Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« Une église pour les gens d’aujourd’hui »

Photo JS, 30.12.2014

« Une église pour les gens d’aujourd’hui », c’est avec ces mots que l’architecte autrichien Otto Wagner (1841-1918) conçut un bâtiment exceptionnel, au milieu de ce qu’on nommait alors un asile d’aliénés (Irrenanstalt). Que ce soit dans la conception d’une synagogue à Budapest ou d’une église pour Essegg (aujourd’hui ‘Osijek’ en Croatie), le natif de Penzing, un quartier de Vienne, estimait que les bâtisseurs contemporains étaient trop ancrés dans le passé, incapables de saisir la modernité. Il se démarquait ainsi de ceux qu’ils nommaient « les artistes bâtisseurs archéologues » (Lux 1914, p. 75). Le projet de Wagner était si original qu’il effraya la ville de Vienne, c’est le Land de Basse-Autriche qui accepta ce projet monumental : construire 60 bâtiments pour 2500 malades (Ostwald 1948, p. 20). Ouvert sur les hauteurs de Vienne en 1907, le complexe contenait également une église et une salle de théâtre. Pour Wagner, à la fois progressiste et rationaliste, il convenait d’une part que les occupants du lieu puissent bénéficier d’un environnement aussi proche que possible de celui des bien-portants et, d’un autre côté, que ces bâtiments soient des plus fonctionnels. Ayant lui-même conçu la décoration intérieure et les éléments de mobiliers, il a tenu à ce que la visibilité de l’autel soit maximale de tous les bancs de l’église et que le bâtiment soit facile à entretenir.

Biche2-10nov2012-pt

Photo JS, 10 nov. 2012

Cette église d’un style monumental souvent rapproché de l’art nouveau (Jugendstil) fait aujourd’hui partie des points les plus remarquables à visiter pour tous les férus d’architecture (par exemple sur le site en français de l’office du tourisme), mais comme souvent en Autriche, elle repose sur un « champ de mines », ces lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale qui ne sont pas toujours correctement signalés. Dans ce complexe hospitalier, connu sous le nom de « Am Spiegelgrund » entre 1940 et 1945, environ 750 enfants déclarés « asociaux » ont été assassinés par le Mengele local, le bon Docteur Heinrich Gross (intégré au parti social démocrate après-guerre, mort dans son lit en 2005 – voir ce dossier en français ou cet article en anglais). Ce n’est que depuis 2003 qu’un monument honore la mémoire des enfants assassinés dans ce lieu. Otto Wagner était loin d’imaginer ce qui pourrait se passer dans les bâtiments qu’il a dessinés.

N’oubliez pas l’album des photos prises le 30 décembre 2014 sous la neige…

 Sources et compléments (au sujet d’Otto Wagner) :

  • Lux, Joseph August. 1914. Otto Wagner; eine Monographie. München, Delphin-Verlag.
  • Ostwald, Hans. 1948. Otto Wagner – Ein Beitrag Zum Verständnis Seines Baukünstlerischen Schaffens. Baden (Verlag Buchdruckerei AG. Baden): ETH in Zürich.
  • Tietze, Hans. 1922. Otto Wagner. Wien : Rikola Verlag. (ces trois ouvrages sont disponibles en ligne ou sur demande)

31 décembre 2014 - Posted by | Autriche | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :