Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Homo austriacus festivus

ha1-ptSamedi 20 septembre 2014, c’était la fête à Ottakring, un quartier populaire de Vienne. Je vous propose un petit reportage photo sur les mœurs de l’homo austriacus festivus.

Sur ce blog, voir les autres petits essais d’anthropologie culturelle illustrée sur l’homo austriacus.

ha2-pt

30 septembre 2014 - Posted by | Uncategorized | ,

37 commentaires »

  1. Je me trompe ou il y a un peu de mépris dans votre reportage photo et votre appellation  » l’homo austriacus festus. » ?

    Vous avez une culotte de cuir ?

    Commentaire par Olivier | 30 septembre 2014 | Répondre

    • Aucun mépris, juste un détachement semblable à celui de l’entomologiste pour son objet d’étude.

      Commentaire par segalavienne | 30 septembre 2014 | Répondre

  2. « homo austriacus festus » cela fait un peu homme préhistorique.

    Vous avez une culotte de cuir ?

    Que pensez vous de ces traditions autrichiennes ?

    Commentaire par Olivier | 2 octobre 2014 | Répondre

    • Je n’ai pas de culotte de cuir mais deux de mes enfants en ont porté. Je ne pense rien de spécial des traditions autrichiennes en général, il y a un part de folklore pour les traditions vestimentaires évoquées dans ce billet. Il y a plusieurs formes de traditions en Autriche : tradition chrétienne, tradition du secret bancaire, tradition de la neutralité, traditions culinaires…

      Commentaire par segalavienne | 2 octobre 2014 | Répondre

  3. Du mépris, donc, simple et pur !
    La réification du sujet est le premier pas dans la direction de la xénophobie.
    C’est intéressant combien d’apôtres de la Tolérance devienne vite eux-mêmes des intolérants…

    PS : Festivus serait plus correct.

    Commentaire par Jacques | 2 octobre 2014 | Répondre

    • Oui, festivus, merci, je corrige

      Commentaire par segalavienne | 2 octobre 2014 | Répondre

    • Quelle aurait été sa réaction si quelqu’un faisait un condescendant « reportage photo sur les mœurs » des juifs à Vienne avec des photos ne les mettant pas toujours en valeurs ?

      Commentaire par Olivier | 2 octobre 2014 | Répondre

      • Mon reportage n’est pas condescendant.

        Commentaire par segalavienne | 2 octobre 2014

  4. Faut-il avoir la sensibilité à fleur de peau pour crier au mépris et soupçonner le photographe de xénophobie rampante et d’intolérance (n’en jetez plus !). Alors qu’il suffisait de s’inviter dans telle cave du Burgenland pour assister à des agapes autrement plus festives et folkloriques !

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 2 octobre 2014 | Répondre

    • Appeler folklore (qui a une possible connotation péjorative) les traditions autrichiennes, ce n’est pas les mettre en valeur.

      Les traditions millénaires des juifs, vous les appelleriez folklore ?

      Commentaire par Olivier | 3 octobre 2014 | Répondre

      • C’est intéressant de constater votre obsession vis à vis des Juifs… à partir de ce billet.

        Commentaire par segalavienne | 3 octobre 2014

      • C’est bien ce que je disais : à partir de la « possible » connotation péjorative du mot folklorique, vous me soupçonnez de mépriser les bonnes traditions autrichiennes. Je ne songeais nullement dans mon commentaire à critiquer le folklore autrichien, ni à le mettre en valeur, mais à contextualiser de manière ironique la culotte de cuir – j’en ai porté une aussi quand j’étais enfant, si vous avez besoin d’un certificat d’austricité – en évoquant la fameuse cave où les quatre joyeux drilles ne portaient pas des smoking en trinquant à la santé d’Hitler (j’interprète). J’ai dit de manière « ironique », car il va de soi que je n’assimile pas tous les tenants de folklore autrichien à d’anciens nazis, ni toutes les femmes bâchées à des terroristes ni tous les juifs à des tueurs d’enfants palestiniens. Et là, je ne suis pas ironique du tout.
        Cela dit, et j’ai bien le droit d’avoir mon opinion à moi et à dire ce que je pense, ainsi que vous le réclamez si bien pour tous ceux qui mélangent constamment tout et n’importe quoi (le folklore autrichien et les traditions juives – il fallait y penser !), vous serez ravi d’apprendre que je n’aime pas le folklore autrichien, pour des raisons qui me sont personnelles. Mais cela ne signifie pas le mépriser. Les folkloristes autrichiens n’aiment pas beaucoup les Rolling Stones, que j’adore, ils ne les méprisent pas pour autant. Pour vous révéler le fond de mes sentiments, maintenant qu’on commence à se connaître, je n’aime pas les traditions – toutes les traditions, à commencer par les coupeurs de prépuce – lorsqu’elles n’ont d’autre justification que d’être des traditions (« on a toujours fait comme ça, il n’y a pas de raison pour que cela s’arrête »). Je suis un malheureux disciple de Voltaire et des Lumières françaises, et je pense sincèrement – mais peut-être je me trompe – que l’humanité se porterait mieux si elle était moins subjuguée par des traditions, des croyances, des superstitions et autres préjugés qu’on lui inculque depuis des millénaires et qui l’empêchent de penser par elle-même. Relisez le début de « Qu’est-ce que les Lumières ? » par Kant : tout est dit.
        Alors, ce grâce, ne m’objectez pas l’URSS et le communisme athée, ça n’est vraiment pas le sujet. Sinon, on va se lancer dans une discussion oiseuse sur Jésus et saint Paul, la Bible et l’Eglise catholique, et Jérôme rajoutera une couche sur les judaïsme. À éviter.

        Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 4 octobre 2014

      • « C’est intéressant de constater votre obsession vis à vis des Juifs… à partir de ce billet. »

        Si je vous parlais des traditions hindouistes, vous vous seriez peut-être moins concerné donc mon argument aurait moins de sens…

        Non, je vous vois venir, monsieur à la sensibilité à fleur de peau, ce n’était pas de l’antisémitisme caché.

        Commentaire par Olivier | 4 octobre 2014

  5. Comparer des êtres humains, « festifs » ou pas, à des insectes qu’on obsèrve scientifiquement depuis un microscope, je ne trouve pas ça très sympathique. D’autres l’ont déjà fait, libre à vous de vous associer à cette tradition …

    Oliver se trompe: sur ce blog on n’aime pas les traditions. Toutes. Mêmes celles des juifs, comme la circoncision.
    Simplement parce que l’auteur ici est un homme sans traditions, hors sol, transplanté. Amputé de tout folklore, même familial.
    Alors il essaie de justifier son triste état par le raisonnement scientifique, estampillé universitaire philosophe. Mais ça ne trompe personne. Il est très simplement jaloux …

    Quant à la sensibilité à fleur de peau, Mr Segal n’est pas sans, c’est même le champion. Tout son site n’est qu’hyper-sensibilité. Un autocollant, un graffiti, une phrase : un article et des conclusions à portée universelle !

    Hélas, Messieurs les universitaires, l’anthropologie, la rigueur scientifique, le reportage, c’est autre chose …
    Par contre le mépris, la condescendance intellectuelle, l’arrogange sociale, la xénophobie, on nage plein dedans.

    Commentaire par Jacques | 4 octobre 2014 | Répondre

    • J’ai la chance de pouvoir répondre simplement, en vous suggérant de lire la réponse adressée par M. Stenger à M. Orsel, ci-dessous ou ci-dessus. Ses mots pourraient être les miens. Trop de gens sur Terre souffrent des traditions, pour que je les aime. J’ai moi aussi des traditions, bien sûr, mais elles me sont propres et ne me sont pas dictées par mon lieu de naissance ou mon éventuelle appartenance ethnique. Qui plus est, je fais une grande différence entre les cultures et les traditions. J’aime trop les cultures (pas forcément la mienne) pour les voir réduites à des traditions. Les cultures du monde m’intéressent, dans ce qu’elles ont d’humain, pas tant les traditions, qui souvent sont sclérosées, proche des « croyances, des superstitions et autres préjugés qu’on lui inculque depuis des millénaires », comme l’écrit si bien M. Stenger.

      Commentaire par segalavienne | 4 octobre 2014 | Répondre

    • Oui alors que moi, j’admire les autrichiens et les juifs justement parcequ’is ont su garder leurs traditions et ne pas tout abandonner à la dernière mode du moment.

      Les traditions sont le liens entre les générations et construisent des société unies.

      Commentaire par Olivier | 4 octobre 2014 | Répondre

  6. Mon petit doigt me dit que messieurs les Zoïle lisent et écoutent volontiers le philosophe et grand imprécateur Alain Finkielkraut. Or ouvrez sa « Défaite de la pensée », vous y trouverez une critique des traditions subies tout à fait éclairante.
    Votre problème est que vous ne savez pas différencier, à commencer par le sens propre et le sens figuré. Ainsi, jeter un « regard d’entomologiste » sur les hommes ne signifie pas, au sens propre, de les considérer comme des insectes, mais au sens figuré analyser leurs comportements avec acuité et rigueur. Ce type d’expression est assez courant pour qu’une chaîne de télévision pût intituler « Claude Chabrol l’entomologiste » une soirée d’hommage au cinéaste réputé pour ses tableaux de mœurs. Un autocollant, un graffiti, une phrase : oui, tout peut inspirer le moraliste… déraciné. Ah ! Barrès !

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 4 octobre 2014 | Répondre

  7. Pourquoi personne ne répond à ma question ?

    Quelle aurait été sa réaction si quelqu’un faisait un condescendant « reportage photo sur les mœurs » des juifs à Vienne avec des photos ne les mettant pas toujours en valeurs ?

    (je garde le mot condescendant car plusieurs personnes le sentent ainsi)

    Commentaire par Olivier | 4 octobre 2014 | Répondre

    • J’ai répondu, cf. « Mon reportage n’est pas condescendant. » Votre question présuppose que mon reportage était condescendant, ce dont je me défends.
      La question relève donc d’un procédé rhétorique comme toute classique, consistant à faire passer une affirmation dans une question puis changer de sujet (car décidément, vous aimez beaucoup parler des Juifs). C’est un peu comme si je vous demandais « pourquoi posez-vous des questions stupides ? ». Légitimement courroucé, vous répondriez (conditionnel) « mes questions ne sont pas stupides ! ».

      Commentaire par segalavienne | 4 octobre 2014 | Répondre

    • La main sur le cœur : si vous aviez vu ces photos hors contexte segalavien, auriez-vous eu la même réaction ? Franchement, il n’y a rien de condescendant là-dedans. Un gamin avec un cheval, des gens qui boivent et qui mangent, on voit ça dans n’importe quelle fête foraine, en Autriche, en France, au Cameroun ou ailleurs. C’est même tellement banal que je me suis demandé pourquoi Jérôme les avait postées. Et croyez-moi, il aurait pu en prendre d’autres, un peu plus tard, quand tout le monde était bien imbibé. Si jamais vous êtes allé au Heurigen, vous savez de quoi je parle.
      Maintenant, en ce qui concerne les Juifs – puisque vous insistez -, Jérôme a assez courageusement pris position dans un débat (sur la circoncision) où il n’a rien à gagner, où il se met à dos les Juifs et les musulmans à la fois, ce qui n’arrive pas tous les jours. Je ne comprends pas trop votre raisonnement. Vous demandez : « Quelle aurait été sa réaction si quelqu’un faisait un condescendant « reportage photo sur les mœurs » des Juifs à Vienne avec des photos ne les mettant pas toujours en valeur ? » Il y a d’innombrables sites où les Juifs sont traités de manière condescendante, et c’est peu dire ; voulez-vous qu’il passe son temps à s’en indigner ? Ce que vous suggérez en réalité, c’est qu’en tant que Juif, il prend la liberté de critiquer les Autrichiens, les catholiques et que sais-je, mais gare à vous si vous critiquez les Juifs ! C’est ce qu’on appelle faire un procès d’intention. Vous avez d’ailleurs peut-être raison après tout, mais il faut le prouver, sinon taisez-vous !

      Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 5 octobre 2014 | Répondre

  8. Bon, puisque le débat continue, je me permet de préciser le sens de la question d’Olivier:
    Ce blog n’est pas celui d’une adolescente qui poste des photos de petits chats mignons! Absolument tous les articles ici sont « lourds de sens », à portée philosophique ou politique, toujours universels … sans ironie.

    La question est donc: qu’est-ce que l’Auteur veut nous dire ?

    Les qualités artistiques de ces images sont trop faibles pour penser que c’est de l’art. Désolé.
    Du journalisme suppose un minimum de prise de contact avec le sujet, mais ici ce sont des photos prise « à la dérobée »… Le photos sont toujours plus belles et plus fortes quand elles « relient » le sujet et le photographe.
    L’explication entomologiste est trop faible, l’anthropologique aussi. Cela supposerait un minimum de légende (hors la classification latinisante), un effort minimal de contextualisation et de réflexion …

    La question donc, autrement : Qu’est-ce que cela veut dire, si ce n’est pas du mépris d’intellectuel pour ce petit peuple d’Ottakring et ses nuisibles (ou minables, ou tristes) traditions de mi-prolétaires « festivus » ?

    Commentaire par Jacques | 5 octobre 2014 | Répondre

  9. Jérôme est un expert de l’antisémitisme et de la xénophobie,il en voit partout. Dans chaque autrichien, il soupçonne un fasciste.

    C’est assez caustique de le voir faire un reportage « Homo austriacus festivus » qui suinte de mépris et de condescendance envers les étrangers qui justement l’accueille chez eux.

    Commentaire par Olivier | 5 octobre 2014 | Répondre

  10. « Les traditions sont la sagesse du Monde ». Ce n’est pas de Kant, mais peu importe.
    Libre à vous de rejeter des dizaines de milliers d’années de l’éxpérience Humaine.
    Vous repartez de zéro et, dans l’enthousiasme de « faire du passé table raze », vous jetez le bébé avec l’eau du bain.
    Je crains cependant que vous ne soyez pas à la hauteur de la tâche et que vous vous condamniez seul à l’échec.
    (Re) Lisez Levi-Strauss sur tous ces sujets, je ne pense pas que ce soit un épouvantail dans votre monde (contrairement à Finkielkraut). Sinon re-voyez « Das Fest des Huhnes » au 3. degré…

    PS: je constate que personne ne répond plus aux questions ici, (au sens logique du mot répnse) mais tord les phrases, joue sur les mots et donne des contre-exemples. Point de réponse aux questions, simples pourtant.

    Commentaire par jacques | 7 octobre 2014 | Répondre

  11. Toutes les réponses que je lis sur votre blog, sur cet article en tous cas, tournent autour de la question : Que vouliez-vous dire avec cette publication de photos ?
    Il s’agit bien sur aussi d’une question rhétorique car tout le monde comprends que vous n’avez pas une grande estime pour ces petites-gens, buveurs de bière, ne lisant pas Kant, mais plutôt Heute, et ne pratiquant pas le Marathon… Et on vous comprend, bien sur. Mais comme vous professez partout ailleurs la Tolérance, la liberté, l’amour de la différence et le respect universel, etc … je prends un malin plaisir (qui a dit que « Schadenfreude » était intraductible ?) à mettre le doigt dessus et à réclamer des explications.

    Nous partageons au moins un « titre » (celui de votre blog): Universitaire, ou Akademiker et, dans ma compréhension de ces mots, il y a une forte proportion d’honnêteté intellectuelle. (De pensée critique. Appelons encore Kant au secours.)
    Celle-ci vous commande de clarifier, peut-être dans un autre article, votre position vis-à-vis des viennois, type Mundl, de ce quart-monde autrichien, qui existe et n’a pas les moyens de faire face à la mondialisation que vous représentez parfaitement.

    Quel mode de vie de remplacement, quelle Weltanschauung pouvez-vous proposer à ces gens, qui se débarrasseraient, sur vos conseils, de toutes ces confortables traditions qui ne vous plaisent pas ?
    Puisque vous voulez réinventer la roue, présentez une vision d’avenir pour l’Unterschicht, pour cet homme sans age à qui vous n’avez pas adressée la parole pour lui demander de le photographier, et qui boit un Cola, sous le panneau « Sturm ».

    De mon côté, contrairement à M. Stenger, je ne vous intime pas l’ordre de vous taire. Bien au contraire.
    A vous lire.

    PS: puisque je me permet de vous mettre au défi, je vais publier cette partie de ce mail sur votre site.

    Commentaire par Jacques | 8 octobre 2014 | Répondre

    • > Que vouliez-vous dire avec cette publication de photos ?
      Que ces tenues traditionnels sont encore portées en Autriche, qu’un enfant pensif avec un cheval en forme de ballon a une valeur universelle (on pourrait faire la même photo dans tous les pays, je l’aime bien).
      De la même façon j’avais fait un reportage fin août 2013 à la Erntedankfest.

      >Quel mode de vie de remplacement, quelle Weltanschauung pouvez-vous proposer à ces gens, qui se débarrasseraient, sur vos conseils, de toutes ces confortables traditions qui ne vous plaisent pas ?
      Peu importent si elle me plaisent ou pas. Personnellement je m’habille autrement, c’est tout. Je n’ai pas du tout à proposer des « Weltanschauungen » (façons de voir le monde).

      Désolé, ma réponse concise va sûrement vous décevoir, mais je ne vois pas là matière à épiloguer.

      Commentaire par segalavienne | 8 octobre 2014 | Répondre

  12. Désolé, mais Schadenfreude ne veut pas du tout dire malin plaisir. Je conçois à la rigueur le plaisir que vous prenez à faire des procès d’intention au bloggeur franco-viennois (car encore une fois, et au risque de me répéter : si vous croyez que Jérôme méprise tous ces gens-là, il faut le PROUVER, sinon, je pourrai aussi vous faire des procès d’intention, du genre : vous êtes électeur FN, catho tradi, sexuellement impuissant ou que sais-je), je disais donc que le mot Schadenfreude suppose un dommage (Schaden) causé à un tiers dont vous vous régalez. Or je doute fort que vos commentaires haineux causent des nuits d’insomnie à votre adversaire.

    Commentaire par Anonyme | 8 octobre 2014 | Répondre

  13. Tant pis, on en restera donc au niveau des accusations de haine, d’impuissance sexuelle, de vote FN (? ? ?) pour l’un et de la réponse creuse pour l’autre.
    C’est un mal pour un bien, qui permet juste de montrer votre absence de projet ou, a défaut, de discours articulable.

    Qu’auriez vous répondu à cet homme si il vous avait demandé pourquoi vous le photographiiez ? Lui auriez vous dit que vous le trouviez beau ?
    Je ne vous demandais pas de mettre votre peau au bout de votre fusil, mais juste vos idées au bout de vos photographies.
    Ça n’est apparemment pas possible, ou alors celles ci ne sont pas avouables …

    Désolé encore, mais je trouve que mon « malin plaisir » n’est pas une si mauvaise traduction pour la « Schadenfreude » que j’éprouve à vous voir vous enfoncer dans la non-pensée, les périphrases et l’argutie. Cependant je ne suis pas francophone de naissance alors je vous laisserai le dernier mot ici.

    Sendeschluss.

    PS quand même, j’aime bien le cheval en forme de ballon … (^:

    Commentaire par Jacques | 8 octobre 2014 | Répondre

    • Vous n’êtes pas francophone de naissance, moi non plus, alors essayons de nous expliquer en français basique. JE NE VOUS AI PAS ACCUSÉ de quoi que ce soit, ni vous ni votre compère ès calomnies Olivier. J’ai voulu vous faire comprendre, mais apparemment je m’y suis mal pris, que ce que vous dites à propos de Jérôme est de la calomnie, COMME SI je vous accusais de tout et n’importe quoi. Mais je ne vous accuse de rien, puisque je ne vous connais pas, pas plus que vous ne connaissez Jérôme.
      P.S. : Qu’on ne me comprenne pas de travers : être électeur FN, catho tradi ou sexuellement impuissant ne sont pas des tares dont on pourrait être accusé.

      Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 8 octobre 2014 | Répondre

      • Le compère n’est pas du tout d’accord.
        Relisez mon premier commentaire, c’est cela de la calomnie ?

        Je ressens du mépris dans ces photos, dans le titre du reportage et dans le titre des photos.
        Il n’y a rien à prouver. D’autant moins que je ne suis pas le seul à ressentir cela.

        Commentaire par Olivier | 8 octobre 2014

  14. « La réification du sujet est le premier pas dans la direction de la xénophobie. »
    « C’est intéressant combien d’apôtres de la Tolérance deviennent vite eux-mêmes des intolérants… »
    « C’est intéressant de constater votre obsession vis-à-vis des Juifs »
    « l’auteur ici est un homme sans traditions, hors sol, transplanté. […] Alors il essaie de justifier son triste état par le raisonnement scientifique, estampillé universitaire philosophe. […] Il est très simplement jaloux … »
    « le mépris, la condescendance intellectuelle, l’arrogance sociale, la xénophobie, on nage plein dedans »
    « du mépris d’intellectuel pour ce petit peuple d’Ottakring »
    « Jérôme est un expert de l’antisémitisme et de la xénophobie, il en voit partout. Dans chaque Autrichien, il soupçonne un fasciste. »
    « un reportage […] qui suinte de mépris et de condescendance envers les étrangers »
    « vous n’avez pas une grande estime pour ces petites-gens, buveurs de bière, ne lisant pas Kant, mais plutôt Heute, et ne pratiquant pas le Marathon… »

    Quelle volée de bois vert ! Et tout cela à propos de quelques photos. Vous ne croyez pas, messieurs, que vous exagérez un peu ? Qui est-ce qui a parlé de chasse aux sorcières, l’autre jour ?
    Vous vous plaignez qu’on ne réponde pas à vos questions, alors qu’on ne fait que ça. Moi, je me plains que vous ne lisiez pas mes commentaires. Donc pour la dernière fois : Jérôme est et pense peut-être tout ce que vous dites sur lui, mais vos imprécations ne sont que des calomnies si vous n’apportez pas de preuves. Vous pouvez vous dire dans votre for intérieur : ce type méprise les gens simples, mais gardez-le pour vous tant que vous n’avez pas d’arguments probants, car ceci est après tout un espace public. Et depuis que cette discussion dure, vous n’avez pas encore apporté l’ombre d’un début de preuve pour confirmer vos élucubrations. Une calomnie ne devient pas vraie à force de la répéter en sautant sur sa chaise comme un cabri.

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 8 octobre 2014 | Répondre

    • Merci !

      Commentaire par segalavienne | 8 octobre 2014 | Répondre

    • La critique faite à Jérome Segal, on peut la faire à la gauche en général.

      Depuis mai 68, la gauche méprise le peuple, le prend pour macho, raciste et borné. Elle le considère comme une espèce à éduquer ou à ré-éduquer : il est vulgaire avec ses traditions qu’ils transmet stupidement à ses enfants.
      Elle méprise le travail manuel et ne supporte pas les référendum. Qu’elle idée de demander l’avis à la populace !

      Vous avez écouté Barteolone sur RTL ? Quel bel exemple :

      Commentaire par Olivier | 8 octobre 2014 | Répondre

  15. Mais cette volée de bois vert (obtenue tout de même en cumulant les commentaires (polis) de deux personnes différentes …) n’est rien à côté de celles que M. Segal administre depuis plusieurs années sur son blog, et à tour de bras, à l’église catholique, au FPÖ, aux intégristes de tous bords, aux circonciseurs, aux étudiants de l’extrême-droite, aux journaux gratuits, aux universités viennoises, aux ambassadeurs de France, aux nazis et aux identitaires, à la police autrichienne, et j’en passe.
    Toutes ces critiques sont très certainement légitimes, et de toutes façons dans l’air du temps. Je n’ai pas tout lu.

    Il me parait tout aussi légitime de critiquer le critiqueur quand, par extraordinaire, celui ci prête le flanc à la critique dans son propre domaine d’expertise.
    C’est l’honneur de tout universitaire d’accepter les critiques et d’y répondre.
    Sinon on fait du (mauvais) journalisme et il faut changer le sous-titre de ce blog, trop prometteur.

    Il lui suffirait donc d’exprimer ce qu’il pense de ces gens qu’il photographie et qu’il expose sur internet.
    Sous une forme plus « journalistique », facile, de nous dire ce qu’il aurait dit à ce monsieur s’ils avaient pu, ou voulu, entrer en communication…
    Malheureusement j’ai bien compris que je ne le saurai jamais !

    Pour moi le débat est clos, faute de débatteur.
    2. Sendeschluss.

    Jacques.
    Universitaire, non-membre du Fan-Club de Jérôme Segal (je peux reconnaître mes crimes … )

    PS1 : vous apprécierez que je réponde à vos deux questions :
    -1: non je ne crois pas que j’exagère, et
    -2: je ne sais pas qui a parlé de chasse aux sorcières, l’autre jour … Désolé.

    PS2 : conseil de lecture : A. Schopenhauer; Eristische Dialektik. En français :L’art d’avoir toujours raison. Vous pourrez y reconnaître vos méthodes et peut-être encore les perfectionner.

    Je ne vous ennuierai plus. Tschüss.

    Commentaire par Jacques | 8 octobre 2014 | Répondre

    • Bonsoir,
      j’espère qu’on vous retrouvera lors de la prochaine publication de Jérôme !
      Il est bon d’apporter un peu de contradiction à ce juge impitoyable mais totalement subjectif.
      A bientôt,
      Olivier

      Commentaire par Olivier | 8 octobre 2014 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :