Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Prise de pouvoir de l’extrême droite en Autriche

 

cartebleue

Partis arrivés en première position au premier tour des élections présidentielles du 24 avril, en bleu l’extrême droite (détails ici).

Inexorablement, l’extrême droite progresse en Autriche, avec aujourd’hui 35,3% des suffrages exprimés aux élections présidentielles. L’arithmétique électorale d’abord. Les journalistes qui suivent l’actualité autrichienne partent souvent du score de Heinz-Christian Strache, le sémillant président du FPÖ (« parti libéral d’Autriche »), aux dernières élections législatives de 2013. Ils oublient souvent qu’il convient d’ajouter le score du BZÖ (« l’alliance pour l’avenir de l’Autriche », parti de Jörg Haider, sur le déclin depuis la mort de ce dernier en 2008) et le score de la Team Stronach (maintes fois citée sur ce blog), et dont l’orientation idéologique ne fait aucun doute lorsque le président de son club parlementaire compare en séance plénière les réfugiés à des Néandertaliens. On arrivait alors à 30% des voix à l’extrême droite. Le gouvernement étant issu d’une « große Koalition » entre les sociaux-démocrates et les conservateurs, le FPÖ, est rapidement devenu le parti d’opposition. Les élections régionales sont importantes dans un pays fédéral comme l’Autriche et elles n’ont pas lieu en même temps. Au printemps 2015, au Burgenland, une région frontalière avec la Hongrie, ce sont les sociaux-démocrates du SPÖ qui ont accepté de gouverner avec le FPÖ qui n’avait pourtant obtenu que 15% des suffrages (6 points de plus qu’aux élections précédentes). Peu après, ce sont les conservateurs de l’ÖVP qui ont intronisé le FPÖ à la tête de la Haute-Autriche, le parti de M. Strache ayant obtenu 30% des voix (voir « Alerte brune en (Haute-)Autriche »). A Vienne, début octobre, alors que la crise européenne concernant l’accueil des demandeurs d’asile occupait déjà la une de tous les journaux, le FPÖ avait obtenu 31% des suffrages, pas assez pour mettre en péril la coalition entre les sociaux-démocrates et les écologistes dans Vienne-la-rouge.

Seulement, peu à peu, le gouvernement a repris point par point certaines mesures prônées par le FPÖ, notamment en matière d’asile (voir « Le virage de l’Autriche sur la question de l’asile »). Encore le 15 avril dernier, à moins de dix jours du scrutin, le ministre de la défense SPÖ, M. Doskozil, a appelé à durcir encore la politique en mettant en place de nouveaux « obstacles ». Résultat, dans le Burgenland où il était chef de la police jusqu’en janvier dernier, le FPÖ a battu tous les records ce dimanche, avec 42 % des suffrages.

Comme en Allemagne, la question des demandeurs d’asile et des réfugiés occupe une place centrale en Autriche. Pour mémoire, la France n’a accueilli que 10 000 réfugiés syriens depuis 2011, alors qu’en Autriche il y en a eu 25 000, rien que pour l’année 2015 (sur 90 000 demandeurs d’asile cette année-là). Un fait divers survenu vendredi 22 avril, deux jours avant le vote, a sans doute accéléré l’orientation de l’électorat à l’extrême droite : une étudiante violée dans une gare par trois demandeurs d’asile afghans. D’autres agressions, largement relayées par les médias avaient contribué à développer ce climat de haine (voir « Des piscines interdites aux réfugiés en Autriche »). Pourtant, qui se donne la peine de s’informer correctement pourrait lire un excellent article dans Die Presse, expliquant que selon l’Office fédéral de police criminelle, en 2015, 4,7% des délits sexuels étaient commis par des demandeurs d’asile, contre 4,9% pour 2006 !

Le résultat des études sur le vote selon le niveau d’éducation est sans appel : les apprentis ont voté à 72% pour l’extrême droite contre 15% pour celles et ceux qui ont un diplôme universitaire. Le vote dès 16 ans a aussi probablement joué en faveur du FPÖ car chez les hommes de moins de 29 ans on a 51% de vote pour Norbert Hofer, le candidat du FPÖ arrivé largement en tête.

Alors qui est Norbert Hofer, le héros de la soirée électorale ? C’est d’abord le deuxième vice-président du Parlement autrichien, élu selon une tradition autrichienne par des voix des sociaux-démocrates et des conservateurs (cf. « Quand la tradition fait perdre la raison »). Comme tous les députés de son parti, il portait à la boutonnière lors de la séance inaugurale un bleuet, symbole du NSDAP en Autriche lorsqu’en juin 1933 ce parti a été interdit et que la croix gammée ne pouvait être affichée (voir cet aperçu historique et la photo ci-dessous). L’Autriche, appelée « Ostmark » par les nazis est aujourd’hui à l’honneur : des corporations étudiantes pangermaniques et ouvertement néonazies comme Olympia (cf. ce billet) se félicitent de cette première victoire, en attendant le second tour, le 22 mai prochain.

olympia

La « Ostmark » a choisi le président allemand – Merci camarades !!! 18 ! [18 étant un code bien connu pour « Adolf Hitler », 1ère et 8ème lettres de l’alphabet]. Notez « Heil Deutschland » à la fin du message.

Il faut savoir que, contrairement à ce qu’on peut lire ou entendre dans les médias français, le poste de président n’est pas qu’honorifique dans la constitution autrichienne. Ce sont les derniers présidents qui ont fait le choix d’être peu actifs, en dehors du moment où ils font prêter serment au chancelier qui forme le gouvernement, et sur quelques points de politique étrangère. ils peuvent d’ailleurs dissoudre l’assemblée, ce qu’a annoncé Hofer en cas d’élection. Alexander van der Bellen, candidat soutenu par les Verts qui affrontera l’extrême droite au second tour, a déjà dit qu’il refuserait un chancelier d’extrême droite, alors que des législatives anticipées devraient avoir lieu à l’automne, tant les deux partis du gouvernement, arrivés tous deux au score de 11% de voix, ont perdu toute crédibilité. Irmgard Griss, soutenue par les libéraux, est arrivée troisième avec 19% des voix et lors de la campagne, elle a donné de nombreux gages à l’extrême droite, expliquant qu’elle avait « oublié » si elle avait soutenu Kurt Waldheim en 1986 (voir « Kurt Waldheim : un ‘éclaireur’» ? », L’Arche, n°591, juillet 2007), que tout n’avait pas été négatif lorsque de 2000 à 2006 l’extrême droite se partageait le pouvoir avec les conservateurs etc.

Pour le second tour, nul ne peut dire à l’heure actuelle si l’extrême droite ne l’emportera pas, dans l’esprit de nombreux Autrichiens tout comme bon nombre de médias, ils ont déjà pris le pouvoir.

PS du 28/4 : A ce jour, aucun des deux partis de gouvernement n’a appelé à voter pour le candidat écologiste. Le maire de Vienne (SPÖ) l’a fait, quelques personnalités de l’ÖVP aussi, mais il n’y a pas (encore ?) de consigne de vote au niveau fédéral. Une page permet de faire différentes hypothèses sur la participation et les reports de voix… cela reste serré.

Sources et compléments

Sur ce blog

Et aussi :

Et enfin, Andreas Wetz und Manfred Seeh, « Sexualdelikte: Überhang bei afghanischen Tätern », Die Presse, 22.4.2016

25 avril 2016 - Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Réfugiés, Uncategorized | ,

5 commentaires »

  1. Bonjour,
    Tout d’abord, j’adore tes analyses qui permettent d’aborder sous un autre angle l’actualité. En conservant à l’esprit que pour avoir une idée de la situation il est parfois utiles de la regarder sous diverses position tout comme on peut le constater dans les illusions d’optiques.
    Je ne prétend pas disposer des éléments factuels mais peut être pourras nous éclairer aussi à ce sujet.
    Tu cites la proportion d’auteurs immigrés dans les viols 4,7% en 2015 alors qu’il y en avait 4,9% en 2009. Présenté ainsi cela dénoterait une baisse sensible. Mais il serait quand même important de rapporter le nombres d’actes commis dans ces périodes. Je ne vais pas me lancer dans une démonstration mathématique normalement connue sur les pourcentages.
    Dans le même ordre d’idée, désigné une frange de la population , les apprentis qui voteraient à 72% à l’extrême droite tandis que les universitaires qu’à15%. On peut également l’interpréter comme quoi les apprentis sont plus rapidement confrontés au monde réel du travail et de son incidence quotidienne. Finalement on gardant une frange plus longtemps scolarisé , on n’arrive mieux à les manipuler ? Le système d’apprentissage autrichien évite quand même un taux de chômage aussi élevé qu’en France. Bien sûr nous pourrions mettre tous le monde dans les universités jusqu’à l’âge de la retraite. On parle déjà de revenu de base universel pour éviter à nos jeunes d’être confronté avec le travail . Au moins , l’Autriche ose la démocratie en permettant à une jeunesse de s’exprimer par le vote, nous préférons en France les opposer aux forces de l’ordre dans la rue .Est ce un meilleur choix?
    Je connais le refrain , sur la peste brune , mais la couleur du choléra est elle plus agréable ?
    Le monde que l’on propose aux générations ne sent pas la rose !!!!

    Commentaire par STEPHANE CAPPELLARO | 25 avril 2016 | Répondre

  2. Ces résultats ne doivent guère vous étonner puisqu’il y a environ 2 ans vous aviez écrit que ce parti risquait de dominer. Il n’était guère question alors des réfugiés.Quant au Président c’est tout de même lui qui nomme le chancelier et peut surtout dissoudre l’Assemblée…ce qui est dans le programme du vainqueur de ce 1er tour….

    Commentaire par Guillaume | 25 avril 2016 | Répondre

  3. c’est bien inquiétant ,quand on voit que les moins informés sont légion pour soutenir l’extrême- droite, et que Marine Le Pen se pavane!

    Commentaire par mao | 25 avril 2016 | Répondre

  4. « L’un de ses grands combats [du FPÖ] est l’abolition de la loi de 1947, qui prévoit une peine de vingt ans de prison pour quiconque reconstitue le parti nazi, propage son idéologie ou nie ses crimes, notamment l’Holocauste », souligne de son côté Libération.
    Je viens de lire ca sur le site du monde. Ça me parait sensé, mais je n ‘en avais jamais entendu parlé, vous confirmez?

    Commentaire par Jarmi | 26 avril 2016 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :