Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Une pilule qui passe mal

(illustration réalisée sur http://www.nintendo-town.fr/martine/)

C’est dans le cadre du Festival du film juif de Vienne (au centre d’une polémique évoquée dans ce billet), qu’a eu lieu une projection du documentaire de Eberhard Büssem sur la vie de Carl Djerassi, le chimiste qui a découvert le principe actif de la pilule contraceptive, en 1951. Carl Djerassi, né à Vienne en 1923, a été contraint à l’exil en 1938. Il a fait carrière aux États-Unis et au Mexique, avant de devenir également, écrivain et dramaturge. Le film, Carl Djerassi, le fils perdu de Vienne, évoque la difficulté qu’il a eue (et a encore) à renouer avec Vienne, et plus encore avec l’Autriche. Son pays natal a été le dernier d’Europe, avec l’Albanie et le Portugal (*), à lui donner le titre de docteur honoris causa dans une université. C’est l’université technique de Graz qui a comblé cette lacune le 3 décembre. Que ce soit dans l’article qui annonce cette distinction ou dans le débat qui a suivi le film, Djerassi a été qualifié de père de la « Anti-Baby-Pille », littéralement « Pilule anti-bébé« . Cette dénomination, très marquée par le catholicisme omniprésent, traduit une opinion : la pilule serait contre les bébés, alors que – comme Djerassi l’a dit lors du débat – la contraception ne permet que d’éviter des « bébés non désirés ». J’ai parlé de cet incident avec un ami autrichien progressiste, il me disait (sans être choqué) « ah oui, en Autriche on appelle ça comme ça. »

Lire la suite

6 décembre 2010 Posted by | Autriche, Féminisme, Uncategorized | , , , , | Un commentaire