Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

En Autriche, pas besoin de dédiabolisation ?

Jus2Cette fois-ci, ce sont des jeunes étudiants en droit d’un syndicat proche des conservateurs (parti ÖVP) qui « s’amusent » (!) à faire des blagues sur Anne Frank – présentée « nue » sous la forme d’un tas de cendre – ou qui diffusent le dessin d’une jeune fille, le bras levé, avec des œufs de Pâques enveloppés dans des drapeaux nazis et un commentaire sexiste. Il y a quelques années c’était un maire conservateur, Karl Simlinger, qui s’exclamait, à propos de journalistes qu’il jugeait un peu trop envahissants, « Faudrait les pendre, ils sont comme les Juifs ». C’était aussi, peu après, un homme politique de ce même parti chrétien-conservateur (uni avec Les Républicains à Bruxelles), Sven Skjellet, qui ne trouvait rien de mieux que « Arbeit macht frei » pour décorer la devanture de son armurerie, en guise d’enseigne.

Le 10 mai dernier, l’hebdomadaire Der Falter et le quotidien Der Standard révélaient que dans un groupe privé de Facebook intitulé « collectif masculin de la faculté de droit » („Fakultätsvertretung Jus Männerkollektiv“) rassemblant une trentaine de personnes, ainsi que dans un groupe sur WhatsApp analogue, des « blagues » (?) à caractère négationniste, ouvertement nazi ou infamant envers les handicapés étaient régulièrement échangées. Lire la suite

15 mai 2017 Posted by | Autriche, Nazisme, Racisme, Sexisme | , , | Laisser un commentaire

Ebensee : de la prison avec sursis

La photo de mai 2009, prise avec un téléphone, qui a fait le tour du Monde

[10.12.10, d’après cet article du Standard, seul l’acquittement a été confirmé, le parquet a fait appel pour les condamnations, des plaintes pour nullité ont été déposés par deux des condamnés.]

Fin septembre, je rendais compte de l’ouverture du procès d’Ebensee. Dix-huit mois (*) après les faits, le verdict a été rendu : trois des quatre prévenus ont été condamnés à des peines allant jusqu’à six mois de prison avec sursis. Circonstance atténuante : ils avaient 14 et 16 ans au moment des faits.

Rappel : avec des habits de paramilitaires, ils ont crié des « Sieg heil, ihr Schweine [bande de porcs] » ou encore « Heil Hitler » en tirant avec des softguns [fusils à air comprimé équipés de balles en plastique] sur les anciens déportés, leurs familles ou leurs compagnons. Lors de l’enquête, la police a trouvé chez eux de la propagande nazie. Ils ont déclaré vouloir adhérer au parti d’extrême droite, le FPÖ

(*) Parfois la justice autrichienne met immédiatement les prévenus en prison… s’ils critiquent l’ordre établi.

3 décembre 2010 Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | , , , | Laisser un commentaire

Crier « Sieg Heil » dans le camp d’Ebensee, c’était « une grosse bêtise »

Un des intérêts de ce blog est de pouvoir suivre les événements évoqués… et le temps prend ici une signification particulière. En juin 2009, j’étais allé avec Philippe Reltien à Ebensee pour couvrir les récents incidents : des jeunes avaient tiré le 9 mai avec des « softguns » sur d’anciens déportés ou amis et descendants de déportés, venus se recueillir pour l’anniversaire de la libération du camp (j’apprenais d’ailleurs incidemment qu’un membre éloigné de ma famille était mort au camp d’Ebensee). Un reportage avait été diffusé sur France-Inter (voir ce billet). C’est SEIZE mois plus tard que l’affaire a commencé à être jugée, les jeunes étant toujours en liberté… alors que dans le cas de l’incendie d’une poubelle devant l’AMS, les étudiants avaient été aussitôt arrêtés et emprisonnés (cf. cet article que j’ai publié dans Le Monde libertaire).  Un article du Standard relate le premier jour de procès (le 24 septembre).  Les jeunes reconnaissent avoir crié « Heil Hitler, bande de porcs » puis « Blood Honour », avoir tiré avec des balles en plastique sur le cortège en recueillement et marché au pas de l’oie en tenue de camouflage dans la carrière. Pour leur défense, ils ont expliqué que c’était une grande sottise, et qu’ils en avaient honte. On a appris à l’occasion de cette première journée de procès que le meneur (16 ans au moment des faits) était proche du FPÖ de Strache, que son téléphone contenait 150 morceaux de musique aux titres aussi évocateurs que « Le Juif éternel (Der ewige Jud) », qu’il disposait de nombreuses photos de l’époque nazie etc. Ils risquent cinq ans de réclusion. Suite du procès le 1er décembre (pourquoi si tard ?).

29 septembre 2010 Posted by | Autriche, Nazisme, Uncategorized | , , , | Laisser un commentaire