Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

“Vous êtes Charlie, vraiment ?”

ST-2015-01-14-S26-ptTraduction en français de mon article paru dans Der Standard le 13 janvier 2015, 17h10 – Edition papier du 14 janvier 2015

Les collègues de Charlie Hebdo sont morts pour la liberté, l’égalité et la fraternité. Si l’on voulait défendre ces valeurs en Autriche, il faudrait commencer par abroger le concordat, la loi musulmane et la loi israélite ainsi que le paragraphe sur la religion du code pénal. [ce chapeau n’est pas de moi]

« Je suis Charlie ». C’est ce qu’on pouvait lire ces derniers jours dans le monde entier, mais que signifie « Charlie » ? Cela représente d’abord la liberté de la presse. Dans l’histoire européenne, il n’était encore jamais arrivé que sept journalistes, les plus importants d’un journal, soient assassinés. C’est ce qui explique en premier lieu la stupeur et l’importance de la mobilisation parisienne qui a réuni presque autant de chefs d’État que l’an dernier à l’enterrement de Mandela.

Mais c’est quoi Charlie Hebdo ? Un journal satirique, bien sûr, qui se moque avec brio des puissants, de tous les fascistes et des fanatiques religieux, mais aussi un journal culturel : chaque mercredi on y aborde les derniers films, les nouveaux livres ou les expositions. Contrairement à son pendant Le Canard enchaîné, Charlie défend une ligne politique : à gauche, antifasciste et fortement marquée par la défense de la laïcité, définie par la revendication d’égalité entre les croyants, les athées et les agnostiques.

Le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard, a insisté juste après l’attentat sur le fait que le journal allait continuer de défendre la laïcité et que la devise de la République, « Liberté, Égalité, Fraternité » pouvait s’en déduire.

Les mêmes droits ?

Dans ce contexte, que peut signifier « Je suis Charlie » pour l’Autriche ? « Les mêmes droits pour tous » signifierait la fin de lois d’exception comme la loi islamique, la loi israélite et bien sûr le concordat. Ceci est volontiers oublié. Le rédacteur en chef du Kurier, Helmut Brandstätter écrivait dans son éditorial du 8 janvier « Les tirs de Paris étaient une attaque dirigée contre l’ordre de la société libre, tel qu’il a été construit dans de nombreuses parties du monde et le sera encore. Celui-ci est basé sur le respect de celles et ceux qui pensent différemment, sur la séparation de l’Église et de l’État et la liberté inconditionnelle d’expression. (…) Bien sûr, les immigrants de confession musulmane doivent savoir que s’ils veulent rester ici ils doivent accepter ce que nous avons acquis de haute lutte. Il s’agit notamment du principe général d’égalité et de l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes ainsi que la séparation de l’Église et l’État.

Cette séparation est-elle vraiment un acquis en Autriche ? N’y a-t-il pas des crucifix dans chaque classe d’école ? Pourquoi était-ce marqué en grosses lettres, dimanche dernier sur la Ballhausplatz, qu’il s’agissait d’un rassemblement de recueillement organisé par le gouvernement fédéral « et les représentants des communautés religieuses » ? « Je suis Charlie » signifie inexorablement, à moyen ou long terme, l’abrogation du paragraphe 188 du code pénal (contre le « dénigrement des doctrines religieuses »).

Comment est-ce possible que le gouvernement autrichien soit si proche de l’Arabie saoudite ? Qu’un palais du Ring [prestigieux boulevard circulaire à Vienne] et une ancienne ministre de la justice soient mis à la disposition du Centre du Roi Abdallah « pour le dialogue inter-religieux et interculturel » ? Cette dernière, nommée vice-secrétaire générale de ce centre, a pu sans la moindre conséquence, minimiser la gravité des décapitations au sabre (« ce n’est pas tous les vendredis qu’on décapite ») et lorsqu’un blogueur saoudien est condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet, simplement pour avoir défendu un point de vue libéral, personne ne s’exprime dans le gouvernement (voir le commentaire de Heiko Heinisch dans le Standard du 8 janvier 2015).

Bien sûr, la liberté d’opinion connaît des limites et c’est bien ainsi. Les innombrables procès que Charlie Hebdo a eu en France (et qu’il a presque tous gagnés), constituent de bons exemples. L’incitation à la haine et le racisme ne sont tolérés dans aucun pays occidental. Beaucoup de gens sont d’avis que Charlie Hebdo est allé trop loin parce que des personnages religieux ont été ridiculisés. Mais personne n’était contraint d’aller acheter ce journal pour blesser ses convictions religieuses ! Le but n’était pas du tout une provocation inutile et il s’agissait bien davantage de remettre en question des structures de pensées, voire de déclencher des discussions (par exemple sur la pédophilie dans l’Église catholique).

Le lobbysme religieux

Le droit de critiquer les religions est important car les religions ont souvent installé un système d’exercice du pouvoir et de lobbysme. Lorsque par exemple au printemps de l’an dernier je me suis exprimé de façon critique contre la circoncision rituelle (Profil, 5 mai 2014), un fonctionnaire de l’IKG [la représentation officielle de la communauté juive en Autriche] a eu un accès de colère et m’a menacé d’exclusion. Le 30 octobre, j’ai alors reçu un courriel du rabbinat selon lequel ils auraient remarqué « par hasard » que d’importants documents manquaient dans mon dossier d’inscription. Cela montre peut-être combien les communautés religieuses sont devenues peureuses et évitent la discussion.

Mais il s’agit ici de bien plus que cela. La mobilisation en faveur de Charlie Hebdo, avec quatre millions de personnes en France, a rassuré les Français : les mythes de la nation existent bien. Plus encore qu’après la victoire de l’équipe « black-blanc-beur » lors de la coupe du monde de football en 1998, il s’agissait cette semaine de la définition d’un nouveau vivre ensemble, contre la terreur.

Le quotidien libéral de gauche Libération a mis à sa une lundi « Nous sommes un peuple ». Un peuple coloré, pas « le » peuple comme l’expriment les manifestants du mouvement Pegida. Bien des pays pourraient utiliser ces tristes événements pour réfléchir sur leur propre nation. Être Charlie c’est bien. L’Autriche n’a toutefois pas encore assez de Charlies.

Jérôme Segal, Der Standard, 14/01/2015

Jérôme Segal est chercheur à l’Institut Ludwig Boltzmann de recherche en histoire sociale. A Paris, il a écrit pour Charlie Hebdo.

En complément, mes interventions sur Charlie Hebdo dans les médias autrichiens (radio et télé, par ordre chronologique).

Publicités

14 janvier 2015 - Posted by | Uncategorized | , ,

12 commentaires »

  1. Trop fort, M. Segal, qui nous prouve le long de son blog, à quel point il déteste l’Autriche et les autrichiens va donner des leçons de laïcité à l’Autriche. L’arrogance à la francaise, la suffisance que l’on croyait aux cars de touristes bedonnants dans toute sa splendeur.

    C’est trop beau !

    Croyez vous vraiment que la France ait des leçons à donner au monde. Elle qui gère si bien ses minorités religieuses avec ses juifs qui fuient vers Israël et son islam dont personne ne contrôle les mosquées, les Imams et son financement ?
    Bel exemple, on l’a vu ces derniers jours : ses écoliers se réjouissent des attentats et les professeurs sont incapables de faire respecter une minute de silence.

    Alors que justement le concordat est l’exemple à suivre pour une maîtrise des religions et empêcher les dérives sectaires et les radicalisations.

    La laïcité à la francaise est un contre-sens, incompréhensible pour les personnes tolérantes envers les religions.
    Je vous prédis qu’elle va être revue dans les prochaines années.

    Commentaire par Olivier | 14 janvier 2015 | Réponse

  2. D’ailleurs dimanche tout le gouvernement autrichien avait piscine, ( l’autriche n’etait pas sur la liste des pays présent à paris). Ou alors maman angela a dit « les enfants restez a la maison, maman y vas deja…. »

    @Olivier: ici ils controlent mieux….il y a un paquet d’autrichiens partis passer des vacances sous le soleil syrien les dernieres annees. La les autrichens commencent a se reveiller et se dire que sur ce coup ci, peut etre qu’il ne va pas falloir 20 ans, comme c’est la cas d’habitude, pour voir ce genre de probleme arriver ici aussi
    Le nombre de playmobil dans les rues a augemente depuis une semaine….

    Commentaire par Loulou | 14 janvier 2015 | Réponse

    • oui en Autriche ils contrôlent mieux même il c’est loin d’être parfait. ils contrôlent l’enseignement religieux à l’ecole, ils ferment les écoles privées radicales…
      le nombre de djihadiste autrichien est estimé à 70 contre 2 à 3 mille pour la France (sur les 6000 djihadiste européen).

      Commentaire par Anonyme | 15 janvier 2015 | Réponse

    • 70 djihadistes autrichiens contre 2000 à 3000 français.
      L’état autrichien contrôle l’enseignement de l’islam dans les école et ferme les écoles radicales.
      Vienne est une des capitales les plus sur d’Europe.

      Pourtant, il y a beaucoup d’étrangers à Vienne. Non ?

      Je ne dis pas que tout est parfait en Autriche mais je crois que la France n’a aucune leçon à donner, son modèle est catastrophique.

      Commentaire par Olivier | 15 janvier 2015 | Réponse

    • Faux. Kurz était présent à paris.

      Commentaire par Anonyme | 21 janvier 2015 | Réponse

  3. c’etait bien d’une marche republicaine dont il s agissait dimanche dernier, et pourtant je n’ai pas ete la seule a etre choquée par la presence des representants de l’Eglise dominant au point de ralliement de la manifestation.
    Je n’ai absolument rien contre le fait que des religieux manifestent leur soutient, mais peut on m’expliquer ce que ca foutait dans le programme?
    non, je ne suis pas athée, j’ai bien une confession, et pourtant j’ai assez de jugeote pour me dire que c’est absolument scandaleux qu’en autriche ca soit encore ainsi, et que personne n’ouvre sa bouche ou ne fasse vraiment changer les choses!!
    donc merci pour cet article M. Segal!

    Commentaire par Edelweiss | 15 janvier 2015 | Réponse

    • Elle avait quoi de républicaine cette marche ?
      La République n’est pas en danger, aucun coup d’état n’est en préparation ou alors j’ai loupé quelque chose.

      il s’agissait d’une marche de compassion pour les victime et de rage contre les bourreaux.

      Défiler la la pancarte « Je suis Charlie » ne veut pas dire que l’on approuve l’idéologie libertaire, anarchiste, laïcarde et la vulgarité de ce journal.

      Commentaire par Olivier | 15 janvier 2015 | Réponse

  4. Mais en quoi cet article où les autres montrent une forme de détestation envers l’Autriche? C’est quelque chose qui me dérange que l’on croit, dès lors que l’on critique un peu un système quel qu’il soit, que cela revient en détester tout le pays où ce trouve ledit système.

    Et en tant que français expatrié, cela me sidère que toute forme de critique fait par un « étranger » (au passage, on est plus trop des étrangers, on est tous des citoyens de l’Union Européenne…) soit de suite cataloguée comme dirigée contre l’Autriche et comme forme d’apologie du pays duquel on vient. Pour ma part, dès que je l’ouvre sur l’Autriche, on me renvoie ma francité dans la gueule, alors qu’en France, on me juge justement trop critique envers la France et volontiers ‘anti-patriote’, comme si cela était l’insulte la pire qui soit.

    En ce qui concerne la France et les juifs au passage, je vous renvoie sur un article de slate.fr qui traite la question. Vous serez heureux d’y apprendre que la France est le pays où se trouve la plus forte minorité religieuse juive d’Europe. Vous y apprendrez également que les juifs français ont toujours émigré vers Israël depuis sa création, et d’ailleurs, je me demande qui sommes-nous pour leur interdire.

    En ce qui concerne les minutes de silence… je viens moi-même d’une région assez à droite (et à l’extrême droite) avec un racisme injustifié hélas très en vogue (tout le monde est contre l’arabe envahisseur, mais ces gens n’ont pour la plupart jamais vu un arabe, un noir ou un juif). Lorsqu’il est arrivé qu’on doive faire une minute de silence, il y a forcément ceux qui ne la respectent pas pour se faire remarquer. Et ça n’a rien à voir avec un fanatisme religieux, c’est plutôt dû à la connerie et à l’adolescence.

    Dire que le concordat – et excusez-moi ce point Godwin, mais le concordat date du IIIe Reich – soit un modèle, c’est vraiment assumer pleinement défendre un système archaïque et injuste. Le concordat, c’est le prosélytisme de religions officielles aux dépens des autres fois (puisque, le je rappelle, seules les religions reconnues profitent des impôts).
    Et dans la mesure où vous seriez catholique – ou du moins chrétien – je vous renvoie vers la Bible, dans laquelle il est écrit qu’un homme de foi est avant tout celui qui prie seul en dehors des institutions. Et puis, comme le note Mr Segal, c’est assez bancal de combattre un fanatisme religieux tout en ayant des relations privilégiées avec l’Arabie Saoudite.

    La laïcité en France, c’est loin d’être quelque chose d’intolérant. C’est juste reléguer la religion à la sphère privée, là où elle a sa place. Ma grande surprise en Autriche, ça a été de devoir donner ma religion à chaque fois que je devais établir un document officiel. Et pourquoi ne puis-je pas la garder pour moi, au fait? C’est la porte ouverte à toutes les discriminations!
    Et pour le crucifix dans tous les lieux publics, on a trouvé mieux comme modèle de tolérance.

    Au passage, j’en profite pour dire que tous ceux qui disent que les attentats c’est pas bien mais que Charlie l’avait bien cherché, vous tenez le même discours que ceux qui disent que le viol c’est pas bien, mais que les femmes l’avaient bien cherché. Idem pour la guerre, le meurtre, etc.
    Il n’y a pas de demi-mesure. Et tous ceux qui font l’apologie du nazisme (ou de toute forme de doctrine intolérante et ségrégationniste) en prenant Charlie en exemple, vous n’êtes pas Charlie non plus (en France, ces cimetières ont été profanés avec des croix gammées associées à la phrase ‘Je suis Charlie’).
    Et tous ceux qui ont chié sur le journal avant les attentats, c’est la même chose. Qu’il est facile de s’indigner aujourd’hui, alors que Charlie a toujours été menacé dans l’indifférence la plus générale.

    Commentaire par Romain Xmontezuma Filstroff | 16 janvier 2015 | Réponse

  5. 1 D’après un sondage européen, dans tous les pays, nous sommes considérés comme les plus arrogants des européens. Mais ils ont sans doute tous tord…

    2 Oui anti-patriote est une injure. C’est synonyme de traître, félon et lâche.

    3 La France est le pays où il y a une grosse communauté juive. Oui car par rapport aux autres pays européens, beaucoup moins ont été tués pendant la guerre.

    4 Les juifs immigrent de plus en plus vers Israël car ils ne sentent pas en sécurité en France. Déjà +50% entre 2013 et 2012.

    5 Personne ne veut leur interdire de partir mais qu’une partie de notre population (et pas la moins méritante) fuit notre pays car s’y sent en danger est très choquant. Non ?

    6 Minimiser l’antisémitisme qui se développe en banlieue est criminel. Vous attendez qu’il y ait combien de mort pour vous réveiller ?

    7 Le concordat ce n’est en aucun cas du prosélytisme. C’est le contrôle des religions et la lutte contre les sectes et dérives extrémistes. C’est tout.
    Oui bravo pour le point Godwin

    8 La religion peut être publique dans un pays tolérant. En France où il est mal vu d’être catholique et où les laicards sont prêt à toute discrimination, on garde cela pour soi.

    9 Crucifix dans les écoles, église dans les villages, croix dans les cimetières…. et oui l’Autriche est un pays catholique.

    10 Je n’ai jamais dit que Charlie l’avait bien cherché. Ils ont volontairement pris le risque de choquer des fanatiques musulmans et ils ont fait prendre des risques mortels à de nombreux français dans ces pays. Ils n’ont pas compris que le monde a changé, avec internet leurs dessins font le tour du monde et ne sont plus réservés à une clique d’anarchiste. De plus ils ont découvert à quel point les musulmans ne sont pas aussi pacifiques et tolérants comme les catholiques.
    Ils ne méritaient pas la mort mais juste le mépris et que leur canard meurt dans l’indifférence totale.

    Commentaire par Olivier | 18 janvier 2015 | Réponse

  6. Maintenant, on peut le dire Charlie Hebdo c’est de la fange. Le niveau 0 de le a tolérance et du respect. De la haine pure et des appels au meurtre.

    Commentaire par Olivier | 22 janvier 2015 | Réponse

  7. Vous vous prenez pour Tocqueville maintenant ? Ou carrément Kant, tant qu’on y est ? Mais ils n’étaient pas aussi proches du Nazaréen que vous voulez nous faire croire avec votre noûn.
    Un journal qui se réclame de la tradition « bête et méchant » ne doit pas être lu au premier degré. Si « Minute » ou « Le Monde » ou « Valeurs actuelles » publiaient cette affiche, il faudrait se faire des soucis. Mais « Charlie » est le fou du roi, il a le droit de dire ou de dessiner ce que les autres journaux ou magazines « sérieux » (pour certains, j’ai un doute) n’ont pas le droit de dire ou de dessiner. Comme disaient les vieux Romains, pas si bêtes que ça : « Quod licet Jovi, non licet bovi ».

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 25 janvier 2015 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :