Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

En Autriche, pas besoin de dédiabolisation ?

Jus2Cette fois-ci, ce sont des jeunes étudiants en droit d’un syndicat proche des conservateurs (parti ÖVP) qui « s’amusent » (!) à faire des blagues sur Anne Frank – présentée « nue » sous la forme d’un tas de cendres – ou qui diffusent le dessin d’une jeune fille, le bras levé, avec des œufs de Pâques enveloppés dans des drapeaux nazis et un commentaire sexiste. Il y a quelques années c’était un maire conservateur, Karl Simlinger, qui s’exclamait, à propos de journalistes qu’il jugeait un peu trop envahissants, « Faudrait les pendre, ils sont comme les Juifs ». C’était aussi, peu après, un homme politique de ce même parti chrétien-conservateur (uni avec Les Républicains à Bruxelles), Sven Skjellet, qui ne trouvait rien de mieux que « Arbeit macht frei » pour décorer la devanture de son armurerie, en guise d’enseigne.

Le 10 mai dernier, l’hebdomadaire Der Falter et le quotidien Der Standard révélaient que dans un groupe privé de Facebook intitulé « collectif masculin de la faculté de droit » („Fakultätsvertretung Jus Männerkollektiv“) rassemblant une trentaine de personnes, ainsi que dans un groupe sur WhatsApp analogue, des « blagues » (?) à caractère négationniste, ouvertement nazi ou infamant envers les handicapés étaient régulièrement échangées. Jus1On trouve ainsi une photo d’un homme trisomique (atteint du syndrome de Down) avec un trident à la main et cette légende tout en finesse : « Poseidown ». Sur un photo-montage présenté comme une commande passée dans un fast-food, au milieu des frites et des burgers, on lit « Anne Frank » et dans la colonne qui donne l’état de la préparation de ladite commande : « actuellement au four ». Kolossale Delikatesse ! Même chose pour un portrait d’Hitler souriant en apprenant qu’un survivant juif de la Seconde Guerre mondiale, âgé de 91 ans, était mort écrasé par un bus scolaire, ou encore un Noir fuyant, effrayé par des hommes du Ku Klux Klan.

Et dire que ces étudiants sont, sociologiquement, la future élite du pays ! La journaliste du Falter, Nina Horaczek, écrit : « Ceux qui sont actifs dans le groupe étudiant ‘Droit’ ont de bonnes chances, un jour, de faire partie de l’élite de l’État. » La journaliste a documenté une dizaine d’échanges tous plus ignobles et inadmissibles les uns que les autres.

En réaction, le syndicat étudiant incriminé a publié une déclaration condamnant des blagues de « mauvais goût » relevant de « l’humour noir » et « tirées de leur contexte ». Ils expliquent encore : « Ces groupes [sur Facebook et WhatsApp] étaient une grande bêtise » (texte original à la fin de ce billet). Pas sûr, à lire cela, que ces étudiants aient compris la gravité des faits. Heureusement, la réaction du doyen de la faculté, Paul Oberhammer, est à la hauteur des enjeux : il ne s’agit pas, comme il l’explique, de « moutons noirs » mais de représentants élus ou briguant des fonctions représentatives [les élections à l’université de Vienne sont prévues du 16 au 18 mai]. Il demande à ce que des sanctions soient prises et que les personnes concernées soient condamnées à l’inéligibilité.

Cette nouvelle affaire montre avant tout qu’en Autriche, l’extrême droite n’a pas forcément besoin de se « dédiaboliser » : même chez les jeunes, il existe un réel attrait, assez partagé, pour le nazisme, le racisme et le sexisme le plus crasse.

 

Sources et compléments

 

AGJus

AktionsGemeinschaft Jus

Diese Zeilen zu schreiben ist nicht einfach, da sie nichts mit unserer Vertretungsarbeit für euch zu tun haben.

Es werden in den nächsten Tagen Zeitungsartikel erscheinen, welche die Inhalte privater Facebook- und Whatsapp-Gruppen von Mitgliedern der AGJus behandeln werden. Der Account eines Gruppenmitglieds wurde gehackt und die Inhalte und Bilder dann Zeitungen zugespielt.
In diesen privaten Gruppen teilten einige unserer Mitglieder unter dem vermeintlichen Schutz der Vertraulichkeit politisch inkorrekte, geschmack- und niveaulose Dinge aus dem Internet.

Eines ist ganz klar zu sagen: In keinster Weise vertritt auch nur eine Person in der AGJus so eine abscheuliche Haltung, sondern es handelt sich hierbei um die dümmstmögliche und verurteilenswerteste Art von schwarzem Humor.

Diese Gruppen waren eine riesige Dummheit. Viele der Screenshots sind aus dem Zusammenhang einer Diskussion gerissen, um uns vor der Wahl größtmöglichen Schaden zuzufügen. Dies entschuldigt die Postings und die bloße Existenz dieser Chatgruppen natürlich in keiner Form.

In der AGJus waren und sind alle Studierenden willkommen sich zu engagieren, vollkommen gleichgültig welcher Herkunft, Hautfarbe, sexueller Orientierung oder welchem Religionsbekenntnis sie angehören. Das ist kein Stehsatz, wie man an der Vielfalt unserer Mitglieder erkennen kann.

Wir entschuldigen uns in aller Form und werden Konsequenzen aus den Vorkommnissen ziehen. Belastete Mitglieder mussten die AGJus verlassen, sobald wir davon Kenntnis erlangt haben.

Zuletzt ist noch zu sagen: Diese Vorkommnisse haben nichts mit unserer Arbeit für euch am Juridicum zu tun und das zukünftige Team ist nicht involviert.

 

Assez minable aussi : le syndicat étudiant à demandé à deux femmes de s’excuser auprès des étudiant.e.s pour le nazisme et le sexisme de ce “Männerkollektiv” (collectif d’hommes !) :

AGJUS2

 

Publicités

15 mai 2017 - Posted by | Autriche, Nazisme, Racisme, Sexisme | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :