Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Zweig, l’Europe et les animaux

 Pour bon nombre de nos concitoyens, l’Europe est d’abord une zone géographique et une administration. Celle-ci apparaît parfois comme une usine à gaz d’où sortent des règlements aussi étonnants et emblématiques que celui qui de 1996 à 2009 déterminait la courbure maximale autorisée d’un concombre. Parfois, au contraire, elle met par exemple en pratique ce que l’écrivain autrichien Stefan Zweig appelait déjà de ses vœux en 1932 : la possibilité pour des étudiants de passer une année dans un autre État membre. C’est ce que permet le programme Erasmus dont plus de quatre millions de jeunes ont profité (9 millions en tout car ce programme ne concerne pas que les étudiants).

 Seulement, l’Europe n’a pas su lutter contre les nationalismes et adopter ce que Zweig nommait « le point de vue supranational et universel ». Au mieux, si les lois des États membres parviennent à converger, c’est selon un alignement par le bas, ce que traduit dans le monde du travail la directive sur les travailleurs détachés. Souvent, c’est le respect des traditions qui justifie le statu quo, et le cas de la question animale est à ce titre exemplaire. Dans le Traité de Lisbonne, Lire la suite

12 février 2019 Posted by | Europe | Laisser un commentaire

“Autriche : la peur de l’islam” (France 3)

Avenue d'Europe.JPGMercredi 30 janvier, l’émission Avenue d’Europe présentée à 23h40 sur France 3 par Véronique Auger consacrait un sujet à l’Autriche intitulé “Autriche : la peur de l’islam”, réalisé par Geneviève Roger et Steven Pichavant et pour lequel j’ai joué le rôle de fixeur (celui qui prépare, organise, traduit etc.). Le reportage vous emmène notamment à la frontière avec la Slovénie, vous fait découvrir un couple de militants du FPÖ (le parti d’extrême droite) et vous donne aussi un aperçu sur la société civile qui lutte contre ce gouvernement.

Dans son lancement du sujet (à 15’27 dans la vidéo de l’émission), Mme Auger explique que le chancelier conservateur, Sebastian Kurz, “a dû s’associer avec l’extrême droite”, un point de vue politique qui banalise la présence de l’extrême droite au pouvoir et que je ne partage pas puisque l’extrême droite était arrivée en troisième position aux législatives d’octobre 2017 (et non 2016 comme il est indiqué par erreur sur le site de l’émission). Rien n’obligeait le jeune chancelier à faire ce choix (il aurait pu s’allier avec les sociaux-démocrates arrivés en seconde position).

 

 

 

 

 

31 janvier 2019 Posted by | Autriche | , , | Un commentaire

Un Guide bleu un peu brun

davHasard des brocantes, on m’a offert un guide touristique devenu historique : le volume datant de 1934 de la célèbre collection « Les Guides bleus », des éditions Hachette, consacré à la Bavière et à l’Autriche. Ce livre, censé être le premier d’une série « Europe centrale », est à la fois étonnant et révélateur. D’abord, placer la Bavière, région du sud de l’Allemagne, avec l’Autriche, n’est pas évident, à moins d’une grande intuition et d’anticiper l’Anschluss qui aura lieu quatre ans plus tard. La Bavière n’est d’ailleurs généralement pas placée en Europe centrale. Dans la préface, il est précisé que ce guide remplace celui qui était consacré à la Bavière et au Tyrol.

Mais ce qui est particulièrement intéressant, c’est, page 184, les propos tenus sur la population autrichienne. Après avoir noté que l’Autriche a peu d’étrangers (150 000 éléments « allogènes »), l’auteur, Johannès Dalbanne, ajoute ceci : « Même si on voulait y ajouter les Israélites qui, se servant de la langue allemande, n’entrent pas en compte au point de vue linguistique, on n’atteindrait que 350 000 personnes env., soit 5% de la population totale. »

Guidebleu

Le faible taux d’étrangers est présenté comme un atout de ce pays et les Juifs (« Israélites » dans le vocabulaire de l’époque), sont considérés comme à moitié étrangers, peut-être même des étrangers infiltrés dans la population et qu’on ne peut facilement identifier en raison de leur usage de l’allemand. Lire la suite

19 décembre 2018 Posted by | Antisémitisme, Autriche, Critique(s) d'ouvrage, Uncategorized | , , | 5 commentaires

L’extrême droite au pouvoir, « on n’a rien vu venir »

rienvu

On n’a rien vu venir est le titre d’un livre destiné aux adolescents mais qui peut bien sûr être lu par tou.te.s. Il décrit une société imaginaire qui dérive vers le fascisme après la victoire, aux dernières élections, du « Parti de la liberté ». C’est justement le nom, en français, du parti d’extrême droite autrichien, le FPÖ…

Le livre a été publié en 2012 par Alice Éditions, et il vient d’être traduit, en raison de l’actualité politique en Autriche, par Margret Millischer aux Éditions Bernest (qui le proposent à 10 EUR en souscription, cf. ce PDF). La démarche rappelle celle de Franck Pavloff dans Matin brun de (Éd. Cheyenne, 1998) mais l’originalité est ici dans la narration : sept écrivaines ont décrit les conséquences de la mise en place du régime sur sept familles.

Il y a dans ce pays une tenue unique, un lever obligatoire tous les jours à 6h33 (sauf 7h le mardi !), un Ministère des origines nationales qui rappelle bien sûr celui que M. Sarkozy avait choisi (« Identité nationale »), un nuancier, véritable échelle de couleurs, de un à sept, pour classer les citoyens (à partir de 4 – « caramel » -, ça ne va pas du tout !), un Ministère de l’hygiène physique et mentale, un Ministère de la droiture qui délivre des « carnets du citoyen »… Bien sûr, les théâtres ont été fermés et des listes d’œuvres culturelles ont été dressées : tout ce qui n’y figure pas est interdit. La répression est implacable, il y a des « personnes inférieures » et un regroupement – euphémisme – des handicapés dans des centres spécialisés. Échapper aux « Vigilants » relève alors du parcours du combattant, ou plutôt du Résistant.

Bien que ces descriptions puissent inquiéter, l’écriture est enjouée, parfois même drôle, et les adolescents sont tout à fait susceptibles d’apprécier les histoires racontées. Les réactions des familles sont variées : fuir, résister, dénoncer, se résigner, collaborer…

Il s’agit en somme d’un livre qui, justement, « aide à voir venir » et dans lequel toute ressemblance avec des partis réels peut ne pas être fortuite.

17 décembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Une conférence problématique sur l’antisémitisme

Kurz-JS

Sebastian Kurz, 21 novembre 2018

En Autriche comme en Israël, l’extrême droite est au pouvoir et occupe des ministères régaliens dans des gouvernements de coalition. Les traitements sont cependant bien différents et, à titre d’exemple, si, à gauche, l’indignation dominait – non sans raison – lorsque l’Autriche avait décidé de ne pas signer le pacte de l’ONU sur les migrations, personne n’a osé critiquer Israël lorsque, récemment, ce pays a pris la même décision. Si officiellement le gouvernement de Benjamin Netanyahu refuse tout contact avec l’extrême droite autrichienne du FPÖ, parti fondé, rappelons-le, par d’anciens nazis, il n’est pas question pour autant, pour ce gouvernement, de reprocher à Sebastian Kurz, le jeune chancelier autrichien de 32 ans, de gouverner avec ce parti. Bien au contraire, le chef du parti conservateur est qualifié par M. Netanyahu de « véritable ami d’Israël » et le 20 novembre dernier le Congrès juif européen a remis un prix à M. Kurz, reconnu à cette occasion comme « grand chef d’État ». Lire la suite

4 décembre 2018 Posted by | Antisémitisme, Autriche, Extrême droite, Uncategorized | , | Laisser un commentaire

Extrême droite autrichienne : jusqu’où ira la haine envers les musulmans ?

L’Autriche est célèbre pour ses marchés de Noël. Des touristes du monde entier s’y pressent et la capitale autrichienne, pourtant gouvernée par les socialistes, se fait discrète lorsque, dans une démarche fort peu chrétienne, elle interdit la vente du principal journal des sans-abris sur lesdits marchés (cf. ce billet). Régulièrement, ces marchés sont instrumentalisés par l’extrême droite qui insiste pour que la dimension chrétienne soit mise en évidence, mais pas dans le sens du partage. Pas question en république alpine d’évoquer un « sapin de Noël » (les Allemands parlent couramment d’un « arbre de Noël », Weihnachtsbaum) : ici on ne trouve que des Christbaüme, des « arbres du Christ » (cf. ce billet). De même, le marché de Noël s’appelle Christkindlmarkt : « marché de l’enfant Christ ».

La dernière trouvaille du parti d’extrême droite, le FPÖ (parti libéral d’Autriche) a été de critiquer la forme des stands sur le marché de Noël d’un arrondissement très populaire de la capitale, Favoriten. Lire la suite

26 novembre 2018 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Racisme, Uncategorized | , , , | Laisser un commentaire

L’Autriche, pays pionnier du droit animal

AN-Tierschutz

A ma gauche, Elise Huchard et Monique Bourdin

En Europe, l’Autriche est un pays pionnier du droit animal. Dès 1998, toutes les fermes d’élevage d’animaux destinés à produire de la fourrure ont été interdites ; la production d’œufs de poules maintenues en cage a été interdite en 2004 (avec une période de transition de cinq ans) ; trois ans plus tard, il en était de même pour les élevages de lapins etc. En France, une députée, Claire O’Petit, a confié à l’association Paris Animaux Zoopolis le soin d’organiser un colloque à l’Assemblée nationale intitulé « Vers la fin des animaux sauvages dans les spectacles », car la France n’a toujours pas légiféré sur le sujet. Ce colloque a eu lieu le 12 novembre, avec une centaine de personnes dans le public. J’ai pu expliquer comment l’Autriche est devenue le premier pays européen à interdire animaux sauvages dans les spectacles, insistant sur le rôle joué par l’association contre les usines animales (VGT, fondée en 1992). Vous pouvez retrouver le programme de la conférence, certaines vidéos et le support de présentation de mon intervention.

Le 1er novembre dernier, c’est le Portugal qui a interdit les animaux sauvages dans les cirques. Il y avait déjà 28 pays Lire la suite

19 novembre 2018 Posted by | Autriche, Uncategorized | , , , , | Un commentaire

Will Austrian tabloid journalists ever learn history and acknowledge their past?   

dav

« Österreich », 19. Nov. 2018, p. 19

This is how an Austrian daily, Österreich, reports on a march commemorating the 80 years of the Kristallnacht (Night of Broken Glass, Reichspogromnacht) in its edition from November 9th (p. 19). The demonstration was part of the series of Thursdays protest marchs against the government where the extreme right party has the lead.

Titel: Protest paralyzed the whole city
In the middle of the second column: This time they also wanted to remember the Jews who were put in jail by the police during the November pogroms.
End of the article: Car drivers could only breathe again after 8pm. “The worst traffic chaos was then gone”, said the Austrian Touring Club representative Alfred Obermayr.

Well, the reality is quite different. It lasted in Vienna many days, more than 30 people died, 6.547 Viennese were arrested and more than 4.000 of them were then deported to the Dachau concentration camp. 42 synagogues were set on fire. But for the journalist of Österreich, the most important thing to report is the traffic-jam generated by the protest march.
See also: « 9 November 1938 – 9 November 2018, historical truth still urgently needed!« 

9 novembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

9 November 1938 – 9 November 2018, historical truth still urgently needed!

Weinheber1drapo-d-at Hier unten auf Deutsch – drapo-fr Ci-dessous en français – לאנגלית גוללו מטה drapo-isr

Every now and then, I run up to the Kahlenberg, a Viennese hill with a fantastic view over the city. This morning, 9 November 2018, I noticed that the plaque with a poem by Josef Weinheber had been supplemented. Weinheber was a devoted nazi, member of the NSDAP (Nazi party) as early as 1931. Long before the war started, he regularly complained about the Jews « dominating » the literary market, thus keeping his talent from being recognised. He wrote a poem for Hitler’s birthday and the Führer put him on the list of “divinely gifted” prominent Nazi artists who were exempt from any war service (see the Wikipedia entry). Until recently, one of his poems was on display on the Kahlenberg without any biographical notes. Exactly 80 years after the “Kristallnacht” (pogrom against Jews in a November night in 1938), some people thought this should change. Lire la suite

9 novembre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Le racisme au cœur du pays

FamilienbeihilfeARBLa réduction des allocations familiales pour les étrangers a été jusqu’ici une des mesures phares de ce gouvernement où l’extrême droite a décidément les coudées franches (cf. ce billet). Concrètement, il s’agit de diminuer les allocations pour les ressortissants communautaires dont les enfants restent au pays. Cela concerne à plus de 90% des femmes polonaises, tchèques, slovaques ou roumaines qui travaillent en Autriche dans les hôpitaux, les entreprises de nettoyage ou d’aide à domicile pour les personnes âgées. L’extrême droite profite de cette mesure pour lancer une campagne « Notre argent pour nos enfants » (Unser Geld für unsere Kinder), expliquant que les 114 millions ainsi économisés iront aux enfants autrichiens (ce qui n’est d’ailleurs pas prévu).

Et pour représenter ces étrangers qui ne toucheront plus autant d’argent des Autrichiens, quoi de mieux pour un parti raciste qu’une femme noire portant le voile ? Lire la suite

27 octobre 2018 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire