Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Quand la police autrichienne attaque encore, neuf ans plus tard, un Africain qu’elle a torturé

poli2Malgré l’actuelle dévotion nationale pour le concours de chansonnettes en playback, un observateur vraiment attentif des médias autrichiens aura pu découvrir un cas d’intimidation exercée par la « police des étrangers » (Fremdenpolizei) à l’encontre d’un Africain déjà torturé en avril 2006 par quatre fonctionnaires de ces services. Comme je l’avais relaté dans ce billet, Bakary J. s’était à l’époque rebellé pour éviter d’être reconduit dans son pays d’origine, criant son innocence dans une affaire où il était mis en cause pour trafic de stupéfiants (dans laquelle en fin de compte il n’a jamais été condamné). Au lieu d’être reconduit en cellule, il avait été littéralement  torturé dans un hangar désaffecté par les policiers chargés de son escorte expliquant « on déteste les Juifs et les noirs ». Fait extraordinaire dans l’histoire de la justice autrichienne, cette fois-ci les policiers avaient été reconnus coupables d’actes de torture, Bakary J. avait reçu 110 000 EUR de dédommagement… mais cela n’avait pas empêché l’Etat autrichien de poursuivre la procédure d’expulsion (cf. ce billet).

Le 21 avril dernier, vers 16 heures, quatre hommes en civil se sont présentés à son domicile comme policiers et ont mis son appartement à sac. Bakary J. n’était pas présent, il venait de sortir, et c’est un ami qui a ouvert la porte et qui a pu témoigner plus tard devant les journalistes de l’ORF (l’équivalent de France Télévision). Etonnamment confiant dans la police de son pays de résidence, Bakary J. est allé le jour même au commissariat de son quartier pour demander des explications car les quatre hommes n’avaient pas présenté de cartes ni de mandats de perquisition.

Commissariat de Semmering

Commissariat de Semmering

La réaction du commissariat de Simmering (l’arrondissement où il vit) a été quelque peu paradoxale : on lui a assuré qu’il ne s’agissait pas de policiers, mais en même temps, aucun fonctionnaire de police n’est venu relever d’empreintes ou constater les dégâts. Il n’a pas pu déposer plainte.

Trois semaines plus tard, le 14 mai, de la colle a été déposée pour la troisième fois dans sa serrure, lui interdisant l’accès à son appartement. Bakary qui est encore suivi pour les séquelles psychologiques de la torture subie n’en peut plus. Le 19 mai, questionné par l’avocate de Bakary, Susanne Kurtev, la police  a reconnu qu’il s’agissait bien finalement de policiers en civil, de la police des étrangers. La députée verte Alex Korun a décidé de se battre pour lui. Le 20 mai elle a posé une question écrite au gouvernement (question qu’elle a eu l’amabilité de partager sur Facebook). Le ministère de l’intérieur a l’obligation de répondre dans un délai de huit semaines aux 23 questions posées par la députée. S’il s’agissait simplement de contrôler l’identité de Bakary J., comme la police l’affirme dans son dernier communiqué, pourquoi avoir dévasté son appartement ? Pourquoi avoir déclaré au départ à l’avocate qu’à 99% il ne s’agissait pas de policiers ? Pourquoi avoir refusé de prendre sa plainte au commissariat ? Qui a décidé cette fouille de son appartement et pourquoi ? Espérons que la lumière sera faite sur ce nouveau scandale de la police des étrangers. Pendant que des millions d’Européens célèbrent l’Eurovision avec la devise « building bridges », Bakary J. vit lui une toute autre réalité.

Sources et complément

24 mai 2015 - Posted by | Autriche, Expulsions | , ,

Un commentaire »

  1. merci pour ce bel article!
    bravo pour cette dénonciation d’un tel racisme qui hélas se perpétue

    Commentaire par mao | 4 juillet 2015 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :