Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Des demandeurs d’asile maltraités

Interview vidéo avec Code Ehiro.

La virulente ministre autrichienne de l’intérieur, Maria Fekter, avait réussi à attirer l’attention des médias étrangers, le mois dernier, en expulsant vers le Kosovo deux fillettes parfaitement intégrées, dont la mère demeurait hospitalisée en Autriche (cf. ce précédent billet). Actuellement, elle s’en prend à un jeune Nigérian, aujourd’hui âgé de 24 ans. Code E. est arrivé en Autriche il y a sept ans, seul, craignant pour sa vie en raison des activités politiques de son père. Au Nigéria, Code a été tabassé et s’est fait tirer dessus. En Autriche, il a su maîtriser parfaitement la langue allemande et suit assidument ses cours au lycée.  Sur les ordres de Mme Fekter, il a été arrêté dimanche dernier (le 14 novembre). Le lendemain, on lui a interdit de voir son conseiller juridique (Tim Außerhuber de l’association « St. Marx » spécialisée dans l’accompagnement des migrants). Cette fois-ci, les protestations  ont porté leur fruit et son expulsion a été suspendue (cf. cet article).

Sur le plan juridique, Mme Fekter vient de refuser la recommandation de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH),

Lire la suite

17 novembre 2010 Posted by | Uncategorized | , , , | Un commentaire

L’impunité de la police autrichienne, « noch ein Mal » ?!

Danger Police !

Danger Police !

UPDATE 12/03/2010 – sanction : 8 mois avec sursis, pas un jour en prison.

Auf Dt. empfehle ich diesen Kommentar.

NEW (16/10/09) – Le policier qui a tiré a été placé dans un service administratif – Début août, dans la nuit du 4 au 5, un cambriolage a eu lieu dans un supermarché de Krems, en Basse-Autriche. Et alors ? Et bien la police est arrivée sur les lieux… et a tiré trois coups de feu sur deux jeunes non armés, tuant l’un des deux, âgé de 14 ans, en lui tirant dans le dos, et blessant le second (16 ans).

La réaction de la police et de la presse fut rapide : on interrogea d’abord un Roumain de 28 ans, vivant non loin de là : « Schüsse in Merkur-Markt – Rumäne bestreitet Beteiligung an Einbruch » (« Tirs au supermarché Merkur – Un Roumain conteste sa participation au cambriolage »). Ce Roumain présenté comme complice potentiel devait vraiment avoir un alibi en béton puisque cet angle de traitement de l’affaire fut rapidement abandonné (cf. à ce sujet mon billet sur la réaction classique des policiers autrichiens dans le métro viennois, lorsqu’ils voient un noir). L’affaire était donc austro-autrichienne, impossible cette fois-ci de blâmer les étrangers.

Lire la suite

8 octobre 2009 Posted by | Autriche, Uncategorized | , , , | 4 commentaires