Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Hybris sportive et parentale à Linz

Marathon-Linz

L’hybris est dans la Grèce antique l’expression de la démesure, par exemple lorsque l’orgueil dévore la passion. C’est un peu ce qui s’est passé à Linz, capitale de la Haute-Autriche, samedi 2 avril. L’image ci-contre est parlante : des adultes, a priori deux pères et une mère, traînent littéralement leur enfant sur une course. Il s’agit d’une des épreuves réservées aux enfants dans le cadre du marathon de Linz. Âgés de trois ou quatre ans, les enfants sont conviés à courir sur 42 m (oui, quarante-deux seulement). Pour que ces chères petites têtes blondes ne soient pas impressionnées dans le stade, les parents sont autorisés à prendre le départ avec eux et dans un pays où les parents n’ont souvent qu’un enfant unique (taux de fécondité 1,5 ; France 2,1), cela ne suffit pas d’emmener son petit trésor aux cours de bébé-nageurs à deux semaines, de lui faire apprendre la musique à-deux-ans-comme-Mozart et de le mettre aux cours de mandarin à six ans : il faut aussi remporter une course en stade à l’âge de trois ans.

Cette photo prise par le photographe Manfred Binder sur la ligne d’arrivée a énormément choqué et fait plusieurs fois le tour du monde, partagée 732 fois sur Facebook (ce qui assure une diffusion exponentielle). Lire la suite

Publicités

8 avril 2016 Posted by | Sport | , , , , | 2 commentaires