Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Des enfants qui jouent à la guerre dans des mosquées autrichiennes

atibUne fois de plus, les privilèges accordés aux religions en Autriche donnent lieu à des dérapages inquiétants. Des photos prises en mars dans une mosquée du vingtième arrondissement de Vienne témoignent d’une cérémonie bien particulière : on voit des enfants rejouer une bataille militaire. Les garçons d’une dizaine d’années, en uniforme de camouflage, représentent des soldats ou des cadavres, sous le regard de fillettes strictement voilées, le tout avec des drapeaux turcs partout. Des recherches  menées par l’historien Heiko Heinisch et le politologue Thomas Schmidinger ont permis de montrer qu’il ne s’agissait en rien d’un événement isolé et qu’en 2014 et 2016, par exemple, des scènes analogues, célébrant en fait la victoire turque au détroit des Dardanelles en 1915, s’étaient jouées dans des mosquées viennoises contrôlées par « l’Union turco-islamique d’Autriche (ATIB) », une fédération regroupant 60 associations et plus de 100 000 musulmans en Autriche (pour mémoire, un pays de 8,5 millions d’habitants qui compte 700 000 musulmans, nombre qui a doublé en 6 ans, cf. cet article de Die Presse).

Cette fédération, ATIB, est la plus importante des organisations musulmanes en Autriche, elle représente l’islam sunnite  selon l’école hanafite, en lien étroit avec le parti AKP du président Erdoğan en Turquie. Le président d’ATIB, Ibrahim Olgun, a approuvé en juillet 2017 le fait que la théorie de l’évolution disparaissait des cursus scolaires en Turquie (cf. cet article du Kurier). L’association Notka, placée sous l’égide de l’ATIB, gère un jardin d’enfants et a pu obtenir à ce titre 227 000 euros de subventions en 2017 (cf. cet article du Standard). Comme cela était exposé dans ce billet, la décision de financer une année en jardin d’enfants a amené le Land de Vienne à financer largement toute association proposant des places pour les jeunes enfants, sans être trop regardant sur la pédagogie ni l’idéologie.

Ce nouveau scandale, après les accompagnatrices de jardins d’enfant voilée en niqab, survient à un moment où le gouvernement a annoncé préparer un projet de loi permettant une interdiction du voile à l’école pour les jeunes filles des écoles maternelles et primaires (cf. Der Standard). L’islam rigoriste s’étend dans le pays et le scandale actuel semble justifier la mesure gouvernementale. Les photos qui sont d’abord parvenues à l’hebdomadaire Falter ont en outre probablement été envoyées par des représentants des Frères musulmans, alliés à l’organisation islamo-fasciste Milli Görüş pour affaiblir l’ATIB.

Dans sa déclaration tentant de justifier les photos, l’ATIB explique qu’il s’agit de célébrer la fin de la Première Guerre mondiale dans un esprit pacifique, et qu’ils se concentrent plus précisément sur la bataille des Dardanelles comme le font les Australiens et les Néo-Zélandais chaque année. Au niveau de la Communauté des croyants musulmans d’Autriche (IGGÖ), l’instance officielle des musulmans en Autriche, le communiqué n’est pas non plus très habilement rédigé : il est surtout fait mention de la mauvaise « optique » que cela donne sur les musulmans dans le pays et l’ATIB est surtout critiquée pour avoir terni « la réputation » de tous les fidèles.

Comme d’habitude, ce sujet divise la gauche de la gauche.

Certains estiment que dénoncer les manifestations à l’intérieur de la mosquée traduit l’expression d’un racisme – qu’il s’agit en somme d’islamophobie, bien sûr ! Deux de mes contacts sur Facebook ont écrit au cours d’une discussion que le jour de la fête nationale autrichienne, lorsque des enfants montent sur des chars de l’armée fédérale installés sur la Heldenplatz, il s’agit bien d’un endoctrinement similaire. Ils ne réalisent pas que déguiser un jeune garçon en soldat, lui faire jouer un mort et prêter serment à l’armée turque, à 10 ans, n’est pas vraiment la même chose que le voir monter sur un char sous les yeux de ses parents comme un enfant le ferait sur un camion de pompier ou un camion de la voirie équipé pour ramasser les poubelles.

Cette attitude visant à interdire toute critique des dérives de l’islam se révèle en définitive très paternaliste : il ne faudrait rien dire sur la conduite de certains musulmans car ces derniers sont victimes de racisme dans la société. Surtout ne pas caricaturer Mahomet car ils ne supportent pas cet humour, surtout ne pas boire d’alcool en terrasse car c’est « haram » à leurs yeux, une vraie provocation. Et si on ose estimer que le voile ne devrait être porté à cinq ans, comme c’est de plus en plus souvent le cas à Vienne, on est vite catalogué comme suppôt de l’extrême droite. Le rapport de la gauche à l’islam sera déterminant pour les années à venir, en Autriche comme dans le reste de l’Europe.

 

Complément : un rapport conséquent sur le rôle des mosquées en Autriche, dirigé par Heiko Heinisch et Imet Memedi pour le Fonds autrichien pour l’intégration et présenté en octobre 2017. L’IGGIÖ avait eu comme seule réponse face aux résultats inquiétants que de s’indigner du fait que les auteurs du rapport avaient travaillé avec des collègues qui s’étaient infiltrés dans les mosquées (dont deux de l’ATIB et deux de Milli Görüş) sans se déclarer auprès des imams.

Publicités

20 avril 2018 - Posted by | Autriche, Religion, Uncategorized |

Un commentaire »

  1. bonjour,
    et merci de cet article très intéressant et fort instructif à propos de ce qui peut se passer en Autriche concernant la problématique abordée ici … on trouve des points communs évidents avec ce qui se passe également en France sur pareil sujet ! Véritablement très inquiétant à mon sens …

    Commentaire par Hervé Bénichou | 23 avril 2018 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :