Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Familles décomposées et taxis de la honte

Cliquez pour agrandir

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

La situation à la frontière entre l’Autriche et la Hongrie évolue. Depuis un peu plus de deux semaines, une haie de barbelés empêche le passage des exilés, de la Serbie vers la Hongrie. Ces derniers se déroutent en général vers la Croatie et de là, entrent en Hongrie. Une carte dynamique nommée « Refugee Help Map« , actualisée plusieurs fois par jour (avec une page Facebook dédiée), décrit les conditions de passage sur toute la Route des Balkans en précisant les difficultés et les besoins des différents centres d’aide. La politique actuelle, côté hongrois, est d’acheminer en train les demandeurs d’asile qui souhaitent poursuivre leur voyage vers l’Autriche, souvent en direction de l’Allemagne voire plus loin (Grande-Bretagne, Suède, Norvège…). Les autorités hongroises prévenant au dernier moment les Autrichiens lorsqu’un train arrive, ceux-ci doivent rapidement préparer le centre d’accueil temporaire de Nickeldsorf, à 4km d’Hegyeshalom, la dernière ville en Hongrie où les trains arrivent. Les demandeurs d’asile mettent entre 1h et 1h30 pour traverser la frontière à pied. Mardi 6 octobre, j’y ai passé six heures en accompagnant une équipe de France télévision préparant un sujet pour l’émission “Envoyé spécial”. Lire la suite

8 octobre 2015 Posted by | Uncategorized | , , | Un commentaire

Ecrire après ‘Parndorf’

fleurs-pt

Le lieu où le camion a été découvert (photo JS du 29/8)

(autre version rue89)  Parndorf est connu des jeunes, à Vienne, car c’est le village situé à une trentaine de kilomètres de la capitale auquel s’est adossé un centre commercial regroupant des magasins de marques vendant à prix cassé. Parndorf c’est depuis le 27 août 2015 le lieu de la plus grande tragédie des réfugiés sur le sol autrichien. C’est là qu’une fosse commune roulante a été retrouvée en bordure d’autoroute : un camion rempli de 71 cadavres, dont ceux de huit femmes et quatre enfants âgés d’environ 18 mois à 8-10 ans. Ce camion en rappelle d’autres, 70 ans plus tôt… Qui sont cette fois-ci les coupables ? A quelques centaines de mètres, ce jeudi-là, le centre commercial a maintenu son « late night shopping » mais « l’autre Autriche » était présente aussi, à Vienne, devant le ministère de l’Intérieur : environ 500 personnes se sont rassemblées pour partager leur douleur et crier leur indignation. Les minutes de silence ne sont plus d’actualité : ces morts sont le résultat d’une politique migratoire décidée en haut lieu, en Autriche comme dans la plupart des autres pays européens. Erich Fenninger, directeur de l’ONG Volkshilfe a résumé la situation des réfugiés par une métaphore : les habitants de maisons en feu veulent sortir de chez eux, devant eux ils ne trouvent qu’une porte fermée, celle de la forteresse Europe. La première réaction de la ministre de l’intérieure, Mme Mikl-Leitner (hélas trop présente sur ce blog) fut de s’en prendre aux passeurs, sans faire le lien avec la politique européenne. Lire la suite

29 août 2015 Posted by | Autriche, Immigration, Journalisme | , , , , , | Un commentaire