Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

L’Union européenne ? Un « conglomérat de nègres » !

Mölzer-Marion-MLP-pt

H.-C. Strache, M. Maréchal-Le Pen et A. Mölzer (premier plan), le 15 novembre 2013 à Vienne

 

L’Union européenne serait une « dictature » à côté de la laquelle le « Troisième Reich serait probablement informel et libéral ». La Commission européenne devrait se demander si elle n’est pas devenue « un conglomérat de nègres » aux mains d’une « bande de lobbyistes ». Tels sont les propos rendus publics le 21 mars et tenus le mois précédent par Andreas Mölzer, député européen du FPÖ, le principal parti d’extrême droite en Autriche. A ce jour, M. Mölzer est en outre tête de liste aux prochaines élections européennes. Interrogé sur ces extraits, il a commencé par nier les propos mais une fois l’enregistrement écouté il a estimé qu’il s’agissait d’une « défaillance linguistique » de sa part et a fini par s’excuser. Lors d’une conférence de presse agitée, le mardi 25 mars au matin, le chef du parti, Heinz-Christian Strache, a estimé que l’affaire était close et que M. Mölzer devait rester à la tête de la liste de son parti. Selon lui le député ne voulait que critiquer la folie régulatrice de la Commission européenne.
Les propos de M. Mölzer ont été tenus pendant la soirée du 18 février au Palais Epstein, annexe du Parlement. Il s’agissait de la présentation d’un livre de Barbara Rosenkranz, candidate du FPÖ aux élections présidentielles de 2010. C’est elle qui expliquait qu’elle ne pouvait pas se prononcer sur l’existence des chambres à gaz puisqu’elle n’avait, comme beaucoup de ses compatriotes que le bagage classique reçu à l’école entre 1964 et 1976. Ce soir-là on trouvait aux côtés de M. Mölzer et Mme Rosenkranz, Wolfgang Dvorak-Stocker (éditeur proche des milieux négationnistes) et Lothar Höbelt, historien de l’université de Vienne proche du FPÖ.
Dernier point (relevé nulle part à ma connaissance), le journaliste qui a enregistré M. Mölzer le 18 février est un journaliste allemand qui travaille pour le Süddeutsche Zeitung. Comment expliquer le fait qu’aucun journaliste autrichien n’ait signalé l’énormité des propos ? Il en allait de même en 2009 lorsqu’un graffiti antisémite présent depuis des mois était découvert sur le monument à la mémoire des pères fondateurs de la Première république autrichienne (cf. ce billet). Heureusement que l’Autriche héberge quelques étrangers !

Sources et compléments

Publicités

26 mars 2014 - Posted by | Extrême droite, France, Uncategorized | , , ,

10 commentaires »

  1. En extrayant deux mots de son contexte, on peut faire dire tout et son contraire à n’importe qui.

    Et puis le mot « nègre » n’est pas prohibé. Si ?
    « Travailler comme un nègre », en littérature « avoir un nègre »…

    Il a surtout voulu dénoncer l’influence des lobbys au sien de l’UE.
    José Bové qui n’est pas beaucoup d’extrême droite, publie « Hold-Up à Bruxelles » où il détaille ce que Mr. Mölzer dénonce.

    Commentaire par Olivier Orsel | 27 mars 2014 | Réponse

    • Ce commentaire se passe de commentaire ! Je l’ai « approuvé » pour laisser M. Orsel s’exprimer, mais j’ai hésité car il faudrait lui expliquer pas mal de choses et ça prend du temps pour un résultat que je crains médiocre !

      Commentaire par segalavienne | 27 mars 2014 | Réponse

  2. Il suffit d’expliquer que « Neger » en allemand est aujourd’hui l’équivalent de bougnoule en français (du point de vue exclusivement linguistique, bien sûr).
    Je dis aujourd’hui, car dans mon enfance, le mot n’était pas encore stigmatisé. Dans le Duden de 1963, t. 7 (Herkunftswörterbuch), on lit: « Die in dt. Texten seit dem 17. Jh. bezeugte […] Bezeichnung für die Angehörigen der schwarzen Rasse ist aus gleichbedeutend frz. nègre entlehnt, das seinerseits auf lat. niger « schwarz » zurückgeht […]. Seit dem 19. Jh. begegnet bei uns gelegentlich auch die stets verächtlich gemeinte Bezeichnung Nigger ». Dans le Duden de 1970, t. 10 (Bedeutungswörterbuch), on lit : « Mensch von dunkler Hautfarbe mit krausem Haar ». Plus tard, le politiquement correct a cru bon de « prohiber » le mot, comme dit M. Orsel ; de nos jours, plus personne n’a le droit de l’utiliser sans passer pour un raciste. Mölzer joue bien sûr sur tout cela, il est assez intelligent pour bien connaître la signification des mots.
    Quant au reste, la comparaison avec le IIIe Reich, chacun en jugera du bien-fondé…

    Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 27 mars 2014 | Réponse

  3. On s’est indigné à cause du mot « Neger », mais le choix du mot Konglomerat est également intéressant. Voir « Mein Kampf » : « Widerwärtig war mir das Rassenkonglomerat, das die Reichshauptstadt zeigte, widerwärtig dieses ganze Völkergemisch von Tschechen, Polen, Ungarn, Ruthenen, Serben und Kroaten, usw., zwischen allem aber als ewiger Spaltpilz der Menschheit – Juden und wieder Juden. Mir erschien die Riesenstadt als die Verkörperung der Blutschande. »

    Commentaire par M. Gerhardt Stenger | 28 mars 2014 | Réponse

    • Merci, c’est très précieux !

      Commentaire par segalavienne | 28 mars 2014 | Réponse

    • C’est ridicule. Tous les mots utilisés par Hitler ne sont pas à bannir de la langue allemande !
      Cela mérite bien un point Godwin.

      Commentaire par Olivier Orsel | 3 avril 2014 | Réponse

      • Il y a mots et mots !

        Commentaire par segalavienne | 3 avril 2014

      • Là, je vous soupçonne d’être un peu de mauvaise foi. Le mot Konglomerat n’est évidemment pas proscrit, et d’ailleurs je déteste cordialement la mode du politiquement correct (le Binnen-I en allemand par exemple, qui mériterait bien un commentaire de notre ami Jérôme). Je voulais dire tout simplement que de manière générale, il y a des mots ou des phrases qui prennent une certaine signification quand ils sont employés par certaines personnes. Dont peut-être Konglomerat, mais je peux me tromper.

        Commentaire par Gerhardt Stenger | 3 avril 2014

  4. M. Olivier Orsel est toujours la pour défendre ses amis aux idées qui sentent si bon 🙂

    Commentaire par Anonyme | 8 avril 2014 | Réponse

    • Les idées n’ont pas d’odeur.

      Gardez vos leçons de morales bien-pensantes

      Commentaire par Anonyme | 10 avril 2014 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :