Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Le 8 mars 2016 vu d’Autriche…

TS8mars

R. Lugar : « Une victime avec une arme n’en est plus une ! »

Dès le 7 mars, devant le parlement autrichien, des militants de « l’équipe Stronach », le parti fondé par le milliardaire austro-canadien Frank Stronach, ont distribué à toutes les femmes présentes des sprays d’autodéfense (bombes lacrymogènes). Robert Lugar, président du groupe parlementaire de ce petit parti proche de l’extrême droite, a expliqué sur place qu’il fallait faciliter l’acquisition des armes car les gens se sentent, selon lui, « de moins en moins en sécurité ». Le fait qu’il y ait, année après année, de moins en moins de plaintes déposées ne traduirait, toujours selon lui, que le fait que les statistiques seraient truquées. Il a en outre ajouté : « chaque personne ayant un casier judiciaire vierge devrait pouvoir posséder une arme », liant ensuite explicitement ce sentiment d’insécurité à la présence de réfugiés dans le pays.

Le 8 mars, devant l’université technique de Vienne, au contraire, une action plus symbolique et plus réfléchie a eu lieu. Sur les bustes des hommes célèbres de cette université, des photos de femmes scientifiques comme Lise Meitner ou Ada Lovelace ont été accrochées, rappelant combien celles-ci ont souvent été occultées dans l’histoire des sciences.

 

Sources et compléments

Sur ce blog :

Maria Strekel, „Pfeffersprays vom Team Stronach: Aktion ging nach hinten los“, Der Standard, 8.3.2016

Rappel : le 8 mars est la journée internationale des droits des femmes, et non la « journée de la femme », comme la journée de la bière (chaque premier vendredi d’août) etc., avec l’idée d’une femme objet essentialisée. Cf. Non, le 8 mars n’est pas la « journée de la femme ».

A savoir : depuis l’automne, des groupes d’autodéfense ont vu le jour en Autriche. Le droit autrichien permet à tout citoyen d’arrêter et retenir un voleur ou un criminel, le temps que la police arrive. (cf. « Polizei hält wenig von Bürgerwehren »). En octobre 2015, le nombre d’armes vendues à Vienne a doublé par rapport au mois précédent, il a encore doublé en novembre (cf. « Mehr Wiener wollen Waffen », Wiener Zeitung, 12.1.2016). Pour pouvoir acquérir une arme de catégorie B, le permis nécessaire coûte 268 euros et suppose de passer un petit test psychologique. Ce permis ne permet pas de porter l’arme dans l’espace public. Depuis les agressions sexuelles autour du Nouvel An, la vente de sprays d’autodéfense a considérablement augmenté.

 

8 mars 2016 - Posted by | Féminisme, Uncategorized | , ,

Un commentaire »

  1. belle initiative à l’université technique de Vienne!

    Commentaire par segal marie-laure | 9 mars 2016 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :