Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

1700 policiers pour démanteler une « pizzeria anarchiste »

pizza2Le 28 juillet dernier une scène étonnante s’est déroulée à Vienne, dans le deuxième arrondissement de la capitale autrichienne. Un hélicoptère, un véhicule blindé et 1700 policiers armés jusqu’aux dents… sont venus à bout d’une pizzeria « anarchiste » tenue par quelques punks répartis dans un immeuble. Aucune arme n’a été trouvée, pas même un chien qui aurait pu effrayer qui que ce soit, et 350 000 Euros ont été dépensés dans cette action qui ne visait en fait qu’à aider un spéculateur immobilier. Ce dernier, représenté par la société « Castella »(*), souhaitait rénover l’immeuble au numéro 12 de la Mühlfeldgasse. Pour cela, en 2011, afin d’effrayer les anciens locataires qui bénéficiaient de bas loyers, il a proposé à quelques jeunes désœuvrés de venir officiellement occuper un des appartements, espérant que ceux-ci engendreraient des nuisances qui, à terme, feraient fuir les locataires peu rentables. Manque de chance, les anciens locataires se sont plutôt bien entendus avec les nouveaux bailleurs, une « pizza populaire » hebdomadaire a été mise en place (pizza gratuite pour tous contre dons laissés à l’appréciation des participants), des projections de films, un magasin gratuit, une bibliothèque…pizza

Curieusement une canalisation a alors été sabotée, de l’acide a été déversé dans l’escalier, et d’aucuns pensent que le propriétaire avait embauché des hommes de main pour cela (cf. De battre mon cœur s’est arrêté , film de Jacques Audiard avec Romain Duris et Niels Arestrup). Cependant, devant le péril causé, car un mur porteur s’affaissait suite à l’inondation, la ville de Vienne a sommé le propriétaire d’assurer la réfection. Le dernier recours fut donc d’embaucher une armée de 15 serruriers, ouvriers de chantier et employés de compagnies privées de sécurité pour tenter d’interdire l’entrée aux locataires récalcitrants, sans même qu’un jugement ait été rendu pour déloger les jeunes occupants. C’est la police qui est alors intervenue, interdisant aux journalistes de filmer ou prendre des photos, pour déloger les 19 malheureux pizzaïolos.

pizzafinlande-pt

Sur un mur, en Finlande

Des actions de solidarité ont été entreprises dans de nombreux pays, notamment en Afrique du Sud, en Hongrie, en Suisse et même en Finlande (voir sur le site de la Pizzeria Anarchia).

(*) dirigée par Avner Motaev et Nery Alaev, membres influents de la communauté juive de Boukhara installée à Vienne, cette société est connue pour son rôle de vautour (« requin » en VO) dans le secteur immobilier. Un article paru dans l’hebdomadaire Falter (ci-dessous), décrit Avner Motaev  comme un Juif d’origine tadjik presque « considéré comme un saint » au sein de la communauté juive, qui offre des repas aux plus démunis lors des grandes fêtes juives et fait venir à ses frais des rabbins d’Israël pour des conférences, un tsadik presque… mais qui n’aime sans doute pas les pizzas.

Sources et compléments

21 août 2014 - Posted by | Autriche | , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. A voté !

    Bises.quelle histoire incroyable !
    Matou

    Commentaire par Falcou-Segal Mathilde | 21 août 2014 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :