Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Un musée viennois unique au monde

dav

Christian Fialla dans son musée

Près de la gare de l’Ouest (Westbahnhof), à Vienne, on peut découvrir un musée unique en son genre, le Musée de la contraception et de l’avortement. Le gynécologue Christian Fiala qui a fondé ce musée en 2007 avec Susanne Krejsa MacManus et Barbara Sommerer, reste très enthousiaste et engagé pour son musée. Il explique que le contrôle de la fertilité est sans doute la deuxième plus grande conquête de l’humain après la maîtrise du feu. Une citation d’un des Viennois les plus célèbres, Sigmund Freud, insiste en effet, à l’entrée du musée, sur l’importance d’une séparation entre le choix de procréer et l’acte sexuel :

[…] ce serait théoriquement l’un des plus grands triomphes de l’humanité, l’une des libérations les plus tangibles à l’égard de la contrainte naturelle à laquelle est soumise notre espèce, si l’on parvenait à élever l’acte responsable de la procréation au rang d’une action volontaire et intentionnelle, et à le dégager de son intrication avec la satisfaction nécessaire d’un besoin naturel. (dans « La Sexualité dans l’étiologie des névroses », 1898)

Mais pour accéder au musée, au premier étage d’un immeuble, il faut passer devant un manifestant opposé à l’avortement, les yeux fermés, concentré sur ses chapelets, car sur le même palier se trouve l’une des rares cliniques pratiquant l’avortement à Vienne. Nous sommes en Autriche, dans un pays majoritairement catholique et très conservateur… avec des liens solides vers les milieux anti-avortement aux Etats-Unis (les manifestants qui organisent ces vigies sont en général des employés de l’organisation étasunienne Human Life International, cf. ce billet).

tare2

Le musée se compose de deux salles, une pour chacun des sujets traités. La partie sur la contraception expose des objets étonnants comme ce cornichon contenant des enfants, datant des années 1820 et utilisé en Autriche. Les couples qui avaient déjà 7 enfants l’achetaient et armés de ce talisman priaient leur dieu (selon le rite catholique) pour qu’il ne les « bénisse » pas davantage avec d’autres enfants. Une pomme avec deux enfants en figurines à l’intérieur permettait le même manège avec une prière accordée au nombre.

dav

Même si les ventes étaient fréquentes, il semblerait bien que l’efficacité ait été toute relative. Christian Fialla explique que, naturellement, une femme peut être enceinte environ quinze fois, ce qui donne lieu à une dizaine de naissances et, selon les époques, à huit ou dix enfants qui parviennent à l’âge adulte. La contraception a toujours été recherchée mais cela ne fait que très peu de temps à l’échelle de l’humanité que des méthodes fiables sont disponibles. Les objets utilisés à travers les époques sont habilement présentés, parfois avec les publicités correspondantes qui ne sont pas sans humour.

Comment on appelle un couple qui utilise la méthode de la température ? Des parents.

Une grand vitrine nous montre les poires pour lavement vaginal (avec un modèle français qui fut très en vogue, l’irrigateur du docteur Éguisier), les cotons, mixtures diverses, diaphragmes, pilules, stérilets, préservatifs… Des vidéos et des graphiques rendent également compte d’autres méthodes, plus radicales, et le petit reportage sur le « festival de la vasectomie » organisé chaque année en Thaïlande en surprendra plus d’un.e.  Même chose pour le panneau consacré aux différents tests de grossesse, avec le test du crapaud que vous découvrirez sur place !

davPublicité pour une crème spermicide

Un tableau tenant compte de l’indice de performance des différentes méthodes de contraception. Sur cent femmes qui utilisent la pilule sur une année, pas moins de 9 tombent enceintes, contre 0,8 avec un stérilet et 18 pour celles qui utilisent le préservatif masculin.

dav

Index de Pearl

La salle consacrée aux avortements commence par rappeler que l’infanticide était au départ une pratique assez courante, l’insertion d’un pruneau dans la gorge d’un bébé permettant par exemple de l’étouffer en faisant passer le décès pour une mort naturelle. Un facsimilé d’un journal de 1914 nous montre comment les sages-femmes qui pratiquaient l’avortement publiaient des annonces suffisamment explicites pour les femmes concernées. Christian Fialla, qui a exercé en Thaïlande, en Ouganda, en Tanzanie, au Malawi mais aussi en France revient d’ailleurs sur l’expression française « faiseuses d’anges », qui rappelle qu’il s’agissait au départ de femmes commettant des infanticides. Les grandes affaires judiciaires sont évoquées (le film de Claude Chabrol, Une Affaire de femmes est cité) tout comme les principales lois adoptées en Europe. Simone Veil est bien sûr à l’honneur.

Elisabeth Parzer, qui travaille dans ce musée comme responsable des visites de classe, explique qu’elle consacre plus de 80% de son temps avec les élèves à parler de contraception, passant plus rapidement dans la salle sur les avortements car, comme elle le dit, « chaque avortement est un échec de contraception ». Chaque année ce sont plus de 200 classes qui sont accueillies au musée, avec des élèves âgés de 12 à 17 ans.

Les élèves qui visitent le musée payent 5 euros car le musée ne reçoit pas de subventions du ministère de la santé ni de la ville de Vienne. Il doit veiller à maintenir un équilibre budgétaire et ne se prive pas de montrer combien le sujet est en lien avec les enjeux de société. Pour les élections législatives du 15 octobre dernier, les responsables du musée ont proposé aux visiteurs un tableau synthétique présentant les avis des principales formations politiques sur cinq sujets :

  • Des moyens de contraception gratuits pour les jeunes
  • Des moyens de contraception gratuits pour les femmes qui ont de faibles revenus
  • Education sexuelle pour les jeunes
  • Enlever l’IVG du code pénal
  • Prise en charge des IVG
  •  A chaque fois, selon les partis, c’est oui (vert), non (rouge) ou « oui et non » (orange)
dav

dav

Le musée peut se visiter avec un audioguide en anglais ou en allemand (inclus dans le billet d’entrée : 8 EUR pour les plus de 22 ans, 4 EUR sinon). Il est ouvert du mercredi au dimanche, de 14 à 18h. Voilà, vous savez tout… pour venir découvrir ce musée aussi instructif qu’original !

Publicités

12 mars 2018 - Posted by | Autriche, Catholicisme, Féminisme, Uncategorized | , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :