Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

J+7

Frontex

« Liberté de mouvement pour tous » (Gare centrale de Vienne, 2.9.15)

Sept jours déjà, ce jeudi 3 septembre, que le charnier roulant a été retrouvé en Autriche. L’enquête se poursuit et les journaux annoncent les arrestations de passeurs, les chiffres concernant les réfugiés arrivant dans le pays – 3650 à la gare de l’ouest, lundi 31, reçus à bras ouverts, même la société nationale de chemins de fer a aidé les bénévoles, cf. annonce ci-contre, à droite.ÖBB

Ce qui est moins commenté, c’est la division qui s’opère dans le pays. D’un côté, on observe une immense vague de solidarité. Une personne seule, qui aidait déjà les réfugiés du camp de Traiskirchen, a pris l’initiative d’organiser une manifestation en soutien aux réfugiés et pour réclamer des moyens légaux pour entrer dans le pays (cf. fin du billet précédent). Ce ne sont pas moins de 20 000 personnes qui ont répondu présent, ce qui pour l’Autriche correspond à une très forte mobilisation car la culture des mouvements sociaux n’est pas la même (cf. mes photos de cette manifestation). AlahmessePendant ce temps tout le gouvernement était… à la messe ! A 19h, alors que la foule se massait à la Gare de l’Ouest (Westbahnhof), le cardinal Schönborn (oui, celui qui était impliqué dans un cas de pédophilie) priait dans la cathédrale Saint-Etienne pour les réfugiés morts en Autriche. Face au cardinal se trouvaient ceux-là même qui, par leur politique, sont co-responsables de ces morts ! A droite de cette photo, de profil, on distingue le ministre des affaires étrangères Sebastian Kurz (portrait dressé dans ce billet) qui, encore la veille de la découverte du camion-charnier réclamait une « intensification des contrôles aux frontières » et des « procédés éclairs » pour juger de la recevabilité des demandes d’asile (cf. cet article du Standard). A ses côtés, la redoutable « ministre de la police » (selon l’expression de M. Genner, le responsable de l’association Asile en détresse), celle qui essaye de rendre son pays « moins attractif » pour les réfugiés. Une grande partie de la population s’engage pourtant aux côtés des réfugiés, notamment autour des centres d’hébergement et des gares. Les réseaux sociaux sont pour cela d’une efficacité extraordinaire, comme j’ai pu le constater le 2 septembre au soir (Facebook-Twitter-Gare centrale en moins d’une heure pour venir déposer des habits et chaussures, conformément aux besoins signalés en temps réel, cf. photos). Mais cela, c’est ce qu’organise « l’autre Autriche », celle qui est apparue au moment de l’affaire Waldheim (cf. cet article).

De l’autre côté, l’extrême droite fait des ravages. Profil bas pendant un jour ou deux, après la découverte du camion, puis campagne violente pour les élections régionales prévues le 11 octobre à Vienne. Strache, le leader du parti, placarde partout dans la ville « Oktober Revolution », la révolution d’octobre attendu lorsque Strache prendrait la tête de la mairie. Le 1er septembre, à la surprise générale, c’est la maire du 1er arrondissement de Vienne, Ursula Stenzel, ancienne députée européenne, qui a rejoint Strache pour l’épauler dans sa course pour la mairie. Encartée jusqu’alors à l’ÖVP, le parti chrétien-conservateur, elle représente la grande bourgeoisie autrichienne. Une vidéo la montre expliquer pourquoi si un hôtel ne lui plaît pas elle change aussitôt pour un « hôtel de luxe » aux frais des contribuables, car elle n’est pas « une réfugiée sans passeport ». Avec ce coup aussi bien médiatique que politique, l’extrême droite créditée de de 26 à 31% des voix en cas d’élections législative, ne fait qu’élargir son électorat. Un moment passé sur les forums du site de la Kronen Zeitung (le journal le plus lu au monde en taux d’atteinte de la population) montre la popularité des thèse de l’extrême droite (80 à 90% des commentaires !). Si, comme les manifestants du 31 août, le gouvernement est critiqué (par exemple ici), c’est pour sa générosité envers les réfugiés et pour n’avoir pas encore fermé les frontières ! Peu à peu, l’Autriche se scinde en deux blocs, une majorité acquise à l’extrême droite et une minorité importante qui se montre solidaire.

3 septembre 2015 - Posted by | Autriche, Réfugiés

5 commentaires »

  1. Tout (?) le gouvernement à la messe… Cela étonne toujours vu d’un pays laïque. Combien d’athées, d’agnostiques, de protestants, de Juifs (là, je crois connaître la réponse), parmi les ministres, sommés de faire semblant ? Ils ont l’air bien contrits sur la photo ! A mon humble avis, puisqu’il s’agit essentiellement de victimes musulmanes (du moins celles du camion), messieurs dames les ministres auraient dû se recueillir dans une mosquée. Là aussi, il y a sans doute un Dieu qui les écoute. Je ne pense pas qu’ils demandent pardon à leur Dieu catholique pour leur politique anti-migratoire…

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 3 septembre 2015 | Répondre

  2. Puisse le camp de la solidarité l’emporter sur l’extrême droite .. I have a dream !?

    Commentaire par Falcou Matou | 3 septembre 2015 | Répondre

  3. « Face au cardinal se trouvaient ceux-là même qui, par leur politique, sont co-responsables de ces morts !  »

    Ceux qui sont responsables de ces morts sont :
    – ceux qui ont mis la guerre en Syrie (les pseudo rebelles, vrai islamistes)
    – ceux qui ont alimenté la guerre en soutenant ces « rebelles » en fournissant des armes ( Sarkozy, Hollande, Obama )
    – ceux qui massacrent en Syrie : les fous d’allah de l’état islamique
    – les passeurs qui exploitent la détresse
    – les pays occidentaux qui avec leur politique migratoire laxiste sont dépassés et n’ont plus les moyens d’accueillir ceux qui en ont vraiment besoin.

    Je rajoute deux choses :

    Tous les migrants sont issus de la classe moyenne, ce sont ceux qui ont réussi à payer leur voyage (7000 eur). Les pauvres qui ne peuvent se le payer, tout le monde s’en fout. On les laissent se faire massacrer par #Daesh

    Les pays du Golf n’ont pour l’instant accueilli aucun migrant. Ce sont des pays plus riches, plus vides et culturellement plus proches.

    Si on ne traite pas la cause du problèmes, on sera dans deux ans et 3 millions de migrants plus tard encore ne train de parler des migrants.

    Il faut faire alliance avec Assad / Poutine et Hassan Rohani pour aller buter les islamistes sur le terrain.

    Mais ce n’est pas le pusillanime Obama qui prendra une décision.

    Commentaire par Olivier Orsel | 3 septembre 2015 | Répondre

  4. Je ne savais pas que l’Autriche avait un ministre de la police.Il n’ y en a pas en France sauf erreur
    ou erreur d’intitulation….

    Commentaire par Jacqueline | 3 septembre 2015 | Répondre

    • C’est une citation du président d’Asyl in Not pour souligner son rôle de « flic », je vais préciser, merci. Officiellement elle est bien sûr ministre de l’Intérieur. C’est un peu comme « premier flic de France ».

      Commentaire par segalavienne | 3 septembre 2015 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :