Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

« Une église pour les gens d’aujourd’hui »

Photo JS, 30.12.2014

« Une église pour les gens d’aujourd’hui », c’est avec ces mots que l’architecte autrichien Otto Wagner (1841-1918) conçut un bâtiment exceptionnel, au milieu de ce qu’on nommait alors un asile d’aliénés (Irrenanstalt). Que ce soit dans la conception d’une synagogue à Budapest ou d’une église pour Essegg (aujourd’hui ‘Osijek’ en Croatie), le natif de Penzing, un quartier de Vienne, estimait que les bâtisseurs contemporains étaient trop ancrés dans le passé, incapables de saisir la modernité. Il se démarquait ainsi de ceux qu’ils nommaient « les artistes bâtisseurs archéologues » (Lux 1914, p. 75). Le projet de Wagner était si original qu’il effraya la ville de Vienne, c’est le Land de Basse-Autriche qui accepta ce projet monumental : construire 60 bâtiments pour 2500 malades (Ostwald 1948, p. 20). Ouvert sur les hauteurs de Vienne en 1907, le complexe contenait également une église et une salle de théâtre. Pour Wagner, à la fois progressiste et rationaliste, il convenait d’une part que les occupants du lieu puissent bénéficier d’un environnement aussi proche que possible de celui des bien-portants et, d’un autre côté, que ces bâtiments soient des plus fonctionnels. Ayant lui-même conçu la décoration intérieure et les éléments de mobiliers, il a tenu à ce que la visibilité de l’autel soit maximale de tous les bancs de l’église et que le bâtiment soit facile à entretenir. Lire la suite

31 décembre 2014 Posted by | Autriche | , , | Laisser un commentaire

Les décapitations ? ‘C’est pas tous les vendredis’

decapChaque fin d’année, les Autrichiens choisissent le pire mot de l’année et l’expression la plus stupide. « Negerkonglomerat », qualificatif attribué à l’Union européenne par le député d’extrême droite Andreas Mölzer, a été choisi dans la première catégorie (voir les détails de cette histoire sur ce blog). L’expression la pire est « Ce n’est pas tous les vendredis [qu’on décapite au sabre en Arabie saoudite] », argument utilisée par Claudia Bandion Ortner, la vice-secrétaire générale du  Centre du Roi Abdallah pour le dialogue inter-religieux et interculturel (dont l’inauguration avec donné lieu à deux entrées sur ce blog), pour relativiser ce qui se passe dans ce pays. Ancienne ministre de la justice de 2009 à 2011, elle assure la légitimation politique et culturelle de l’Arabie saoudite. Interrogée sur le port l’abaya (robe généralement noire portée « au-dessus des autres »), elle a répondu que c’était « pratique », « un vêtement agréable ». Lire la suite

27 décembre 2014 Posted by | Autriche | , , | 8 commentaires

Dans la famille « l’Autriche et ses héros », je voudrais le chanteur

juergens_udo_amiga_lpLe 21 décembre 2014 la terre s’est presque arrêtée de tourner en Autriche, Udo Jügens est mort. Udo qui ? Udo Jürgens, né en 1934, la grande star de la chansonnette dans tout l’espace germanophone. La quotidien populaire Österreich a titré « Il était le deuxième Mozart de l’Autriche », ce serait l’occasion de signaler que le célèbre Wolfgang Amadeus n’a jamais été autrichien puisque né à Salzbourg, principauté du Saint-Empire romain germanique. En allusion au titre de la chanson qui avait fait gagner l’Eurovision à Udo Jürgens, « Merci Chérie », le tabloïd Heute a affiché à sa une « Merci Génie ! » pendant que le Bild titrait en Allemagne « Merci chéri ».

Pour se faire une idée de l’idole, voici la chanson qui avait permis à l’Autriche de remporter pour la première fois l’Eurovision en 1966 (la deuxième fois c’était cette année avec Conchita Wurst) Lire la suite

22 décembre 2014 Posted by | Uncategorized | | 8 commentaires

Des restaurants originaux à Vienne

troisrestos-ptBien sûr, le touriste ne passant que quelques jours à Vienne sera sans doute avant tout à la recherche d’une bonne escalope viennoise (Wiener Schnitzel) ou d’un Tafelspitz bien servi (*). Dans le neuvième arrondissement où figurent parmi les attractions touristiques la Votivkirche, l’appartement de Freud (musée Freud) ou l’usine d’incinération d’ordures ménagères de Spittelau construite par Friedrich Hundertwasser, on trouve au moins trois restaurants qui méritent les détour.

Honneur à l’ancienneté, il s’agit d’abord du Deewan, un restaurant pakistanais où on ne paye que ce qu’on veut, selon ses moyens. Les boissons sont à prix fixes pour éviter tout abus mais il y a un copieux buffet avec quatre plats (dont au moins deux végétariens), du riz et un bar de salades ainsi que un ou deux desserts. Le tout est proposé à volonté – selon la formule « eat as you can, pay as you wish » – avec une décoration très réussie. C’est un repère d’étudiants le midi, mais le soir le public est assez diversifié et cela reste une excellente adresse pour les familles car on n’attend pas : on se sert au buffet dès qu’on arrive et il y a toujours une carafe dl’eau sur les tables. Ce restaurant est tenu par un Pakistanais très sympa (Afzaal Deewan) et sa femme autrichienne, Natalie. En 2007, ce couple binational a été menacé, il risquait l’expulsion (cf. cet article) et la mobilisation fut efficace. Lire la suite

20 décembre 2014 Posted by | Uncategorized | , , , , | 2 commentaires

La solidarité criminalisée

schlepperretten

Les « passeurs » sauvent des vies ((c) APA/Georg Hochmuth)

A l’automne 2012, des demandeurs d’asile avaient lancé un mouvement de protestation qui prit une certaine ampleur avec le slogan « nous exigeons notre dignité » (voir ces billets sur ce blog). Le mouvement avait été durement réprimé et les quelques manifestants poursuivant la lutte avaient trouvé refuge quelque temps dans une église du neuvième arrondissement de la capitale autrichienne. Ils avaient ensuite été arrêtés par la police des étrangers, la redoutable « Fremdenpolizei » (voir les articles de ce blog à ce sujet). Ils ont été mis en examen et placés en détention préventive pour avoir aidé d’autres réfugiés, souvent demandeurs d’asile, a trouver un logement à Vienne, touchant parfois quelques euros pour le partage d’une pièce. La loi de la police des étrangers (« Fremdenpolizeigesetz ») est très claire :  Lire la suite

16 décembre 2014 Posted by | Autriche, Immigration | , , | 3 commentaires

La réforme du droit d’asile en Autriche

Traiskirchen

Manifestation à Traiskirchen contre le meeting « anti-réfugiés » du FPÖ, le 12.11.2014.

J’ai le plaisir d’inviter(*) à nouveau sur ces colonnes, Thierry Avice, étudiant Erasmus en sciences politiques de l’IEP de Lyon à l’université de Vienne en 2013/2014, qui a gardé un intérêt pour l’Autriche. Il est l’auteur du billet ci-dessous.

Le statut du demandeur d’asile en Autriche est défini par la Convention de Genève relative au statut des réfugiés en date du 28 juillet 1951. Un réfugié est une personne persécutée du fait de « sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques [qui se trouve] hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ». Pour mener une procédure d’asile à son terme, il doit être possible d’identifier une menace réelle pour l’intégrité physique ou pour la vie du réfugié. En ce sens, le refugié est à différencier du migrant.

Quelle est la procédure actuelle d’accueil des réfugiés en Autriche ? Lire la suite

8 décembre 2014 Posted by | Uncategorized | , | 3 commentaires