Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Des rosiers publics et privés

Roses= Poll in English at the end =
Pour ou contre ? A Vienne on peut payer pour dédier un rosier à quelqu’un dans un parc public. En se promenant dans les jardins de la ville, que ce soit au Volksgarten (entre le Burgtheater et le Parlement), ou dans le parc de Schönbrunn, on trouve des plaques sur certains rosiers, plus ou moins originales. En général le rosier est dédié à une femme ou atteste d’un amour entre deux personnes. Une page du site du ministère explique la marche à suivre et les tarifs : 350 EUR pour que votre plaque soit visible pendant cinq ans, 650 EUR pour dix an.

roses2C’est incontestablement, là encore, un signe de l’emprise du néolibéralisme, mais ce n’est pas aussi grave que les casiers d’écoliers confiés au privé, les ventes d’emplacement et de listes de numéros de téléphone pour les campagnes électorales (néolibéralisme 1 – démocratie 0), le Musée des sciences et des technique qui roule pour les astrologues contre espèces sonnantes et trébuchantes, les multinationales de la sécurité qui emploient le personnel des théâtre nationaux, la privatisation de la Hofburg (équivalent de l’Elysée) qui explique que les néonazis puissent y danser à loisir, ou encore la gestion du principal centre de demandeurs d’asile confiée à une multinationale suisse (ORS GmbH)…, si ?
A vous de vous exprimer :

Publicités

28 mai 2017 - Posted by | Uncategorized

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :