Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Une tour futuriste

Vienne, 11 octobre 2014

Vienne, 11 octobre 2014

Lors d’une de mes sorties en course à pied, un jour de brume, je suis passé au pied de la DC Tower, la plus haute tour d’Autriche, conçue par un architecte français, Dominique Perrault. Ce fut l’occasion de prendre quelques photos un peu futuristes, visibles sur cet album. Le réalisateur Hannes Gellner propose ci-dessous une présentation du documentaire qu’il a consacré à ce bâtiment, puis son film (en ligne) et enfin deux notices biographiques.


Au printemps 2014, l’architecte français Dominique Perrault inaugura à Vienne le bâtiment le plus élevé d’Autriche, la DC Tower, haute de 250 mètres. À l’origine du projet, il y a un site au potentiel incroyable : un terrain libre, face à la Vienne impériale, rattaché à la géographie du Danube, en tête du pont reliant les deux moitiés de la ville. Le réalisateur franco-autrichien Hannes Gellner retrace en filigrane l’histoire mouvementée de ce terrain sur les bords d’un fleuve difficilement maîtrisable au cours des siècles, et pose la question du voisinage architectural du géant en verre et en acier. Une panoplie d’opinions enthousiastes mais aussi critiques est confrontée à la construction et au résultat de cette immense tour qui ne laisse guère indifférent. Son interaction avec la silhouette urbaine de Vienne est au cœur du débat.

À travers ses dialogues avec l’architecte, connu pour la Bibliothèque nationale de France, l’Université féminine à Séoul ou encore l’Hôtel de ville d’Innsbruck, le documentariste réussit à rendre palpable l’émotion d’un grand acteur de la construction qui conçoit ses projets en tant que puissants vecteurs du développement urbain. La livraison d’un bâtiment est un moment émouvant qui marque le terme d’un long processus de médiations, depuis la virtualité des premières esquisses jusqu’au réglage in situ des derniers détails. À Vienne, ces sentiments sont amplifiés par le caractère iconique et l’extrême visibilité de la DC Tower. Ce film capte le moment idéal pour brosser un tableau vivant du nouveau quartier du Danube, au coeur de la capitale autrichienne.

Dominique Perrault  : Né en 1953, Dominique Perrault est architecte et urbaniste, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, conférencier en France et à l’étranger. Architecte de la Bibliothèque nationale de France, il est l’auteur entre autres du Vélodrome et de la Piscine olympique de Berlin, de la Cour de justice des Communautés européennes à Luxembourg, du Centre olympique de Tennis à Madrid, du campus de l’Université féminine Ewha à Séoul, ou encore de la tour Fukoku à Osaka. Commissaire du Pavillon français lors de la 12e Biennale d’Architecture de Venise sur le thème de la métropole, il conduit en parallèle d’importantes opérations de réhabilitation patrimoniale dont celles du prestigieux hippodrome de Longchamp à Paris et du pavillon Dufour au Château de Versailles.

Hannes Gellner : Né à Vienne en 1969, Hannes Gellner vit et travaille depuis 1992 entre Paris et Vienne. Études : Arts du spectacle à Paris X Nanterre et à l’Université de Vienne ; Peinture à l’Académie des Arts Appliqués à Vienne ; Cinéma à l’Académie des Beaux Arts à Francfort sur le Main. Réalisateur de documentaires sur la culture et l’histoire contemporaine pour des chaînes publiques en France, Autriche, Allemagne et Suisse, notamment « La Mémoire des Enfants » avec Serge et Beate Klarsfeld (3-Sat), « ImPulsTanz – Perpetuum Mobile » (ARTE), « L’Arène des Femmes » (ORF) et « Hoch hinaus – Viser plus haut » (3-Sat). Conférencier sur le documentaire politique, enseignant de la réalisation et du montage.

14 octobre 2014 - Posted by | Art, Autriche | , , ,

3 commentaires »

  1. Merci Jérôme !!!

    Fantastique !!! Je vais visionner la video en entier ce soir et pleurer comme une madeleine, comme à chaque fois que je vois de la doc sur Wien !!!

    Je ne connaissais pas cette tour !!!

    Il faut vraiment que je revienne à Vienne ; le dernier séjour était il y a 10 ans lorsque j’ai exposé toutes mes peintures dans 5 expositions successives dans des leiux très sympatiques, qui me manquent !!

    Merci de nous faire découvrir la société viennoise et ses évolutions.

    Amitié au plus français des viennois du plus viennois des français !

    Christian Warnant / SAIREO

    Commentaire par Christian Warnant / SAIREO | 14 octobre 2014 | Répondre

  2. Pour le coup, encore un truc immonde dans le genre Viennois actuel : noir, agressif, répressif et peu ambitieux.
    On me dira, c’est les goûts et les couleurs, mais apres l’aeroport facon star wars ,la gare Hauptbanhauf, et les innommables « Dachgeschoss » tout aussi laids, on peut se demander comment on jugera cette époque.

    Commentaire par caucasusbelli | 14 octobre 2014 | Répondre

    • Ah, j’oubliais : pas une once de verdure, les velos croisent les pietons…

      Commentaire par caucasusbelli | 14 octobre 2014 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :