Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Autriche : tout va bien

Autriche - Gros

(avec l’aimable autorisation de l’auteur)

25 mai 2016 Posted by | Uncategorized | 2 commentaires

Caramba, toujours trop à droite !

Caramba

Beaucoup trop à droite, ce vote !

La balle est passée à quelques centimètres et tout le monde crie « ouf » sans se rendre compte que le fusil est encore chargé et les citoyens immobiles : il n’y avait que 300 à 400 personnes, jeudi dernier, à la « grande » manifestation contre l’extrême droite (souvenons-nous du printemps 2002 en France !). Le parti d’extrême droite (FPÖ) demeure le premier parti du pays, de très loin, crédité d’autour de 35% des voix en cas de législatives. Ce parti fera d’ailleurs tout pour que les élections législatives, prévues normalement à l’automne 2018, soient avancées. Malgré le changement de chancelier et le remaniement décidé en catastrophe dans l’entre-deux-tours, les deux partis au gouvernement (sociaux-démocrates et conservateurs) sont sortis laminés de cette élection, avec chacun 11% au premier tour. On voit mal comment un tel gouvernement pourra tenir plus de deux ans. Qui plus est, son orientation à droite, avec la reprise d’une partie des points du programme du FPÖ – comme les terribles restrictions sur le droit d’asile (limité maintenant à trois ans avec un regroupement familial quasi-impossible) – tout cela n’est pas de nature à attirer les électeurs qui, selon le vieil adage, préfèrent toujours l’original à la copie.

 

Ouvrons les yeux : 49,7% des gens votent à l’extrême droite en Autriche, et ce face à un candidat papi qui n’avait pourtant aucune raison de repousser les électeurs républicains. C’est cela l’information capitale que délivre ce scrutin, et non la présence, en définitive assez fortuite, d’un écologiste à la présidence. Un pays d’Europe vote à près de 50% à l’extrême droite ! Lire la suite

24 mai 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, Uncategorized | 6 commentaires

L’extrême droite en Autriche, diabolisation et dédiabolisation

bulletin

Le bulletin pour le second tour, le 22 mai, avec mention des titres académiques bien sûr

Plus de 35% au premier tour des élections présidentielles, le Front national en a rêvé, le « Parti libéral autrichien » (FPÖ) l’a fait. Mieux encore, ce parti nationaliste est en bonne voie pour ravir le poste de président de la république alpine. Contrairement à ce que l’on peut lire dans certains journaux, le poste de président n’est pas purement honorifique en Autriche : selon la constitution de 1929 encore en vigueur car réactivée en 1945, le président fédéral est non seulement le chef des armées mais il peut aussi dissoudre le Parlement ou destituer le gouvernement. Élu pour six ans, c’est lui qui nomme le chancelier et valide le choix de ce dernier lorsqu’il forme un gouvernement. Jusqu’à présent, le président ayant toujours été membre des deux partis qui se partagent le pouvoir depuis l’après-guerre, les sociaux-démocrates du SPÖ et les conservateurs de l’ÖVP, le président a toujours renoncé à ses pouvoirs, laissant le chancelier gouverner et se contentant de quelques déplacements dans le cadre de la politique étrangère ou de déclarations sur des sujets de société, un peu comme le fait le président du grand pays voisin, l’Allemagne. Cette fois-ci, les partis de gouvernement ont été laminés (SPÖ à 11,3%, ÖVP à 11,1%). Une première explication du vote est bien entendu le rejet de la grande coalition au pouvoir depuis 2007, d’abord sous le chancelier Gusenbauer, puis de 2008 à mai 2016 sous la houlette de Werner Faymann qui a abandonné ses fonctions le 9 mai dernier, démissionnant de la présidence du SPÖ et du poste de chancelier. Depuis la création de la Seconde république, en 1945, il y a d’ailleurs toujours eu une « Große Koalition » au pouvoir, sauf sur les périodes 1966-1987 et plus récemment 2000-2006, lorsque les conservateurs ont gouverné avec le FPÖ dirigé par Jörg Haider (1950-2008). Lire la suite

15 mai 2016 Posted by | Autriche, Extrême droite, FPÖ, Uncategorized | 4 commentaires

Comment Red Bull envahit les campus

RB Wing

Deux “wings”

 

Le marketing de l’entreprise autrichienne Red Bull est agressif. Voici le témoignage de François Martin(*), un étudiant en école d’ingénieur actuellement en stage en Autriche.

 

Quelles sont les techniques de vente et de marketing utilisées sur le campus de l’Ecole ?

Red Bull a diverses techniques de vente et de marketing, selon qu’il s’agisse de campus ou de secteurs géographiques. La marque embauche des « Student Brand Managers » (SBM) qui ont pour mission de promouvoir la marque en invitant les étudiants à des évènements sportifs estampillés « Red Bull ». Ils gèrent également la distribution et la promotion de la marque sur leur campus et le secteur environnant incluant les commerces. Il est intéressant de savoir que le choix des SBM est fait en grande partie sur leur capacité à être un « opinion leader », en plus des autres critères de recrutement. Lors des séminaires festifs organisés par la marque, des études « démontrant » l’absence de risques pour la santé liés à la consommation de cette boisson leur sont exposées ainsi que les méthodes de marketing à employer. Ces séminaires ont pour vocation la fidélisation, si ce n’est le formatage, du SBM. Cela se fait par la fête, la mise à disposition gratuite de Red Bull et le matraquage sur les chiffres, les réussites et les événements de la marque. Lire la suite

12 mai 2016 Posted by | Uncategorized | , , | Laisser un commentaire