Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« Autre chose que chanter, danser et mendier »

Mehr-als-nur-tanzen-ptDu 10 au 16 novembre l’association Romano-Centro qui a pour mission, à Vienne, de venir en aide aux Roms (logement, emploi, scolarité) avait invité plus de 70 jeunes militants de onze pays, roms pour la plupart, pour échanger sur les meilleures pratiques, s’informer sur les sujets actuels et préparer à Vienne quelques manifestations et événements culturels. Une flashmob a ainsi eu lieu jeudi 13 sur la très célèbre Mariahilfer Straße. après quelques chants reprenant le titre de la conférence « Open your eyes ! », visant explicitement à sensibiliser le public autrichien, chaque participant a déployé un poster dévoilant quelques mots. L’ensemble permettait d’afficher ces deux phrases : « Vous n’attendez de moi que des chants, de la danse et de la mendicité ? Je peux faire autre chose ! » (photos). Deux jeunes Roms de la République tchèque ont alors rappé a capella : l’un débitait son flow pendant que l’autre l’accompagnait avec quelques onomatopées (voir mon petit film). Lire la suite

15 novembre 2014 Posted by | Uncategorized | , , | Laisser un commentaire

De la diversité dans la police autrichienne

African policeman

Photo de Simon Inou

Embe Tonton Kandolo est le premier policier autrichien dont les deux parents sont africains. Alors qu’il né à Vienne en 1976, ses deux parents sont venus du Congo. De 1997 à 2003, il a été soldat autrichien servant sous mandat de l’ONU au Golan et au Kosovo, avant d’intégrer la police autrichienne. Simon Inou, rédacteur en chef de la revue fresh (définie comme « Black Austrian Lifestyle magazine ») s’est entretenu avec lui pour un portrait publié dans ce magazine. En dehors du fait que souvent les Autrichiens pensent qu’il n’a été recruté que pour « s’occuper des Africains dealers » , il n’a pas eu à subir trop de racisme de la part de ses collègues. Seul problème, cela fait onze ans qu’il a été nommé et il est toujours le seul… même si un autre policier a un de ses deux parents d’origine africaine.

Complément : entre 40 et 45 000 personnes nées en Afrique vivent en Autriche (0,5% de la population). cf. AfrikanerInnen in Österreich. Et sur ce blog, au sujet de l’histoire de la présence africain en Autriche, « Pour tous les Soliman d’aujourd’hui ! »

A lire aussi, sur ce blog, au sujet de la police autrichienne

14 novembre 2014 Posted by | Uncategorized | 8 commentaires

L’Homme seul face au monde moderne, à travers trois expositions

Trois expos-ptDans des lieux extrêmement différents, trois expositions nous parlent de l’Homme moderne, de sa présence au monde, de sa solitude et parfois aussi de son désespoir. La plus importante des ces manifestations culturelle est bien sûr l’exposition Giacometti (1901-1966), « Pionnier des modernes », au musée Leopold jusqu’au 26 janvier 2015. La dernière grande exposition à Vienne du peintre et sculpteur suisse remonte à 1996 et c’est grâce à une étroite collaboration avec la Kunsthaus de Zurich et la fondation Alberto Giacometti (également à Zurich) que 87 de ses œuvres ont pu être réunies, dont 36 sculptures réalisées entre 1919 et 1962. L’exposition couvre à la fois les périodes cubiste et surréaliste de l’auteur, s’étendant de ses premières peintures à ses dernières sculptures. Pour replacer les œuvres dans leur contexte artistique, les commissaires de l’exposition, Franz Smola et Philippe Büttner, ont aussi fait venir à Vienne des toiles de Miró (auquel l’Albertina consacre une rétrospective jusqu’au 11 janvier), Bacon, Balthus, Gris, Magritte, Picasso et d’autres artistes moins connus, ainsi qu’un ensemble impressionnant de photographies représentant Giacometti, souvent dans son petit atelier parisien, par les photographes les plus célèbres, de Man Ray à Cartier-Bresson. Lire la suite

12 novembre 2014 Posted by | Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

De l’art de commémorer et de concevoir des monuments

namingTOP-ptFin octobre, deux monuments en rapport avec la Seconde Guerre mondiale ont été présentés à Vienne : le monument aux déserteurs, évoqué dans le billet précédent, mais aussi le « naming memorial » du Vienna Project, dont le mode de fonctionnement avait été décrit en janvier dernier dans un autre billet. Ce dernier monument s’oppose en tout point au monument des déserteurs. Il s’agissait d’une vidéoprojection sur les murs de la bibliothèque nationale autrichienne, sur la Josefsplatz. Ce monument éphémère a été conçu par la directrice du Vienna Project, Karen Frostig, et réalisé en coopération avec Elisabeth Wildling, artiste de l’université des arts appliqués de Vienne. Sur les trois façades de cette place intégrée dans le complexe de la Hofburg, les 85 000 noms de victimes du nazisme ont été projetés. Les projections respectaient les différences entre les groupes de victimes, qu’il s’agisse de victimes de génocides (Juifs, Roms) ou d’autres victimes (personnes déclarées handicapées ou asociales, témoins de Jéhovah, résistants, homosexuels…). Au contraire, le monument dédié aux déserteurs ne concerne qu’un groupe de victime dont la diversité mériterait peut-être quelques différenciations, entre celui qui a déserté pour fuir et se cacher et celui qui a déserté pour résister. Lire la suite

11 novembre 2014 Posted by | Uncategorized | , , | 3 commentaires

Vienne honore ses déserteurs

Des-Denkmal

(c) APA/Georg Hochmuth

Ce n’est qu’en 2009 qu’une loi de réhabilitation des déserteurs avait été votée, grâce à l’engagement et à la ténacité du groupe parlementaire écologique, de loin le plus engagé sur les questions de mémoire (voir ce billet). Arrivés à la tête de la mairie de Vienne suite aux élections de 2010, grâce à un accord avec les sociaux-démocrates, les Verts ont tenu à faire figurer dans le programme de coalition la création d’un monument pour les déserteurs. Quatre ans plus tard, c’est un monument imposant qui a été inauguré, le 24 octobre dernier, sur une place hautement symbolique, à deux pas de la Place des Héros sur laquelle Hitler avait été acclamé le 15 mars 1938 et précisément entre les bâtiments de la chancellerie et de la présidence. Le président Fischer était présent aux côtés  du ministre de la culture et du maire de Vienne pour l’inauguration. Quatre anciens déserteurs étaient également invités et l’un d’entre eux, Richard Wadani (né en 1922), a regretté que la plupart des déserteurs soient décédés avant même d’avoir été réhabilités. Lire la suite

6 novembre 2014 Posted by | Uncategorized | , , | 27 commentaires

Les étonnements d’un touriste à Vienne

(cc) Doronenko/Wikipedia

(cc) Doronenko/Wikipedia

A nouveau, voilà un invité sur ce blog, Louis-Albert Serrut, auteur réalisateur qui raconte ses impressions à la vue de l’une des tours de DCA conservées à Vienne.

Au hasard de mes pérégrinations viennoises dimanche 26 octobre 2014, jour de fête nationale en Autriche, j’ai découvert la maison de la mer, Haus des Meeres. Aucun doute sur l’origine de ce blockhaus, affreux monstre de béton installé en pleine ville. Je découvre ensuite que cette architecture militaire se retrouve en double exemplaire à Augarten et à Arenbergpark. Là, une des tours est devenue un lieu de dépôt d’art contemporain. Une plaque indique que ces tours ont été construites par les nazis avec pour main-d’œuvre les prisonniers de guerre. Une rapide recherche sur internet me renseigne précisément sur l’origine et le contexte de ces constructions, réalisées avec tout ce que recouvre le bel euphémisme « des travailleurs forcés » (« Zwangsarbeiter« ).

Outre la laideur de ces mastodontes, quel sens à leur maintien et leur réutilisation ? Je ne serais pas heureux, si j’étais artiste, qu’une de mes œuvres soit entreposée dans ce vestige du régime nazi. Lire la suite

5 novembre 2014 Posted by | Vienne | , , | 8 commentaires