Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Autriche – Un bal des chasseurs à l’image du pays

Strache

H.-C. Strache (FPÖ)

« Je promets de passer mon permis de chasse », annonce solennellement le vice-chancelier autrichien. Le public applaudit généreusement. Nous sommes dans la salle des fêtes de la Hofburg, équivalent de ce que serait la fusion entre le château de Versailles avec le palais de l’Elysée. Il n’y a pas de rupture symbolique en Autriche : le président et le chancelier exercent leurs fonctions dans les mêmes lieux que là où résidaient l’Empereur François-Joseph et son épouse Elisabeth, la célèbre Sissi. Cette 97ème édition du bal des chasseurs célèbre à sa façon l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir dans une coalition avec les conservateurs de l’ÖVP car le vice-chancelier qui brille de tous ses feux n’est autre que Heinz-Christian Strache, le président du parti d’extrême droite (FPÖ), ancien amateur d’exercices paramilitaires en forêt et actuel membre d’une corporation pangermaniste dont le nom est un programme à lui tout seul, « Vandalia ». Lire la suite

3 février 2018 Posted by | Autriche, Uncategorized | , | Laisser un commentaire

Criminaliser les révoltes pour éliminer toute contestation

En août 2010, dans un billet intitulé « Mieux vaut ajouter une croix gammée » (repris dans Le Monde libertaire), je dénonçais le paragraphe 278 du code pénal autrichien qui permet de condamner toute personne appartenant à une ‘organisation criminelle’. Initialement, il s’agissait pour le législateur d’un louable effort pour lutter contre différents trafics (drogue, êtres humains, matières radioactives) ainsi que contre le terrorisme. Cependant, dans les faits, la moindre organisation politique peut actuellement être considérée comme subversive et être concernée par ces paragraphes §278ff (exposés ici). Ainsi sont concernées toutes personnes qui, « dans le cadre d’une orientation criminelle [de leur groupe], commettent un acte répréhensible ou participent d’une façon ou d’une autre, à la mise à disposition d’information ou de biens. »

A l’été 2010, des étudiants accusés d’avoir brûlé une poubelle devant une agence de l’AMS (le ‘Service du marché du travail’, l’équivalent autrichien du ‘Pôle emploi’) avaient été placés en détention préventive, soupçonnés de vouloir s’en prendre à l’État autrichien en raison du symbole que représente l’AMS, alors qu’au même moment, des jeunes qui avaient mis le feu à un centre de demandeurs d’asile, en peignant des croix gammées, n’avaient pas été arrêtés.

Lire la suite

6 mai 2011 Posted by | Autriche | , , | Laisser un commentaire