Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Six mois de détention préventive pour un jeune manifestant allemand

(c) photo de Matthias Cremer (Der Standard)

Josef S. (c) photo de Matthias Cremer (Der Standard)

Mise à jour, 19/8/14 : dans son jugement en première instance, le 22 juillet 2014, le tribunal de Vienne a condamné Josef S. à 12 mois de détention, dont huit avec sursis, il a donc été libéré le jour même.

L’Akademikerball, ce bal organisé chaque année, fin janvier, par le principal parti d’extrême droite, le FPÖ, a fait l’objet il y a cinq mois de vives contestations. Environ 6000 manifestants étaient encadrés par 2000 policiers et un quart du centre historique était bouclé et même interdit à la presse (cf. ce billet). Grâce à une question adressée à la ministre de la justice par le groupe parlementaire des Verts, on sait que suite aux manifestations du 24 janvier, près de 700 plaintes ont été déposées par le parquet : 517 pour atteinte à la paix publique (‘Landfriedensbruch’), 91 pour détériorations matérielles et 70 pour infraction à la loi interdisant le camouflage. On compte aussi quelques plaintes pour appartenance à une organisation criminelle ou terroriste, en vertu du redoutable paragraphe 278 du code pénal autrichien qui est à l’origine du procès contre les défenseurs des animaux qui s’est toutefois fini par une vague générale d’acquittements après des détentions provisoires abusives (cf. ce billet et cet article paru dans Le Monde libertaire).

Une seule personne a été arrêtée après les 549 contrôles d’identité de la fin janvier, un certain Josef S., étudiant de Iéna, 23 ans, accusé d’avoir porté atteinte à la paix publique (il risque pour cela jusqu’à deux ans de prison selon le §274 du code pénal). Lire la suite

6 juillet 2014 Posted by | Uncategorized | , , , | Un commentaire

Les prisons autrichiennes éloignées du paradis

Cliquez pour zoomer

Cliquez pour zoomer – (c) F. Klenk (pour toutes les photos)

« On ne doit pas comparer les prisons autrichiennes au paradis. » Cette très catholique comparaison n’est bien sûr pas de moi mais de l’actuelle ministre autrichienne de la justice, Mme Beatrix Karl. L’hebdomadaire Falter a révélé cette semaine, suite aux informations transmises par une juge pour mineurs qu’un grave cas de viol avec torture sur un jeune de 14 ans avait été signalé à la prison viennoise de Josefstadt. Interrogée au journal de midi du 26 juin, sur la radio nationale (Ö1), la ministre a déclaré que les conditions de détention des mineurs n’avaient jamais été aussi bonnes et – comme indiqué – qu’on ne devait pas « comparer les prisons autrichiennes au paradis » (ici mon enregistrement au format mp3). Comme si, après tout, c’était bien normal qu’il y ait quelques petits désagréments à être en prison et que les conditions de détention faisaient partie de la peine. L’indignation a été assez importante et, invitée le soir au journal télévisé, elle a tranquillement répété les mêmes propos, tentant de minimiser les faits (et confondant le centre de détention avec la maison d’arrêt : le jeune qui a été violé et torturé n’avait pas été condamné, il a d’ailleurs depuis été libéré). Le journaliste Armin Wolf avait beau lui signaler que, rien que pendant l’année 2012, 46 plaintes pour violence avaient été déposées dans les prisons autrichiennes… elle n’en démordait pas : il s’agit selon elle d’un incident isolé « regrettable » (‘bedauerlich’, cf. youtube).

Lire la suite

28 juin 2013 Posted by | Uncategorized | , , , , | 2 commentaires