Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Le gouvernement autrichien impuissant face aux néonazis

kkk2

Soirée pyjama un peu spéciale dans la branche viennoise de la corporation Germania

En Autriche, à côté des célèbres « Burschenschaften » comme Olympia, Vandalia, Teutonia ou Moldavia, ces corporations étudiantes exclusivement masculines, pangermanistes, où se révèlent les liens entre le parti d’extrême droite (FPÖ) et divers groupuscules néonazis ou négationnistes, il y a également des corporations qui regroupent d’anciens lycéens, les « pennalen Burschenschaften ». « Germania » est le nom de l’une d’entre elles et jusqu’au 24 janvier 2018, son vice-président en Basse-Autriche n’était autre qu’Udo Landbauer, le responsable de l’organisation de jeunesse du FPÖ de 2011 à 2018 et surtout le candidat du FPÖ aux élections régionales de Basse-Autriche prévues le 28 janvier prochain. Or, l’hebdomadaire Falter a révélé mardi 23 janvier le contenu du livre de chant imprimé en 1997 et utilisé par les membres de cette organisation. A la page 182 on lit « Le juif Ben Gourion arrive parmi eux : ‘Allez les Germains, mettez les gaz, on va réussir à atteindre le septième million’ » puis « Ensuite arrive un chinetoque aux yeux bridés : ‘Nous aussi on est des Indogermains et on veut aller à la Waffen-SS.’ »

nina1.JPG

Cette association dont la devise est « Allemand et fidèle dans la détresse et dans la mort » („Deutsch und treu in Not und Tod“) est bien sûr fermée au public et ses livres de chant sont réservés aux membres.

nina01

Interrogé à la télévision nationale, Udo Landbauer a expliqué, pour sa défense, qu’il était un piètre chanteur et que, de ce fait, il n’ouvrait jamais ce livre… dont bien entendu il condamnait le contenu. Par ailleurs, comme il est entré dans cette corporation en 2001, quatre ans après l’impression du livre, il ne serait en rien responsable. Ensuite, tentant toujours de circonscrire les effets de cette révélation, un porte-parole de Germania a déclaré que les chants incriminés (car il y a aussi des chants ouvertement nazis comme celui de la légion Condor) étaient « noircis » et les pages correspondantes, de ce fait, rendues inutilisables. Plus tard, la version officielle fut que ces pages avaient été déchirées des livres, ce qui a amené un caricaturiste de talent à représenter deux membres de Germania discutant ensemble : le premier demande « tu me passes un livre de chant ? » et le second « celui où on a noirci les pages ou celui où on a déchiré les pages » ?

Le plus impressionnant c’est sans doute les réactions au sein du gouvernement, car  l’orientation idéologique de ces corporations ne fait aucun doute (cf. sur ce blog « Plongée au sein d’une corporation étudiante autrichienne d’extrême droite » ou mon infiltration en juin dernier pour le Journal du dimanche dans la fête du solstice des corporations). Bien entendu, le ministre de l’intérieur FPÖ, Herbert Kickl, connu comme étant la plume du parti pour les campagnes électorales (par exemple « Plus de courage pour notre sang viennois ») a dédouané son compagnon Udo Landbauer : « Pour être honnête, je considère comme plutôt exclu qu’une enquête le concerne », ce qui peut s’assimiler à une ingérence dans les compétences de la justice. Le vice-chancelier, Heinz-Christian Strache, lui-même membre de la corporation Vandalia comme 18 des 51 députés FPÖ du Parlement, a minimisé cette affaire en expliquant que cela ne concernait que la Basse-Autriche où ce livre a été trouvé (19 exemplaires ont été saisis par la police le 24 janvier), se félicitant que M. Landbauer ait si vivement condamné la teneur des chants incriminés. Mme Kneissl, ministre des affaires étrangères nommée par le FPÖ a préféré de son côté jouer d’euphémisme, estimant que cette découverte était « extrêmement regrettable » et ajoutant aussitôt, questionnée sur un éventuel appel au retrait de M. Landbauer : « je n’ai rien à exiger ». Même chose pour le chancelier Sebastian Kurz, qui a bien entendu « fermement condamné » (ce qui ne coûte pas très cher) mais n’en tire aucune conclusion politique.

En Basse-Autriche, à quelques jours des élections, la tête de liste du parti conservateur, Johanna Mikl-Leitner, s’est dite choquée mais n’exclut pas une coalition avec le FPÖ d’Udo Landbauer, une telle coalition correspondrait d’ailleurs à la situation politique au niveau fédéral. L’affaire est complètement minimisée, alors même que le magazine profil a montré qu’Udo Landbauer avait lui-même fait de la publicité au début des années 2010 pour un autre recueil de chant, celui des « jeunes patriotes », contenant des chants nazis comme „Auf Kreta“ (Cap sur la Crête) rendant hommage aux parachutistes de la Luftwaffe coupables de crimes de guerre.

UdoL

Seuls une bonne centaine de professeurs des universités autrichiennes ont pu se mobiliser pour exiger dans un appel au chancelier Kurz qu’il mette un terme à toute collaboration avec les membres d’une corporation d’extrême droite. Le représentant de la communauté juive, M. Deutsch, a de son côté exigé le retrait de la candidature de M. Landbauer. Il ne pourra pas en parler le 26 janvier avec les ministres du gouvernement car pour la première fois, les représentants de la communauté juive ne participeront pas aux commémorations pour la “Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste”, boycottant toute cérémonie officielle avec des ministres d’extrême droite. Lesdits ministres, eux, feront la fête toute la nuit dans la Hofburg, l’équivalent autrichien du Palais de l’Elysée, pour la sixième édition de l’Akademikerball, organisé par le FPO et rassemblant la fine fleur de l’extrême droite européenne avec quelques figures bien connues des scènes néonazie ou eurasiste comme le russe Alexander Dugin que Marion Maréchal Le Pen et son grand-père connaissent bien.

Si le gouvernement autrichien est impuissant face aux néonazis et aux antisémites, n’est-il pas, six semaines après sa nomination, mûr pour une démission ? Et pourquoi les partenaires européens de l’Autriche ne réagissent-ils pas à cette situation ?

Sources et compléments

Sur ce blog, au sujet de l’Akademikerball

 

Publicités

26 janvier 2018 - Posted by | Antisémitisme, Autriche | , , ,

Un commentaire »

  1. oui, pourquoi les autres gouvernements européens ne réagissent-ils pas?

    Commentaire par Noé | 26 janvier 2018 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :