Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Deux projets de recyclage originaux en Autriche

OLYMPUS DIGITAL CAMERAL’écologie joue un rôle important en Autriche et au niveau politique, ce thème n’est pas exclusivement porté par les Verts. Rappelons que depuis le référendum de 1978 le pays a décidé de se passer du nucléaire. Aujourd’hui, pour sa production d’électricité, la république alpine utilise essentiellement l’hydroélectricité (57%) mais aussi la biomasse et les déchets (8%) et même l’éolien (3%).

Le recyclage est un enjeu de taille et deux projets s’adressant à l’ensemble de la population méritent d’être mentionnés. D’abord, le visiteur de la capitale autrichienne sera peut-être surpris de voir parfois le matin, devant les immeubles, des boîtes en cartons remplies d’emballages vides de boissons (type Tetra Pak). Ce sont des « Ökobox » du nom de ce projet existant depuis 1991 et permettant par un système de collectes bimensuelles de récupérer directement chez les consommateurs leurs emballages vides (tous les bureaux de poste du pays participent au projet, on peut aussi y déposer ses « Ökobox »). Chaque emballage comprend 70 à 80% de cellulose, recyclée après séparation du polyéthylène et de l’aluminium. A Graz-Liebenau, au Vorarlberg, en Carinthie et au Tyrol, ce sont des entreprises spécialisées dans la réinsertion de personnes en difficultés qui prennent en charge la collecte, apportant une dimension sociale importante au projet. Dans tout le pays, environ 8000 tonnes d’emballages sont ainsi recyclés chaque année et autant brûlés pour fournir de l’énergie (statistiques).

tuetenL’autre projet, c’est le « Wundertüte », littéralement « sac miracle » déposé depuis 2005 dans tous les foyers autrichiens, invitant les habitants à déposer dedans leurs anciens téléphones portables. On estime que 6 à 10 millions de téléphones portables, vieux d’en moyenne 5 ans, dorment dans les tiroirs (l’Autriche compte 8,5 millions d’habitants). En 2013, 431 000 téléphones ont ainsi été récupérés. Pour chaque téléphone déposé, la radio qui organise la collecte (Ö3) s’engage à donner trois euros à une association caritative si le téléphone fonctionne encore, 50 cents sinon. Un concours est organisé entre les écoles (les 141 élèves de l’école professionnelle d’Erla, en Basse-Autriche, ont ainsi collecté 2264 téléphones !). Derrière cette bonne action, il y a bien sûr un intérêt commercial car les téléphones sont vendus par lots aux enchères et finissent en Chine ou ailleurs en Asie. L’Autriche évite ainsi que le cadmium se répande dans sa belle nature, mais les téléphones finissent en général leur vie en Afrique, dans des décharges sauvages où des enfants ou adolescents tentent de récupérer du cuivre ou de l’or (cf. cette vidéo). Comme avec le don de sang, la « bonne action » se retrouve au cœur d’un commerce florissant, mais ce n’est pas une raison pour ne pas donner son sang ni refuser de recycler ses emballages de boisson ou ses téléphones. Le recyclage des téléphones montre aussi qu’il est nécessaire de repenser notre mode de consommation, le marketing nous poussant à changer souvent de téléphone, de télé etc.

Source et complément : Y. Gülüm, „Das Geschäft mit der Wundertüte“, dastandard.at

11 mars 2014 - Posted by | Autriche | , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :