Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« L’Autriche est un paradis pour les nazis »

« L’Autriche est un paradis pour les nazis » : c’est Efraim Zuroff qui le dit, le directeur du Centre Simon Wiesenthal de Jérusalem spécialisé dans la traque des anciens nazis, à l’annonce de la mort de Milivoj Asner. Il y a presque trois ans, dans un billet de ce blog intitulé « Le passé nazi de l’Autriche, hélas toujours d’actualité« , je dressais rapidement le portrait de Milivoj Asner, chef de la police oustachie pendant la guerre (les oustachis étaient les fascistes croates au service des nazis pendant la guerre). J’écrivais en juin 2008 :

[Asner est] classé 4ème des nazis non jugés les plus dangereux, encore en vie. C’est un journaliste britannique du Sun qui l’a identifié pendant la coupe d’Europe de foot, à Klagenfurt. Agé de 95 ans mais apparemment en pleine forme, Asner a été vu le 12 juin au bras de sa compagne, dans la zone réservée aux fans de Klagenfurt. Ce M. Asner est officiellement protégé par l’Autriche qui refuse de le livrer à la Croatie. C’est fort, non ? Un rapport de soi-disant experts l’estime incapable de subir un procès ! Efraim Zurof, le directeur du Centre Simon Wiesenthal, demande l’extradition immédiate, mais Maria Berger, ministre de la justice (SPÖ) ne prend aucune mesure, expliquant que la Carinthie est libre de prendre sa décision. Son gouverneur, Haider, a simplement déclaré que la famille Asner est une « famille charmante, on les estime beaucoup ». No comment.

Lire la suite

23 juin 2011 Posted by | Antisémitisme, Autriche, Mémoire, Nazisme | , , , , | Laisser un commentaire

Le passé nazi de l’Autriche, hélas toujours d’actualité

Cliquer pour agrandirLe passé nazi de l’Autriche ne concerne-t-il que les Autrichiens ? Je ne le pense pas et trouve donc tout à fait naturel que d’autres Européens ou étrangers s’y intéressent. Pour certains de mes correspondants, il y aurait un paradoxe à vivre (heureux) en Autriche, depuis quatre ans déjà, tout en critiquant certains aspects de la vie politique et sociale de ce pays. Pas du tout, l’Autriche sera un pays encore plus agréable quand le travail de mémoire sera plus avancé (ou lorsque l’Etat et l’Eglise seront séparés) ! Et puis, dans l’histoire du pays, mon admiration va surtout à « l’autre Autriche », celle des exilés, des intellectuels critiques (certains écrits de Freud, Karl Kraus, Thomas Bernhard et aujourd’hui Elfriede Jelinek, je pense aussi au formidable Hundstage d’Ulrich Seidl…).

Lire la suite

30 juin 2008 Posted by | Nazisme | , , , , | Laisser un commentaire