Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Quand la police autrichienne attaque encore, neuf ans plus tard, un Africain qu’elle a torturé

poli2Malgré l’actuelle dévotion nationale pour le concours de chansonnettes en playback, un observateur vraiment attentif des médias autrichiens aura pu découvrir un cas d’intimidation exercée par la « police des étrangers » (Fremdenpolizei) à l’encontre d’un Africain déjà torturé en avril 2006 par quatre fonctionnaires de ces services. Comme je l’avais relaté dans ce billet, Bakary J. s’était à l’époque rebellé pour éviter d’être reconduit dans son pays d’origine, criant son innocence dans une affaire où il était mis en cause pour trafic de stupéfiants (dans laquelle en fin de compte il n’a jamais été condamné). Au lieu d’être reconduit en cellule, il avait été littéralement  torturé dans un hangar désaffecté par les policiers chargés de son escorte expliquant « on déteste les Juifs et les noirs ». Fait extraordinaire dans l’histoire de la justice autrichienne, cette fois-ci les policiers avaient été reconnus coupables d’actes de torture, Bakary J. avait reçu 110 000 EUR de dédommagement… mais cela n’avait pas empêché l’Etat autrichien de poursuivre la procédure d’expulsion (cf. ce billet).

Le 21 avril dernier, vers 16 heures, quatre hommes en civil se sont présentés à son domicile comme policiers et ont mis son appartement à sac. Lire la suite

24 mai 2015 Posted by | Autriche, Expulsions | , , | Un commentaire

Torturé il y a six ans, il attend… sa possible expulsion !

// Ils m’ont dit « on déteste les juifs et les noirs »… //

Il y a des prénoms que tous les Africains connaissent en Autriche. « Omofuma » en est un, c’est celui d’un jeune Nigérian que la police autrichienne a assassiné par étouffement en 1999 en l’immobilisant pendant son expulsion en avion (trois occurrences sur ce blog). En 2006, c’est l’histoire de Bakary J. qui fut quelques temps à la une des médias. Condamné pour un affaire de stupéfiants, ce Gambien avait toujours affirmé que la drogue avait été placée à son insu. Il devait être expulsé en 2006 et avait été arrêté par quatre policiers qui l’avaient emmené dans un hall déserté. Là, les policiers en uniforme qui le  traitaient de « nègre » depuis le début lui ont demandé s’il connaissait Hitler avant de lui expliquer « on déteste les juifs et les noirs », puis de se mettre à le tabasser. Il avait été véritablement torturé : ligoté puis battu jusqu’à ce que les os de son crâne se fracturent un à un (os malaire, os frontal, plancher de l’orbite de l’oeil…) et qu’il ne crache plus que du sang. Ce qui est intéressant dans cette histoire, au-delà du drame personnel car Bakary en fait encore des cauchemars et souffre de séquelles, c’est que les policiers ont été « condamnés » et le cas de torture officiellement reconnu. Lire la suite

25 mai 2012 Posted by | Uncategorized | , , | Laisser un commentaire