Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« En attendant, il est midi à Gramatneusiedl »

Gramatneusiedl_Marienthal_2010_03-pt

A nouveau un article signé Sébastien Mabille, le dévoué correspondant du Petit flambeau pour l’ensemble du territoire de Gramatneusiedl. Un grand merci à lui !

Fin janvier 2015, lors des dernières municipales de la commune où j’habite, j’ai eu la chance de voter et de partager cette expérience dans ces colonnes.

Gramatneusiedl… Ce nom ne dit vraisemblablement rien pour la plupart des francophones qui lisent ce blog, et en plus il est quasiment imprononçable. En Autriche, c’est un peu une représentation du « trou du cul du monde », et beaucoup d’Autrichiens ne savent même pas que cette commune existe réellement. Il y a quelques années, lors d’un jeu radiophonique, un séjour à Gramatneusiedl était offert… au perdant. Même mes collègues, à qui j’annonçais en 2008 que j’allais déménager à Gramatneusiedl, croyaient que je leur faisais une blague.

Gramatneusiedl, c’est aussi la commune où ont été étudiés pour la première fois en 1933, par les sociologues Marie Jahoda, Paul Lazarsfeld et Hans Zeisel, les effets de chômage de longue durée. L’ouvrage, les chômeurs de Marienthal, est devenu un classique de la littérature sociologique. Marienthal est en fait un quartier de Gramatneusiedl qui doit son nom à une entreprise de textile qui a été victime de la crise au début des années 30. L’étude démontre entre autres que le chômage de longue durée, contrairement aux idées acquises, n’amène pas à la révolte, mais plutôt à la résignation passive.

Cette étude a fait l’objet d’un téléfilm en 1988, nommé Einstweilen ist es mittag (En attendant, il est midi) qui a été présenté au festival de Berlin et diffusé entre autres par arte. Le film montre que cette résignation passive conduit à l’acceptation du nazisme qui était alors pour certains, en 1933, symbole de renouveau et d’espoir.

Aujourd’hui Gramatneusiedl n’a plus d’usine de textile du tout (mais les anciens appartements des employés sont encore là, de part et d’autre de la rue principale, voir la photo), c’est une commune de près de 3000 habitants assez classique, avec ses deux écoles maternelles, son école primaire et son gymnase, sa « neue Mittelschule » (sorte d’équivalent du collège, mais moins bien reconnue que le « Gymnasium » qui est l’équivalent du lycée), un bureau de poste, un poste de police, une caserne de pompiers, une église, deux « Heuriger » (proche des ginguettes ou auberges – je vous conseille Schlösinger, il fait un petit blanc bien sympa), une pharmacie, deux aires de jeux pour les enfants, un terrain de Beach-Volley, une boucherie, un supermarché et une gare qui est reliée directement à la gare principale de Vienne (Wien Hauptbahnof en moins de 15 minutes !). La liste n’est pas exhaustive, mais ça permet de situer un peu le décor.

Suite aux élections municipales dont je rendais compte dans mon dernier article, les résultats des élections ont été les suivants :

25.01.2015 14.03.2010
Parti Pourcentage des voix exprimées Nombre de voix Nombre de sièges Pourcentage des voix exprimées Nombre de voix Nombre de sièges Différence
SPÖ 41,67 % 658 10 44,24 % 745 10 -2,57 %
ÖVP 28,06 % 443 6 26,01 % 438 5 2,05 %
Gramat Voran 16,15 % 255 3 17,93 % 302 4 -1,78 %
Liste AKTIV 0,82 % 13 0 6,95 % 117 1 -6,12%
FPÖ 6,97 % 110 1 4,87 % 82 1 2,1 %
Grüne 6,33 % 100 1
  • SPÖ : Parti socialiste autrichien
  • ÖVP : Parti du peuple autrichien (droite conservatrice, équivalent de l’UMP en France)
  • Gramat Voran : liste indépendante, plutôt centre-droite.
  • Liste AKTIV : liste indépendante, plutôt extrême-gauche
  • FPÖ : Parti de la liberté d’Autriche (extrême-droite, équivalent du FN en France)
  • Die Grüne : les Verts

Comme on peut le constater, pas un seul parti n’a obtenu de majorité absolue, comme en 2010, en termes de voix, comme en termes de sièges obtenus. Ici, il y avait 21 sièges à pourvoir cette année. Ceci est en fonction de la taille de la commune, ou plus précisément du nombre d’inscrits sur la liste électorale et du Land dans lequel se trouve cette commune.

La répartition des sièges se fait selon la méthode d’Hondt utilisée lors d’un scrutin proportionnel plurinominal comme c’est le cas ici (pour en savoir plus, voir les liens ci-dessous).

Car en fait c’est surtout le nombre de sièges gagnés qui importent. Ce sont eux qui votent pour le maire et le premier adjoint lors de l’assemblée inaugurale du conseil municipal (konstituierende Sitzung des Gemeinderates).

Avant cette assemblée inaugurale, les différents partis essaient de se rassembler et de se mettre d’accord les uns les autres pour obtenir une majorité absolue de sièges. Ainsi, en 2010, grâce à une coalition SPÖ-Liste Aktiv, la maire sortante SPÖ Erika Sikora avait pu se faire réélire. Cette année, la liste Aktiv n’a pu rassembler les voix qu’il avait gagnées il y a 5 ans, et ils n’ont pu gagner aucun siège. L’opposition constituée de l’ÖVP, Gramat Voran, die Grünen et le FPÖ s’est alors réunie à la mi-février 2015 et ils ont ensemble rédigé un accord mutuel, signé par les quatre représentants de ces partis, pour donner une nouvelle orientation politique à Gramatneusiedl durant la nouvelle législature 2015-2020. L’objectif primaire était clair : ne pas réélire la maire sortante…

Seulement, le 9 mars dernier, lors de l’assemblée inaugurale, quelle n’a pas été la surprise de voir madame Sikora se faire réélire à 11 voix contre 10 !

Le FPÖ avait retourné sa veste…

Erika Sikora a promis la place de premier adjoint au représentant du FPÖ, Markus Vetter. Pour sauver sa place, elle a préféré renier ses convictions ainsi que celles de son parti qui normalement refuse toute alliance avec le parti d’extrême droite. Lui, a eu peur de ne pas pouvoir se faire entendre au sein d’une coalition de 4 partis… Et pour cause, avec seulement 7% des voix, il ne pouvait pas prétendre au poste de premier adjoint…

Le plus impressionnant et difficile à avaler au final, c’est que le SPÖ et le FPÖ ne représentent pas de majorité absolue en termes de voix… A eux deux ils ne représentent « que » 48,64 % des voix exprimées.

Cette assemblée inaugurale semble avoir laissé beaucoup de rancœur et un goût amer au sein de l’opposition (et pour cause).

Quelles vont être les conséquences pour la commune et ses habitants ? Comment une maire SPÖ et un premier adjoint FPÖ vont-ils pouvoir s’entendre ?

La suite au prochain épisode. En attendant, il est midi…

Compléments

14 mars 2015 - Posted by | Uncategorized | , , ,

3 commentaires »

  1. Les grands principes pris dans la capitale s’effondrent au niveau local.
    Rien de plus normal.
    Jugeons après actes, ne faisons pas de procès dd’intention.

    Commentaire par Anonyme | 14 mars 2015 | Répondre

    • Quelle sagesse anonyme ! C’est de l’antique à graver dans le marbre du souvenir. Oserais-je ajouter : mieux vaut un bon tiens que deux tu l’auras ?

      Commentaire par Jean | 21 mars 2015 | Répondre

      • Merci

        Commentaire par Anonyme | 22 mars 2015


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :