Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

“Ein kollosaler Fauxpas”, une faute politique majeure

GgT1-pt

Le rassemblement officiel du gouvernement

Vienne, dimanche 11 janvier 2015. Dans la capitale autrichienne comme dans la plupart des capitales occidentales, l’émotion était à son comble suite aux trois jours de folie islamiste et meurtrière qui ont endeuillé la France. Plus de 1500 Français et Autrichiens se sont rassemblés avec des représentants d’autres nationalités devant l’ambassade de France (3000 personnes selon l’un des organisateurs). La foule a ensuite formé un cortège qui, attirant de plus en plus de monde, a rejoint la manifestation organisée par le gouvernement autrichien… « et les représentants des communautés religieuses ». Bienvenue en Autriche où le mot laïcité n’a pas de traduction, un pays qui vit sous le régime concordataire (comme en Alsace-Moselle, région qui n’a pas eu la chance d’être en France lors de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, et qu’il serait grand temps de réintégrer dans la France laïque). Au nom de quelles valeurs le cardinal de Vienne, M. Schönborn devait-il figurer parmi les personnalités invitant à ce rassemblement ? Oui, celui-là même qui en 2005, dans les colonnes du New York Times défendait le créationnisme dans sa variante la plus affinée, le “dessein intelligent”…On distinguait à côté de lui un pope en tenue complète, alors même qu’officiellement ces messieurs n’apprécient pas les hommes qui portent des robes. Mais là n’était pas ce qu’il y avait de plus choquant. Environ 12 000 personnes étaient rassemblées sur la Ballhausplatz, cette place entre la chancellerie et la présidence, à côté de la célèbre Place des héros (Heldenplatz). Après la lecture (monotone) de nombreux textes et extraits de discours de remises de prix littéraires prononcés en Allemagne (drôle de choix), un acteur nommé Peter Matić a lu cette déclaration du gouvernement fédéral :“En France des hommes et des femmes ont été tués ou blessés qui tous, d’une façon ou une autre, protégeaient notre liberté et notre démocratie européenne : les journalistes qui mettaient en pratique la liberté d’opinion, des policiers dont la tâche était de défendre l’Etat de droit démocratique et des citoyens de différentes confessions qui étaient apparemment seulement au mauvais moment sur les lieux de la terreur » (VO ci-dessous). Pourquoi taire le fait que les quatre victimes du supermarché casher ont été froidement assassinées parce qu’elles étaient juives ? Pourquoi ne pas avoir prononcé les mots « juif », « juives » et même « djihadisme », « islamisme » ou simplement « fanatisme religieux » ? L’ensemble de la cérémonie était un recueillement comme il en existe après l’incendie d’un tunnel ou une avalanche particulièrement meurtrière et la communauté juive de Vienne a protesté non sans raison dans une lettre ouverte intitulée « Tout le monde est Charlie, personne n’est juif« .

GgT5

Devant l’ambassade de France

Comment l’Autriche n’est-elle pas plus sensible sur ces questions, avec le passé que l’on sait et que trop d’articles de ce blog illustrent ? Pour les commentateurs avertis de la politique autrichienne, c’était l’esprit du satiriste Helmut Qualtinger qui régnait, ils pensaient à ce personnage, Herr Karl, décrit comme un autrichien moyen et dont, au fur et à mesure du monologue, on comprend qu’il a été un suiveur, un lâche opportuniste, chrétien social sous le régime austro-fasciste et membre du NSDAP dans la période nazie. Karl Pfeifer, journaliste reconnu dans le pays et hors de ses frontières, estime que c’est l’esprit de Hans Dichand qui régnait, en référence au fondateur du redoutable Kronen Zeitung (voir sur ce blog) à l’origine du succès électoral de l’actuel chancelier, Werner Faymann.

Réagissant devant ce qu’il faut bien appeler une faute politique majeure, le chancelier a reconnu le bien fondé de la colère de la communauté juive et en a profité pour expliquer qu’il serait prêt à envisager une fermeture du Centre du Roi Abdallah pour le dialogue inter-religieux et interculturel qui déshonore le pays (voir ce billet). Et si le formidable espoir né en France avec la mobilisation des 10 et 11 janvier pouvait aussi aider les Autrichiens ?

GgT6

En complément, les interventions de l’auteur de ces lignes sur Charlie Hebdo dans les médias autrichiens (par ordre chronologique).

GgT2

Ballhausplatz

L’extrait en question de la déclaration : „In Frankreich wurden Menschen ermordet oder verletzt, die alle auf jeweils andere Weise unsere europäische Freiheit und unsere europäische Demokratie schützen: Journalistinnen und Journalisten, indem sie die Meinungsfreiheit mit Leben erfüllten; Polizistinnen und Polizisten, deren Aufgabe es ist, den demokratischen Rechtsstaat zu verteidigen; Bürgerinnen und Bürger unterschiedlichster Konfessionen, die offenbar nur zum falschen Zeitpunkt an den Orten des Terrors waren.“

Advertisements

13 janvier 2015 - Posted by | Uncategorized | , , , ,

21 commentaires »

  1. Je suis d’accord avec vous, oublier les victimes juives est une erreur politique. Erreur que l’on retrouve dans de nombreux médias français qui ne parle que des victimes de Charlie et d’un attentat contre la liberté d’expression.
    Il semble que pour la caste médiato-politique, la vie d’un flic ou d’un juif soit moins importante que celle d’un journaliste.

    D’ailleurs les victimes de Mehra ne connaissaient personne dans le show-biz.
    Aucune marche Républicaine ou mobilisation de la sorte n’a été organisée pour eux.

    Commentaire par Olivier | 14 janvier 2015 | Répondre

    • La différence avec les victimes de Merah, c’est, je crois, qu’on s’est attaqué non pas à des journalistes ou des juifs, mais à des valeurs, à un droit de l’homme inaliénable : la liberté (de s’exprimer, de blasphémer, etc.). On a davantage manifesté pour une abstraction que pour des personnes, sans compter que les personnes assassinées – en tout cas les journalistes de Charlie-Hebdo – ont mis en danger leur vie pour défendre cette abstraction-là, la liberté.
      Cela dit, ce qui se passe actuellement au Nigéria avec Boko Haram, c’est mille fois pire que les assassinats en France.

      Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 14 janvier 2015 | Répondre

      • Je parie fort que si Minute avait été attaquée à la place de CharlieHebdo, la mobilisation du gvt, de la gauche et du show-biz aurait été bien différente. Environ 1000 fois moindre.

        Pourtant ces deux journaux caricaturistes défendent la liberté de se moquer des autres et de tout.

        Donc ce qui a choqué la caste médiato-politique, c’est qu’on a touché à leurs copains.

        Les enfants juifs ou pas, les flics, les quidams, ils s’en foutent : dégâts collatéraux de leur multiculturalisme.

        Il n’y a rien de pire que l’exécution d’un enfant innocent. Et pourtant cela a fait beaucoup moins de bruit que la mort des copains du show-biz.

        Commentaire par Olivier | 14 janvier 2015

      • Réponse au commentaire ci-après, notamment à la phrase « ces deux journaux caricaturistes [lisez : satiriques] défendent la liberté de se moquer des autres et de tout. »
        Prenez un numéro de Charlie-Hebdo et un de MInute, qui n’est d’ailleurs satirique que malgré lui. Mettez votre cerveau en route, ou tout simplement le bon sens. Comparez. Dans Charlie, vous avez une caricature, parfois violente, peut-être injuste, des religions (au pluriel) et de leurs représentants. On ne vise pas des personnes en tant que personnes, mais parce qu’ils représentent quelque chose (imam, évêque,…). Dans MInute, vous avez, pêle-mêle, une critique (un euphémisme) des musulmans, de Mme Taubira, etc., autrement dit on attaque des personnes. Souvent haineusement. On n’aime pas ces gens-là, et on le fait savoir. C’est pas pareil.
        Ensuite, les uns tapent sur les cathos, les juif, les musulmans… et les électeurs de FN, en tant qu’ils sont porteurs d’une religion ou d’une conviction politique ; les autres tapent sur les juifs, les musulmans… et les gauchistes, en tant qu’ils sont de race juive ou arabe et porteurs d’une conviction politique. Il y a toujours la petite différence qui fait les grandes conséquences, comme disait naguère Mme Schwartzer.
        On peut poursuivre l’exercice : la différence entre une caricature de Charlie et la quenelle de Dieudonné.
        Il n’y a que pour l’imbécile que tout est simple et que tout se vaut. L’esprit critique, étymologiquement, est celui qui fait le tri, qui distingue.
        Enfin, croyez-vous vraiment que des millions de gens sont descendus dans la rues parce qu’on a tué quelques habitués du show-biz ? Je ne sache pas que les journalistes de Charlie eussent couru les plateaux télé.

        Commentaire par Anonyme | 14 janvier 2015

      • La différence entre Charlie et Minute ?
        Un est à droite, l’autre à gauche.
        Les deux font grincer des dents ceux de l’autre bord.

        Charlie suinte de haine contre la famille Le Pen, Il est spécialement vulgaire contre le pape et particulièrement insolent envers le président.

        Charlie hait tout ce qui représente l’autorité et n’hésite pas à faire des attaques personnelles et se moquer du physique.

        C’est vulgaire, bas et méchant.
        Cela plait à la gauche.

        Commentaire par Olivier | 15 janvier 2015

  2. Ce qui est scandaleux aussi, c’est que que président et le chancelier ont réitéré l’exploit sud-africain (enterrement de Mandela) : l’absentéisme pur et simple. Peut-être se sont-ils dit : tout le monde se demandera qui sont ces deux messieurs-là. Toujours est-il qu’ils ont préféré s’entourer des représentants des communautés religieuses pour communier dans l’œcuménisme béat. « Contre le terrorisme » : ça ne mange pas de pain. Contre le fanatisme religieux* : très peu pour eux. Enfin, si ça leur chante…
    P.S. : Gageons qu’ils se dépêcheront de ramper jusqu’à Moscou si Putin devait passer l’arme à gauche dans les mois qui viennent. (Dieu l’en préserve !)

    * Le terrorisme, l’inquisition, les guerres de religion, bref tout ce qui fait le charme de l’histoire européenne depuis près de deux mille ans, ne sont pas le fait des religions, mais du fanatisme religieux. Toute religion est essentiellement intolérante, car prétendre que Jahwe, la Trinité et Allah représentent au fond le même Dieu, c’est une blague. Et pourquoi pas le Flying Spagetti Monster ? Les Lumières ont réussi à calmer les ardeurs chrétiennes, du moins momentanément. Il faut prier que des philosophes se lèvent chez les musulmans pour écraser leur infâme bien de chez eux. Une pensée spéciale aussi pour les fanatiques juifs et chrétiens et hindou (la liste n’est pas exhaustive) un peu partout dans le monde. Sursum corda.

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 14 janvier 2015 | Répondre

  3. Le régime concordataire a été inventé par Napoléon non par pour favoriser les religions mais pour les contrôler.

    Les laïcard et anticléricaux qui l’on supprimé en espérant nuire aux religions, ont ainsi favorisé les sectes et les dérives radicales.

    On parle en ce moment de contrôler les mosquées, former les Imams, les nommer… en fait on réinvente le concordat.

    Commentaire par Olivier | 14 janvier 2015 | Répondre

    • Et au nom de quoi les athéistes n’auraient-ils pas le droit de s’organiser comme les religieux, et n’auraient ils pas dû déléguer leur représentant?

      Je préférerais que la religion s’abstienne d’intervenir dans le domaine public. Le monde s’en porterait mieux.

      Et le Super-Casher n’a définitivement pas été choisi par hasard. Si les Frères Kouachi et ce Coulibani sont connexes, ils ont choisi avec soin leurs cibles: L’anti-religieux Charlie Hebdo et le supermarché au judaisme affirmé.

      Oublier les juifs dans une telle allocution est donc impardonnable et relève même d’une mauvaise intention.

      Parmi les 17 morts il y aurait également 4 Franc-Maçons. Sauf que eux étaient là par hasard (au moins pour l’instant). Je ne voudrais pas savoir combien de joueurs de tennis en faisaient partie…

      Bref, il est souhaitable de bien discerner les qualités des uns et des autres pour déterminer s’ils faisaient vraiment partie des cibles des assassins, ou s’ils étaient là par hasard.

      Commentaire par Guy Sinden | 18 janvier 2015 | Répondre

      • Si les laicards veulent créer leur religion, soit qu’ils le fassent ! Ils n’en seraient pas à leur première contradiction.

        Commentaire par Olivier | 18 janvier 2015

  4. « Au nom de quelles valeurs le cardinal de Vienne, M. Schönborn devait-il figurer parmi les personnalités invitant à ce rassemblement ? »

    Bien sur que toute personnalité religieuse a sa place dans un rassemblent de la sorte.
    Il aurait été critiqué s’il ne s’était pas déplacé.

    Votre haine religieuse vous aveugle.

    Commentaire par Olivier | 14 janvier 2015 | Répondre

    • La caste médiatico-politique !? Quel est ce vocabulaire ?
      M. Olivier, auriez-vous prêté l’oreille au discours politique de Podemos en Espagne? Pis, en auriez-vous fait votre profession de foi ?
      Charlie Marx

      Commentaire par Anonyme | 14 janvier 2015 | Répondre

      • Remplacez par « le petit onde du show-biz » pour vous faire plaisir.

        Commentaire par Olivier | 15 janvier 2015

    • Charlie Marx a piqué ma curiosité. M Olivier pourrait-il nous éclairer sur ses éléments de langages… des plus écclectiques, voire pas très orthodoxes, si ces opinions monarchistes sont avérées, il va sans dire. Merci.

      Commentaire par Charlie's Engels | 16 janvier 2015 | Répondre

      • @M Olivier. La lutte des castes subsumerait donc la lutte du petit monde du show-biz ! Il fallait y penser ! Chapeau bas. Mais alors, l’anomie serait le stade suprême du capitalisme ? ! Malin. Vous vous laveriez ainsi de tout soupçon de monarchisme et contribueriez à la définition d’un socialisme du XXIème siècle authentiquement européen… et donneriez un éclairage hindouiste à Radio-France-Télévision.
        Wikipedia a du boulot devant lui…

        Commentaire par Charlie Marx | 17 janvier 2015

      • @Olivier. N’écoutez rien des commentaires de Charlie Marx, qui est un anarchiste qui s’ignore (son cousin Karl n’a jamais apprécié) dès qu’il a tété du pétard. On devrait tous participer au blog à jeun. Montrons l’exemple. Et ne renoncez pas à vos idéaux monarchistes svp. Condittion nécessaire de la lutte des castes (ou comme on voudra l’appeler) et de sa résolution par la fin de l’Histoire. Qu’on en finisse, vite. Avant que l’Apocalypse n’en finisse avec nous, monarchistes ou pas.

        Commentaire par Charlie's Engels | 17 janvier 2015

  5. Le « petit monde du show-biz », ce n’est pas du tout la même chose que la « caste médiatico-politique » ! Je ne sache pas que nos hommes politiques et nos journalistes poussent publiquement la chansonnette. Toujours ce flou, ces inexactitudes…

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 17 janvier 2015 | Répondre

    •  » Je ne sache pas que nos hommes politiques et nos journalistes poussent publiquement la chansonnette »

      Renseignez vous, ils poussent plus que des chansonnette.

      Hollande, DSK, Montebourg, Kouchner, Baroin, Borloo… ils couchent tous avec des journalistes.

      C’est un petit milieu très parisien, ils vivent entre eux, couchent entre eux et pensent tous pareils.

      Commentaire par Olivier | 18 janvier 2015 | Répondre

      • Mais vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez ? « Ils couchent entre eux et pensent tous pareils ». D’abord ça vole bas, bien bas, puis c’est encore une de vos généralisations abusives dont vous avez le secret. Les médecins fréquentent de préférence (dans le sens de « par la force des choses ») des médecins, les professeurs des professeurs, et les hommes et femmes politiques des politiques et des journalistes. Cela dit, Valls est marié à une musicienne et les exemples du contraire de ce que vous avancez sont évidemment légion.
        Cher Olivier, vous pensez ce que vous voulez, mais évitez de tomber aussi bas. Ça commence vraiment à sentir un peu rance (vous voyez ce que je veux dire).

        Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 19 janvier 2015

      • Non, je ne vois pas ce que vous voulez dire : les idées n’ont pas d’odeur.

        Je ne suis pas le premier à dénoncer les relations incestueuses entre les médias dominants et les hommes politiques. Ils sortent tous du même moule de la pensée unique.

        Commentaire par Olivier | 20 janvier 2015

  6. Vous ne voyez pas ce que je veux dire ? Laissez-moi rire.
    Bien sûr, il y a des relations, « incestueuses » si ça vous fait plaisir, entre les hommes et femmes politiques et les journalistes. C’est par la force des choses. Chacun a le droit de fréquenter qui il veut, non ? Ensuite, il y a les abus, sur lesquels vous attirez notre attention. Il faut les dénoncer. De là à tous les mettre dans le même sac de la « pensée unique », il y a un pas, et il est grand.
    Il y a des prof qui couchent avec leurs étudiant(e)s, des médecins avec leurs malades, etc. Mais la grande majorité des professions concernées, y compris celles des politiques et des journalistes, n’abusent pas de leur statut pour en abuser.
    Savez-vous de quoi notre époque a le moins besoin ? des généralisations abusives, car elles font le lit de qui vous savez. Mais bon, puisque vous aimez tant dénoncer tous ceux qui ont le malheur de ne pas penser comme vous, continuez.

    Commentaire par Gerhardt Stenger | 20 janvier 2015 | Répondre

    • @MOlivier : mais si ! les idées ont une odeur… elles peuvent être puantes ou tout le contraire. L’odorat, c’est une question de goût, on ne discute pas, hein ? Ou alors on a un nez ou pas. Jusqu’à ce qu’un enfant dise que le roi pue.
      Vous confondez avec l’argent, et Vespasien. Non olet avait-il dit, pour couper court aux critiques et signifier ainsi que le bénéfice valait bien l’infamie d’un impôt sur les latrines.
      Seriez-vous en train de nous dire que toutes les idées se valent ? que c’est une question de prix à payer et de rapport avec son bénéfice politique ? que certaines idées en valent la chandelle (ou valent bien l’incendie, pour filer la métaphore) ?
      Vous vous tireriez une balle dans le pied, et tomberiez le masque. Je ne suis pas certain que Machiavel, qui ne disait pas autre chose en son temps, vous suivrait de nos jours.

      Commentaire par Charlie Marx | 21 janvier 2015 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :