel des camps d’extermination… et 75% des services responsables de la logistique de la solution finale sous la direction d’Eichmann (Art, 2005, p. 43). Ces données par exemple été recopiées et diffusées dans le quotidien Le Monde à partir de mon blog (cf. mon article intitulé « L’image manquante » paru le 16 mars 2015, au sujet d’une installation de Ruth Beckermann mettant en évidence la joie des Viennois face aux humiliations subies par les Juifs en mars 1938, puis l’article « L’image manquante de Vienne sous le Reich » paru le 2 avril 2015, recopiant une faute car j’avais écrit 14 au lieu de 13% pour la part des Autrichiens dans la SS). On les trouve encore récemment dans le très beau film de Robert Bober, Vienne avant la Nuit (2017).

Il apparaît aujourd’hui que les historiens spécialisés sur ce sujet remettent en cause les données fournies par David Art. Lire la suite

28 mai 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Le FPÖ et l’idéologie nazie, des centaines de “cas isolés” ?

Photo © Bernhard Odehnal

Photo © Bernhard Odehnal

« Einzelfall », en français « cas isolé », c’est la réponse des représentants du principal parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ, lorsque, régulièrement, des proximités sont établies entre leurs membres et des glorifications du passé nazi du pays. Le Comité de Mauthausen, chargé de la mémoire du principal camp du pays, a ainsi publié l’an dernier une petite brochure de seize pages recensant 59 « cas isolés » survenus ces dernières années.

L’un des derniers « cas isolés » concerne l’hôtel Stefanie de Bad Vöslau, à une quinzaine de kilomètres au sud de Vienne. Bad Vöslau est une ville thermale très célèbre pour sa source et la ville a donné son nom à une marque d’eau très connue en Autriche, un peu comme Vichy d’ailleurs ! Lire la suite

14 mai 2018 Posted by | Autriche, FPÖ, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | , , , | Laisser un commentaire

« L’Ordre du jour », aujourd’hui, c’est Lafarge, Macron, Trump…

VuillardfCe 4 mai, Eric Vuillard était l’invité de l’Institut français, à Vienne, pour présenter son dernier livre, L’Ordre du jour (Actes Sud, Goncourt 2017). L’historien Oliver Rathkolb était sur le podium avec lui pour l’interroger, tout comme le directeur de l’Institut français, Jacques-Pierre Gougeon, tandis que Margaret Millischer assurait avec brio la traduction dans les deux langues.

A celles et ceux qui n’auraient pas encore lu le livre : qu’attendez-vous ? Il est magnifiquement écrit, concis, sobre, et s’il concerne – ‘encore une fois’ penserez-vous peut-être – la montée du nazisme, son approche radicalement novatrice attisera votre curiosité tout au long de la lecture. L’auteur sait se glisser dans les interstices dans  l’histoire (un escalier interminable, une pane d’essence…), aborde des scènes que les historiens ont déjà décrites sous un tout autre angle, révélant en quelque sorte l’histoire derrière l’histoire. Qui plus est, pour celles et ceux qui n’en peuvent plus d’allonger leur « to-read-list », l’ouvrage se lit en moins de 90 minutes (et il est interdit de le télécharger sur les sites de torrent où on le trouve très facilement).

La première question d’O. Rathkolb a porté sur l’économie : pourquoi faire commencer le livre par cette rencontre extraordinaire du 20 février 1933 entre Hitler et les vingt-quatre plus grands industriels, à l’issue de laquelle ces derniers contribueront en espèces sonnantes et trébuchantes à la victoire du NSDAP ? Lire la suite

5 mai 2018 Posted by | Autriche, Mémoire, Nazisme, Uncategorized | , | Laisser un commentaire