Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Bilan de la campagne contre la circoncision forcée

Cologne, 7 mai 2014

Cologne, 7 mai 2014

Au bout de presque deux ans, le temps est venu de faire le point sur la campagne contre la circoncision forcée (Zwangsbeschneidung) à laquelle j’ai contribué. Cette campagne s’étant déroulée en France, en Allemagne et en Autriche, elle trouve naturellement sa place sur ce blog.

Le 7 mai 2012, pour la première fois, un tribunal allemand a condamné la circoncision d’un enfant de quatre ans, arrivé aux urgences suite à une hémorragie, une des complications les plus  fréquentes après une circoncision en milieu hospitalier (le taux de complications selon une récente étude longitudinale danoise est de 5,1% (1)). Après dix ans de réflexion sur le sujet, ce jugement et les réactions qu’il a suscitées, m’ont donné l’occasion de publier un premier texte sur rue 89 (18 475 vues, 315 commentaires) puis un second, en allemand, en page 3 du Wiener Zeitung. Dans les commentaires, une femme témoigne des problèmes qu’elle rencontre au bout d’une trentaine d’années avec son mari suite au phénomène de kératinisation du gland. Elle expose également les difficultés rencontrées à la naissance de leur fils, le père étant juif et souhaitant circoncire son fils. Ce commentaire était particulièrement émouvant car on comprend que de nombreuses personnes, peu habituées à témoigner en public, sont prêtes à faire état de graves complications, physiques ou psychiques, suite à la circoncision. Il est d’ailleurs particulièrement important que les femmes et les mères s’expriment sur le sujet… Le 13 octobre 2012 j’ai participé à une émission avec différents spécialistes du sujet, à la télévision autrichienne (cf. archive, l’émission est en ligne).

Le 12 décembre 2012, le Bundestag a adopté une loi autorisant la circoncision forcée des enfants et nourrissons. Pour satisfaire la communauté juive, n’importe qui a le droit d’amputer le prépuce du sexe des nouveau-nés jusqu’à l’âge de 6 mois (les Juifs pratiquent la circoncision au huitième jour), sans formation médicale. En revanche, pour les musulmans – qui pratiquent la circoncision des enfants bien que celle-ci ne soit pas mentionnée dans le Coran – la loi les contraint de circoncire en milieu médical (la circoncision est mentionnée dans les hadiths formant la sunna, le droit coutumier, cf. l’excellent texte de Mohamed Louizi sur le sujet). La loi fut votée par 434 députés, contre 100 voix contre et 46 abstentions. Le seul parti à avoir majoritairement rejeté cette loi est le parti de gauche (die Linke : 23% ‘pour’, 57% ‘contre’ et 20% d’abstention). En vertu d’un relativisme culturel excessif, les Verts ont voté pour (resp. 50%, 24%, 26%), cf. résultats détaillés. A l’occasion des débats autour de ce projet de loi, j’ai accordé le 4 décembre 2012 un entretien filmé à la journaliste Teresa Arrieta, qui a été diffusé sur YouTube et commenté sur le site de l’association luttant contre les privilèges accordés aux religions (ici, je fais d’ailleurs partie du comité des personnalités soutenant cette association).

Suite au vote de cette loi, en janvier 2013, le professeur Matthias Franz, médecin spécialiste de maladies psychosomatiques, psychothérapeute et neurologue, m’a contacté pour participer au premier ouvrage en allemand traitant de la circoncision d’un point de vue scientifique. J’ai rendu ma contribution d’une vingtaine de pages, « la circoncision d’un point de vue juif et humaniste », en mai 2013, mais l’ouvrage collectif n’est sorti qu’en mars 2014 chez Vandenhoeck & Ruprecht, éditeur de renom depuis 1735 pour les travaux scientifiques. Mon article est en ligne.

A l’occasion de la sortie de ce livre, j’ai organisé une conférence de presse à l’université de Vienne, qui servait aussi de présentation d’ouvrage. Un journaliste du Wiener Zeitung en a rendu compte le 20 mai (ici). Un compte-rendu d’ouvrage est également en préparation. Le professeur Franz et moi-même avons chacun donné un entretien, filmé par Teresa Arrietta (cf. ici). Le 5 mai, j’ai publié une page sur le sujet dans l’hebdomadaire profil, l’équivalent autrichien du Nouvel Observateur (tirage à 100 000 exemplaires). Mon article est en ligne (ou en PDF), il est traduit en français ici.

Le 6 mai, l’association MOGIS qui regroupe des victimes d’agressions sexuelles a organisé à Cologne un symposium scientifique sur les mutilations sexuelles (compte-rendu). J’y ai présenté mes travaux (PPT). Le lendemain, une manifestation était organisée, deux ans jour pour jour après le jugement de Cologne. Pas moins de 25 organisations de médecins ou de défenseurs des Droits de l’Homme de sept pays et trois continents appelaient ce jour là à manifester dans de nombreuses grandes villes contre les mutilations sexuelles imposées aux enfants. Ce fut l’occasion d’une prise de parole devant la Cathédrale de Cologne (Kölner Dom), avec quelques autres militants (compte-rendu de la manif). Mohamed Louzi a fait devant le tribunal un très beau discours, disponible en français.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

depotLe 19 mai, une soirée sur la circoncision des garçons était organisée dans un centre culturel de Vienne, le « Depot » (archives). La salle était comble. Soirée tendue, j’ai pu voir comme il est difficile de tenir un discours rationnel face à deux personnes religieuses. Hava Mühlbacher-Gurion, représentant la communauté juive, n’a parlé que de sa sexualité (combien elle est heureuse de n’avoir connu que des hommes circoncis) et  Amer Albayati, fondateur de l’union des musulmans libéraux,  a expliqué que les complications n’existaient pas et que la circoncision renforçait le système immunitaire (qu’est-ce qu’il ne fallait pas entendre !). Alexia Weiss, du Wiener Zeitung, a plutôt bien résumé la soirée (ici). Ma présentation Powerpoint est en ligne.

Le combat n’est pas fini mais il y a eu quelques éclaircissements, les Lumières brillent encore.

Liens et références

(1) Thorup J, Thorup SC, Ifaoui IB., “Complication rate after circumcision in a paediatric surgical setting should not be neglected”. Dan Med J. 2013 Aug; 60(8):A4681. Voir aussi Alanis et al, Obstetr Gynecol Surv (2004) 59, 379-395 ; Fergusson et al., Pediatrics (1988) 81, 537-541 et Ceylan et al., J Ped Urol (2007) 3, 32-35, autant de références que je tiens à la disposition des lecteurs intéressés.

Charlie Hebdo en juillet 2012 à propos du jugement de Cologne, de Charb
Condamnation de la circoncision

Enfin une bonne nouvelle sur le front de la lutte contre la connerie! En Allemagne, le tribunal de grande instance de Cologne a estimé que circoncire un enfant pour des motifs religieux revenait à lui infliger une blessure. Si le jugement fait jurisprudence, tout parent qui fait circoncire son enfant pour plaire à Dieu pourra être condamné.

Le Conseil central des juifs d’Allemagne et le Conseil de coordination des musulmans en Allemagne sont révoltés. Pour le porte-parole des musulmans, il est impensable qu’on criminalise des coutumes millénaires. Ah, ces fameux millénaires qui sont appelés à la rescousse par tous les crétins de la Terre! Ce n’est pas à la raison, à la justice ou à la société de valider ou non telle pratique, mais au temps. L’habitude, plus forte que la loi… Et la coutume d’exciser les petites filles, elle n’est pas millénaire?

Dans son jugement, le tribunal a estimé que «le corps de l’enfant était modifié durablement et de manière irréparable par la circoncision» et que «cette modification est contraire à l’intérêt de l’enfant qui doit décider plus tard par lui-même de son appartenance religieuse». En France, on interdit à des adultes responsables de sortir dans la rue déguisés en Fantômas, mais il est permis de charcuter un gamin pour imprimer dans sa chair son appartenance à une religion qu’il n’a pas choisie. On est jaloux. Pourquoi notre République laïque est-elle à la traîne sur ce sujet? Parce que l’amputation du prépuce n’est pas un signe ostentatoire tant qu’on ne se balade pas à poil? Des parents de culte animiste ont-ils le droit de demander à un médecin de scarifier leur enfant? Quel médecin accepterait de faire une telle chose?

Le président du Conseil central des juifs d’Allemagne estime, quant à lui, que le jugement de Cologne est une atteinte à la liberté religieuse. La liberté religieuse des parents, sans doute… Quelle liberté religieuse pour l’enfant qu’on marque de manière indélébile comme juif, comme musulman ou comme n’importe quoi d’autre?

On dira que, dans de nombreux pays du monde, la circoncision est massivement pratiquée sur les enfants pour des raisons «d’hygiène». La circoncision n’est finalement que très rarement pratiquée pour des raisons médicales. Quelle différence y a-t-il donc entre le petit juif ou musulman circoncis pour des raisons religieuses et l’enfant que les parents circoncisent parce qu’ils pensent que c’est plus hygiénique? Physiquement, le résultat est le même. Oui. Mais, psychologiquement, ce n’est pas la même chose. Lorsqu’on vous rabâche que votre bout de zob en moins est le signe de votre lien particulier avec Dieu et avec ceux qui y croient, ça change tout.

Et les catholiques allemands, et les protestants allemands, ils en pensent quoi, du jugement de Cologne? Pour les représentants des deux cultes, il s’agit également d’une atteinte à la liberté religieuse.

On comprend que les catholiques n’aient pas envie qu’un jour on leur interdise de baptiser des bébés au motif que c’est à eux de décider une fois adultes de leur appartenance religieuse. Quant aux protestants, qui généralement attendent que l’enfant soit en âge de comprendre ce que représente le baptême pour le lui proposer, on suppose qu’ils condamnent le jugement de Cologne par solidarité. Les membres du lobby du Sacré, qui est un lobby comme les autres, se serrent les coudes.

Oui à la liberté de conscience en toute conscience. S’il est facile de couper le prépuce, il est plus difficile de le recoudre. Et il faudrait certainement un miracle pour qu’il repousse…

Charlie Hebdo le 21 juillet 2011
Hécatombe chez les prépuces, par Antonio Fischetti

Plusieurs pays africains sont en train de développer des campagnes de circoncision à grande échelle. Certains y voient la panacée pour lutter contre le sida. Pour d’autres — mais qui peinent à se faire entendre —, ce n’est qu’un leurre, et de surcroît dangereux.

Tous les jours, des dizaines d’Africains disent adieu à leur prépuce. Pas par religion ou tradition, mais dans l’espoir d’être protégés contre le sida. Ils se rendent dans un centre médicalisé (quand ce n’est pas chez le boucher), et, en une dizaine de minutes, hop! c’est fait. Ils sont déjà des dizaines de milliers à avoir franchi le pas, au Kenya, en Ouganda, au Zimbabwe… Et ce n’est que le début.
L’Afrique du Sud compte circoncire 2,5 millions d’hommes d’ici à 2014. Elle vient même de lancer des compagnes de circoncision des détenus dans les prisons. Les volontaires seraient tellement nombreux que le ministre de la Santé de la province du KwaZulu-Natal se déclare «débordé».
Encore mieux, toujours en Afrique du Sud. En guise de promotion de la circoncision, les organisateurs de la traditionnelle «Cérémonie des premiers fruits», qui s’est déroulée au mois de décembre, ont décidé de n’accepter que les hommes circoncis à la fête! Je n’ai pas réussi à savoir si les 10000 participants ont vraiment montré leur bite à l’entrée.

Latex et bistouri

Tout a commencé en 2008, après que des études ont conclu que la circoncision réduisait de moitié les risques de contamination par le VIH. En première ligne de ces travaux, le chercheur de l’Inserm Bertran Auvert. Scientifiquement, le phénomène s’explique par le fait que le prépuce contient des cellules qui servent de porte d’entrée au virus. Supprimez le prépuce, vous réduisez les risques de transmission. Depuis ces résultats, les campagnes de circoncision en Afrique ont obtenu de nombreux soutiens, qui vont de l’Organisation mondiale de la santé à la Fondation Bill Gates, en passant par des organisations israéliennes de promotion de la circoncision… Si la circoncision réduit vraiment les risques de contamination, rien à redire. Le problème, c’est que ça devient moins sûr dès qu’on creuse un peu.
Pour commencer, il faut préciser que la circoncision masculine ne protège absolument pas les femmes contre le sida. Ce qui relativise déjà son impact. Pour ce qui est des hommes, personne ne conteste la division par deux des risques de contamination. Mais, et c’est important : à court terme. Ce qui est contesté, c’est l’efficacité à long terme de la circoncision. Pour prendre une image, imaginez la roulette russe. Si vous mettez deux balles dans le barillet au lieu de quatre, vous avez deux fois moins de chances de mourir en appuyant une fois sur la gâchette. Mais si vous tirez sans cesse à longueur de journée, vous finirez par prendre une balle. En langage plus scientifique : une réduction des risques à court terme devient inefficace à long terme, au fur et à mesure qu’augmente l’exposition au risque. D’ailleurs, plusieurs recherches ont montré qu’il n’y a pas moins de sida dans les pays où les hommes sont traditionnellement circoncis que dans ceux où ils ne le sont pas (en mettant de côté les mœurs : le sida voyage moins dans les pays musulmans, où les braguettes sont fermées à double tour, mais ce n’est pas grâce à la circoncision).

Circoncision: une capote percée

Surtout, la circoncision brouille le message sur la capote. La circoncision est efficace à 50%, la capote à 100%. Dans les pays qui circoncisent, les médecins doivent donc dire: «Faites-vous circoncire, mais mettez quand même un préservatif.» Vous croyez que les types vont faire ça? Évidemment, non. S’ils optent pour le coup de bistouri, c’est parce qu’ils se croient protégés à faible coût, pas pour acheter des capotes hors de prix (dans beaucoup de pays africains, une boîte coûte une journée de salaire — et encore, pour ceux qui travaillent).
Quelques voix s’élèvent donc contre les campagnes de circoncision massive. Pas en France, certes. Mais aux États-Unis, on trouve des associations de médecins opposés à la circoncision1. En Afrique du Sud, le combat est mené par l’organisation Nocir. Pour son codirecteur, Shelton Kaye, la circoncision n’est que poudre aux yeux servant à «montrer que quelque chose est fait pour stopper le sida». Il a même écrit une lettre ouverte au département de la santé de l’État du KwaZulu-Natal pour expliquer que «tout ce qui affaiblit le message sur le port du préservatif devrait être fortement découragé». Mais qui écoute Shelton Kaye? En Afrique du Sud comme ailleurs, quasiment personne.
S’engager dans des campagnes de circoncision à grande échelle revient pourtant — de fait — à abandonner la seule vraie méthode efficace: la diffusion massive de capotes gratuites. Mais il est vrai que ça coûte plus cher.

24 mai 2014 - Posted by | Uncategorized | , , , ,

9 commentaires »

  1. Sacré combat en étapes pour lequel on devine d’autres rebondissements..
    Mathilde

    Commentaire par Falcou-Segal Mathilde | 25 mai 2014 | Répondre

  2. Vous êtes beaucoup plus modérés quand vous parlez de la religion juive que quand vous parlez des curés.

    C’est une impression ou vous detestez specialement les cathos ?

    Commentaire par olivier orsel | 26 mai 2014 | Répondre

    • Les cathos ne mutilent pas leurs propres enfants au nom d’une doctrine …

      Commentaire par Jeanne | 28 mai 2014 | Répondre

  3. Tres courageux, et sans connaitre Jerome auparavant, je pensais d abord « aha un autre antisemite » pour y apprendre que ce n etait pas la verité entiere.

    Sois sur de mon accord, Jerome: sans etre antisemite du tout, je trouve qu il est ridicule et contre aucune dignite humaine, d avoir commis une blessure intentionnee a tout petit garcon et ensuite l appeler un rituel essentiel de la religion …

    par contre, j en suis egalement contre les baptemes aux bébés comme il est « normal » aux catholes (et c est la raison pour laquelle je ne suis plus cathole moi meme: je suis devenu pere spirituel atheiste, voir p.ex. http://atheistische-religionsgesellschaft.at a Vienne)

    (et pour en faire promo: ils nous manquent encore a peu pres 100 signatures/membres — aucuns frais ni cotisations – pour nous enregistrer comme communaute religieuse atheiste, et ensuite 16.000 pour etre reconnus comme eglise atheiste officielle)

    Commentaire par Dieter Blasl | 4 juin 2014 | Répondre

  4. La circoncision forcée est certes scandaleuse, il ne faut pas généraliser ce discours à la circoncision en tant que telle pour autant.

    Si je dis cela, c’est que lors de ma circoncision (eh oui, je suis circoncis!), on m’a fortement dissuadé de faire machine arrière, paradoxalement de façon aussi dogmatique que ceux qui défendent cette pratique au non de la tradition religieuse.

    Pour la petite histoire, je suis circoncis ‘volontaire’ depuis l’âge de 19 ans pour des raisons de santé, mon frein étant à la base trop fragile et trop court, ce qui entrainaient de graves gênes. Ayant connu la sexualité avant et après prépuce, je puis affirmer que la perte de plaisir avancée par les détracteurs de la circoncision n’est pas avérée, du moins pas dans mon cas; le problème, par ailleurs, c’est que la plupart des gens étant circoncis de naissance ou gardant leur prépuce jusqu’à leur mort, peu peuvent en témoigner.

    Toujours est-il qu’on m’a traité de barbare, qu’on a voulu m’empêcher de le faire et qu’on a voulu me foutre les jetons. Mon opération s’est bien passée, et je ne regrette absolument pas mon geste. Pourtant, quand cela survient dans les débats, on me voit comme un sauvage qui a mutilé son corps, séparant le prépuce ô combien sacré du reste, alors que ma décision a été réfléchie (et c’est difficile lorsqu’on ne peut pas vraiment en parler a qui que ce soit et que tenter une discussion sur un forum conduit aux insultes) et mon geste a au final été aussi bien jugé nécessaire par moi que par mon urologue.
    Par ailleurs, j’ai appris après cout que mon père et mon grand-père ont eu des problèmes similaires conduisant à une circoncision également, et un circoncision à l’aube de ma jeunesse m’aurait prévenu d’un tas de problème durant l’adolescence.

    Alors, vous méprenez pas, je suis pas pour qu’on coupe des morceaux de chair à qui que ce soit ô nom d’un dieu quel qu’il soit – au contraire, c’est vraiment débile selon moi – mais il ne faut pas tomber dans l’extrême contraire au nom ‘du bon sens’ en prônant son interdiction, car la circoncision ne relève pas toujours d’un fait religieux à décrier. D’ailleurs, ironie du sort, la sacralité du corps est dans certains courants religieux adamiques très important (pas de perfusion, pas de tatouage, ne touchez pas a l’œuvre de dieu!) et j’ai l’impression d’avoir parfois des témoins de Jéhovah plutôt que des laïcs.

    L’article est clair de sens dans le titre par ailleurs (circoncision forcée), cependant, j’ai appris à faire de la prévention! Ce genre de débat attire les extrémistes de tout bord…

    Commentaire par Linguisticae | 27 juin 2014 | Répondre

    • Un grand merci pour ce témoignage. Il va de soi que chacun est libre de faire ce qu’il veut avec son corps lorsqu’il est majeur et que dans bien des cas (problème de phimosis pathologique et non physiologique, problème de frenulum…), la circoncision s’impose (même avant l’âge adulte). Je suis très content de lire que vous êtes satisfait de votre opération et je ne vois pas vraiment d’objection dans votre commentaire. Pour votre information, il existe des études sur les immigrés russes en Israël, qui ont connu une sexualité avant/après et se sont fait circoncire pour des raisons religieuses à leur arrivée en Israël. Cf. http://www.haaretz.com/weekend/magazine/even-in-israel-more-and-more-parents-choose-not-to-circumcise-their-sons-1.436421
      avec ce témoignage : « Yuri does not recall the event as traumatic. He went back to having sex with his girlfriend, but then realized that “the feeling in the sexual contact was affected, it was wrecked. There was a great deal less sensitivity and I needed a higher level of stimulation to reach erection. »

      Commentaire par segalavienne | 27 juin 2014 | Répondre

  5. Lorsque le sujet de la circoncision est abordé, les liens entre circoncision et tradition sont souvent avancés ou commentés. Pour ceux qui s’intéressent à la pratique de la circoncision dans certaines communautés traditionnelles contemporaines, je signale le site internet sud-africain suivant: http://ulwaluko.co.za/

    Commentaire par Hugues Bedouelle | 10 juillet 2014 | Répondre

    • est ce que ca veut dire que tu vas laisser tomber le sujet? serait dommage, je trouve, esp. apres la jurisdiction courageante de ca. 2012 (qu il s agit en fait d une brutalité et blessure corporelle) et esp. puisque cette jurisdiction etait supprimé sur pression enorme religieuse et politique.

      Commentaire par Gast | 13 juillet 2014 | Répondre

      • « Bilan de campagne » était mal choisi, c’était plutôt un rapport d’étape🙂

        Commentaire par segalavienne | 13 juillet 2014


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :