Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Homo Austriacus titulus (II)

post3Il y a près de 10 ans, en septembre 2011, je consacrais un billet de ce blog à la folie des titres qui fait encore rage en Autriche. Il s’agit essentiellement de titres universitaires, mais pas seulement, les fonctionnaires méritant peuvent aussi recevoir un titre. Ces jours-ci, cherchant à suivre un colis qui devait arriver par la poste autrichienne, j’ai dû m’enregistrer sur le site. Et là, rebelote, on me demande mon titre premier (« vorangesteller Titel ») et mon titre second (« nachgesteller Titel ») ! Avec pas moins de 33 possibilités pour le premier titre et dix pour le second, Lire la suite

12 juin 2020 Posted by | Uncategorized | Un commentaire

Homo Austriacus et Barbara

hlbelainzer2

“Sainte Barbara”

En Autriche, si les indigènes(*) ont construit des édifices imposants dans les moindres villages pour honorer leur dieu et les différents éléments de leur mythologie, il n’est pas rare de trouver dans des lieux très reculés des traces de dévotions aussi surnaturelles que pluriséculaires. Au cœur des forêts, on peut ainsi découvrir des constructions en bois de près de deux mètres de haut, souvent abritée des intempéries à l’aide d’un petit auvent, ornées d’une sculpture représentant un homme habituellement assez dévêtu, avec un pagne en guise de cache-sexe. Cet homme, principal personnage de la mythologie la plus partagée dans le pays est appelé « Jésus-Christ ». Il est représenté les bras écartés, cloués sur des planches, et le souci du réalisme de la scène amène souvent les artistes à peindre du sang sur les mains ou dans une plaie sur le flanc. Les indigènes ont aussi l’habitude de placer des croix aux sommets des montagnes, en général sans l’homme susmentionné.

Mais à Vienne, courant autour du Lainzer Tiergarten, le plus grand parc de la ville (**), j’ai découvert sur ce bloc de béton une trace de l’adoration plus discrète, portée par les indigènes à une fée ou déesse appelée « sainte Barbara ». Lire la suite

2 décembre 2019 Posted by | Uncategorized | Laisser un commentaire

Homo Austriacus eroticus

pornatDes études statistiques concernant le trafic sur un des sites mondiaux de vidéos pornographiques apportent un nouvel éclairage sur l’Homo Austriacus, au-delà des quelques billets sur ce blog ayant pris la prostitution pour objet. D’abord, le premier terme recherché en Autriche est « german » et non « Austrian ». Dans le pays de Freud et Hitler, y aurait-il un tropisme pangermaniste inavoué subsistant ? En France, le terme le plus recherché est bien « French ». Ensuite, et là c’est plus inquiétant, le deuxième mot clef le plus utilisé par les internautes autrichiens est « teen », ce qui traduit une attirance certaine pour la pédo-pornographie au pays de l’affaire Fritzl. Pourtant, les hommes d’Eglise – dont cette attirance est attestée par de nombreuses affaires – ne sont pas si nombreux que ça pour biaiser les statistiques sur le pays. En France, il semblerait que ce soit le métissage et l’ouverture sur le monde qui soit à l’honneur car « teen » n’est qu’en 8ème position, loin derrière « beurette », « hentai » (mangas pornographiques) ou « lesbian ». D’ailleurs, « française »  et « maman française » sont sur le podium tricolore.

Des statistiques sont aussi faites, toujours à partir des adresses IP des utilisateurs, sur les régions. Lire la suite

21 mars 2017 Posted by | Autriche, Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

Homo Austriacus porcinus

DSC_0903

Sur la cabane d’un stand

Les premières divinités connues étaient représentées dans l’art rupestre sous des formes animales, essentiellement au paléolithique supérieur. Aujourd’hui encore, des animaux font l’objet de cultes particuliers, sur tous les continents. Ainsi, à Paris, on peut assister chaque année, fin août ou début septembre, à la fête de Ganesh, le dieu à tête d’éléphant des hindous (cf. site officiel). En Autriche, dans un esprit à la fois syncrétique et animiste que tolère le catholicisme dominant, c’est le cochon qui est vénéré. En achetant ou offrant des petites figurines ou peluches représentant cet animal, les Autrichiens (comme les Allemands) entendent s’attirer les faveurs du Grand horloger et passer une « bonne année ». L’expression « avoir de la chance, avoir du ‘pot’ » se traduit d’ailleurs en allemand par « Schwein haben », littéralement « avoir du cochon ». A Vienne, entre le 27 et le 31 décembre, on trouve une profusion de stands où se vendent des « Glücksschweinderln », des petits cochons censés porter chance, car la moitié des Autrichiens achètent un tel talisman au Nouvel an. Lire la suite

5 janvier 2015 Posted by | Autriche, Religion | , | 43 commentaires

Homo austriacus festivus

ha1-ptSamedi 20 septembre 2014, c’était la fête à Ottakring, un quartier populaire de Vienne. Je vous propose un petit reportage photo sur les mœurs de l’homo austriacus festivus.

Sur ce blog, voir les autres petits essais d’anthropologie culturelle illustrée sur l’homo austriacus.

ha2-pt

30 septembre 2014 Posted by | Uncategorized | , | 37 commentaires

Homo Austriacus et son totem gris

OLYMPUS DIGITAL CAMERADans deux cafés différents, l’un à Vienne dans le quartier populaire de Simmering, l’autre, à la frontière entre la Styrie et le Burgenland, j’ai pu observer sur un mur une plaque métallique grise ornée de petites fentes, avec des numéros ou des noms. L’ensemble était bien trop petit pour servir de boîte à lettre, les fentes ne faisant que deux ou trois centimètres. Cette belle plaque verticale était souvent située près de l’entrée, à un emplacement de choix. Intrigué, j’ai demandé aux tenanciers ce dont ils s’agissait. Ce grand totem plat qui semblait faire l’objet de vénérations n’était autre que l’outil essentiel de l’association locales des épargnants, la « Sparverein ». Les membres de l’association se retrouve régulièrement pour glisser un billet dans la case qui leur appartient. Cet argent est placé auprès d’une banque rurale, la célèbre Raiffeisen qui joue un rôle politique de premier plan dans des régions comme la Basse-Autriche, pour le parti conservateur (ÖVP). Le jour de paye, en général à la fin de l’année, est toujours annoncé à l’avance, sur la plaque (cf. photo ci-contre). Lire la suite

27 novembre 2013 Posted by | Uncategorized | , | 4 commentaires

Homo Austriacus rusticus

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPetit essai d’anthropologie imagée (2), la « Erntedankfest 2013 »

Une semaine après la VolksstimmeFest (billet précédent), je me suis rendu à la fête des moissons (Erntedankfest). Organisée par l’alliance des jeunes paysans, très proche du parti conservateur ÖVP, cette fête a lieu sur la Heldenplatz, la place la plus emblématique du pays. Chaque région présente ses spécialités culinaires et surtout ses fruits et légumes ou ses bières. C’est l’occasion pour beaucoup d’Autrichien-ne-s de porter les vêtements traditionnels, le Lederhose pour les hommes et le Dirndl pour les femmes. Contrairement à la Volkstimmefest, pas l’ombre d’un livre ou d’une idée, par contre autant de bière. Consultez mon album pour un aperçu de l’Autriche « tradi », avec sous toutes les coutures, le célèbre homo austriacus !

Compléments (sur ce blog)

8 septembre 2013 Posted by | Uncategorized | , | Laisser un commentaire

Homo Austriacus communismus

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPetit essai d’anthropologie imagée, la VolksstimmeFest 2013

Le 31 août c’était la fête du (petit) parti communiste autrichien, le KPÖ (très implanté à Graz). De nombreux groupuscules politiques étaient représentés, ainsi que les Verts. Il y avait aussi un petit village international semblable dans l’esprit à ce que l’ont peut (pouvait) trouver à la Fête de l’Humanité en France. Connaissant le paysage politique de l’Autriche, cette population semblait presque surréelle. Je vous invite à consulter l’album des photos prises à cette fête de la voix du peuple, la « VolksstimmeFest« .

8 septembre 2013 Posted by | Uncategorized | , | Laisser un commentaire

Homo Austriacus au forum

Clisuez sur l’image pour l’agrandir

Le marketing a encore sévi !

En Autriche comme en Allemagne, on note au supermarché de petites différences d’ordre culturel, par rapport à ce que nous connaissons en France. Mon premier choc, car c’en était un, remonte à mes années berlinoises, 1994-2000, lorsque  j’ai découvert des pancartes pendant du plafond, près des caisses, avec « Attention, toute indication permettant l’arrestation d’un voleur sera récompensée de 50 DM » (oui, il n’y avait pas encore d’Euros!). Je ne sais pas s’il y en a toujours en Allemagne mais je n’en ai pas vu en Autriche. Par contre, ce qui m’a étonné, en arrivant ici, c’est le comportement que le marketing induit aux caisses. L’illustration ci-contre l’explique en détail. Pas d’espace pour ranger les produits achetés, il ne faut pas traîner ni surtout ralentir la personne à la caisse ! Construire des caisses avec un espace pour ranger les produits achetés, cela serait sûrement une dépense inutile. D’ailleurs, la caissière a déjà demandé si on payait en espèces ou par carte et le cas échéant, elle a préparé la monnaie qu’on a pas encore rangé ses affaires ! Ceci dit, la plupart des clients remettent tout en vrac dans leur caddie et il y a des tables mises à disposition des clients pour faire tranquillement ses sacs (beaucoup d’Autrichiens amènent leurs sacs). Avantage : on peut déjà retirer pas mal d’emballage et les laisser sur place et une machine à moudre le café est en général à disposition pour celles et ceux qui ont acheté du café en grain. Lire la suite

8 septembre 2012 Posted by | Autriche | , , | Laisser un commentaire

Homo Austriacus au cinéma

8ème rangée, places 17 et 18 ?

De la même façon qu’au restaurant l’addition n’est pas présentée de la même façon en France qu’en Autriche, la sortie au cinéma peut réserver quelques surprises aux Français ! A la caisse, on vous demande où voulez vous asseoir, avec par exemple « 8ème rangée, places 17 et 18 ? » En général, un écran vous montre où ces places se situent dans la salle.  Du coup, on peut se retrouver avec des voisins partout, alors que la salle est à moitié vide, vous pouvez passer votre temps à vous lever pour laisser passer celles et ceux qui ont la place après la vôtre ; à la caisse, dans la queue, vous pouvez subir d’interminables discussions, si un groupe se décide pour le même film, pour savoir où ils veulent se placer. En plus, dans bien des cinés, le prix n’est pas le même selon les rangées ! Du coup, les délibérations peuvent aller bon train au sein du groupe et il ne faut pas être pressé. Sur ce point, je préfère le système français, le premier qui entre choisit où il s’assied !

Dans la même série « anthropologie culturelle pour les nuls »

1 septembre 2012 Posted by | Uncategorized | , | 2 commentaires