Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

L’impunité de la police autrichienne, « noch ein Mal » ?!

Danger Police !

Danger Police !

UPDATE 12/03/2010 – sanction : 8 mois avec sursis, pas un jour en prison.

Auf Dt. empfehle ich diesen Kommentar.

NEW (16/10/09) – Le policier qui a tiré a été placé dans un service administratif – Début août, dans la nuit du 4 au 5, un cambriolage a eu lieu dans un supermarché de Krems, en Basse-Autriche. Et alors ? Et bien la police est arrivée sur les lieux… et a tiré trois coups de feu sur deux jeunes non armés, tuant l’un des deux, âgé de 14 ans, en lui tirant dans le dos, et blessant le second (16 ans).

La réaction de la police et de la presse fut rapide : on interrogea d’abord un Roumain de 28 ans, vivant non loin de là : « Schüsse in Merkur-Markt – Rumäne bestreitet Beteiligung an Einbruch » (« Tirs au supermarché Merkur – Un Roumain conteste sa participation au cambriolage »). Ce Roumain présenté comme complice potentiel devait vraiment avoir un alibi en béton puisque cet angle de traitement de l’affaire fut rapidement abandonné (cf. à ce sujet mon billet sur la réaction classique des policiers autrichiens dans le métro viennois, lorsqu’ils voient un noir). L’affaire était donc austro-autrichienne, impossible cette fois-ci de blâmer les étrangers.

Le secrétaire général d’Amnesty International en Autriche, Heinz Patzelt, s’était exprimé à cette occasion pour demander qu’une instruction soit automatiquement lancée dans les cas de morts suite à l’usage d’armes de service des policiers (NB, c’était sans doute trop restrictif, parfois la police autrichienne tue par étouffement, comme dans le cas  de Marcus Omofuma). En guise de réponse, la ministre conservatrice Maria Fekter (ÖVP) déclara que la formation des policiers était déjà très bonne, avec quatre séances obligatoires de tir par an et plus de 400 instructeurs de tir, à différents niveaux (fédéral ou régional, cf. ici l’article du Standard). Bref, « Circulez, rien à voir ».

Plus fort encore, dans un entretien au Kurier, Mme Fekter défendait les policiers, même si, dans un double discours, elle prétendait attendre les résultats de l’enquête. « Je suis bien sûr du côté de la police ». Elle précisait que les deux policiers bénéficiaient d’un soutien psychologique et qu’ils n’étaient pas mis en examen, contrairement au jeune blessé, placé en détention préventive dès sa sortie de l’hôpital. Elle rappelait en outre, à toute fin utile, que « aller voler c’est pas bien » (Einbrechen gehen ist Unrecht), se contentant enfin d’une petite leçon de morale aux parents de la victime. Aux questions de la journaliste lui demandant si elle pouvait imaginer que ceci arrive à son enfant, elle répondit « Je n’aurais pas autorisé que ma fille de 14 ans ne soit pas à la maison à 2h du matin » (Ich hätte nicht zugelassen, dass meine Tochter mit 14 um 2 Uhr früh nicht zuhause ist) ». Pour celles et ceux qui comme moi sont arrivés à l’âge de manifester au moment de l’assassinat de Malik Oussekine,  cela évoquera peut-être Robert Pandraud qui déclarait lui : « Si j’avais un fils sous dialyse, je l’empêcherais d’aller faire le con dans les manifestations ».

La ministre autrichienne n’a pas rencontré les parents de la victime, ses pensées sont d’abord allées aux pauvres policiers qui ont tiré dans le dos des dangereux voleurs. Lesdits policiers ont affirmé qu’ils étaient en légitime défense et que la faible luminosité ne permettait pas de bien voir les jeunes.

La Kronenzeitung (journal populiste hélas très populaire) a osé justifier la mort du jeune en affirmant que « quand on est assez jeune pour voler, on est assez jeune pour mourir ».

Une très maigrelettte manifestation de soutien aux victimes eut lieu à Vienne :

"La police assassine - Flo[rian le jeune de 14 ans], on ne va past'oublier"

« La police assassine – On ne t’oublie pas, Flo »

J’étais à cette époque en France et à mon retour, je n’ai pas regardé ce fait divers de plus près, ayant lu que les résultats des trois enquêtes techniques seraient rendues publiques fin septembre. Le médecin, l’expert en balistique et le chimiste ont rendu leur copie le 7 octobre, mettant à mal la version des policiers. La lumière était suffisante pour voir que les jeunes étaient en fuite et ceux-ci n’avaient rien de menaçant (ici ou , des comptes rendus).

Où en est-on alors ? Et bien les deux policiers sont toujours en service et le jeune rescapé est toujours en prison… seulement maintenant, il a 17 ans et non plus 16.

« Police partout, justice nulle part », en Autriche aussi !?

PS pour vous éviter des courriels inutiles : dénoncer ce qui se passe là où je vis n’équivaut pas à défendre ce qui se passe dans mon pays de naissance ! Je suis au courant de ce qui se passe en France, dans les grandes lignes : on a pour l’instant

  • un ministre raciste (M. Hortefeux, au sujet de quelqu’un qui lui était présenté comme un « petit arabe » de l’UMP, déclarait « Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes. »)…
  • un autre qui a défendu ouvertement le tourisme sexuel dans son autobiographie (M. Mitterand)
  • … et sur les violences policières en France, ce site, « Résistons ensemble ».

 

Publicités

8 octobre 2009 - Posted by | Autriche, Uncategorized | , , ,

4 commentaires »

  1. la lumière était suffisante, il étaient en fuite, n’avaient rien de menacant… et étaient à une distance d’entre 1,8 et 2 m. Ils pouvaient pas les louper apparemment.

    Commentaire par Sebast | 8 octobre 2009 | Réponse

  2. 1,50 m d’ailleurs selon l’article du Kurier :

    http://kurier.at/nachrichten/niederoesterreich/1944691.php

    Commentaire par Sebast | 8 octobre 2009 | Réponse

  3. Cher Jérôme

    Faut qm respecter la loi: présomption d’innocence pour tout le monde, même pour les flics. Comme tu le sais probablement le parquet a demandé des expertises et fait entendre maintenant que même un procès d’homicide est possible.
    D’ailleurs le problème d’une persécution trop négligente des agents de police n’est pas du tout un problème austro-autrichien; tu veux que je t’envoie une liste de problèmes du même type disons en France ou en Angleterre? Quid, p.ex., de Sangatte…
    Bien à toi, Ronald

    Commentaire par Ronald J Pohoryles | 14 octobre 2009 | Réponse

    • Oui, attendons de voir la suite. Ce qui me choque c’est que les flics qui ont tiré sont toujours en service tandis que le jeune voleur est en prison, autrement dit à l’école du crime. A mes yeux, ceux qui représentent un danger pour la société, ce sont les flics qui ont gardé leurs armes, alors que, manifestement, il semblerait (conditionnel) qu’ils usent un peu trop facilement de celles-ci ! Bref, les flics auraient dû être suspendus en attendant l’éventuel procès. Enfin, bien d’accord avec toi, ce n’est pas un problème spécifiquement autrichien, d’où la note à la fin de mon billet.

      Commentaire par segalavienne | 14 octobre 2009 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :