Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Horreur absolue, catastrophe nationale en Autriche

Doktortitel1-ptHeute, le journal gratuit que l’on trouve en semaine dans le métro et autres lieux publics, est à Vienne le journal le plus lu, avec un taux d’atteinte de la population exceptionnel de 41,7% contre 30,9% pour la Kronen Zeitung (derniers chiffres officiels de décembre 2013). Cela signifie que près de 40% des Viennois lisent au moins quelques articles de ce quotidien. Or, comme on peut le lire ci-contre, un cri d’alarme a été lancé ce jour : « Panne d’ordinateur : des milliers de titres de docteur effacés ! ». En caractères plus petit, non moins inquiétants cependant : « Des victimes dans toute l’Autriche ». De quoi se rendre rapidement en p. 10 !Et oui, en Autriche, dès qu’on a un diplôme (licence, ingénieur, maîtrise, dentiste , thèse etc.) on change ses documents d’identité pour faire précéder son patronyme de « BA », « B.phil . », « BArch » ou encore « BEng » ou « BEd » dans le cas d’une licence, « MA », « LLMoec », « MScMF » etc. pour une maîtrise et ainsi de suite pour les titres académiques. Mais ne croyez pas que les policiers soient frustrés, ils peuvent être « BezInsp », « Lt », « Obstlt » etc. s’ils sont respectivement Inspecteur d’arrondissement, lieutenant ou lieutenant-colonel ! Dans la justice, un procureur porte le titre de « StA » etc. (voir la liste officielle des titres)

Doktortitel2

En page intérieure, le drame est décrit avec force détails : de nombreux Akademiker (porteurs de titres académiques, universitaires en général), vont recevoir une lettre leur demandant de prouver à nouveau qu’ils sont bien en droit de porter les titres qu’ils ont fièrement affiché sur leur sonnette, et qui figurent aussi sur leur permis de conduire, leur carte de crédit, carte de sécurité sociale etc. Un drame vous dis-je !

A lire sur ce blog : « Une démocratie gangrenée par les tabloïds » et surtout « La folie des titres » (très lu depuis sept. 2011, premier résultat sous Google avec « la folie des titres » !).

13 février 2014 - Posted by | Autriche | ,

8 commentaires »

  1. Bonsoir

    Je vous trouve très critique face à l’Autriche. Vous n’essayez pas de les comprendre mais vous êtes juste dans une démarche de critique de ce qui est différent de la France.
    Bref vous vous comportez exactement comme ne l’aime pas les étrangers qui nous reproche orgueil et prétention.

    N’oubliez pas que c’est ce pays qui vous accueille et vous fait vivre.

    Bien cordialement
    Oo

    Commentaire par olivier orsel | 13 février 2014 | Répondre

    • Mais non, je suis aussi parfois laudateur (écologie, politique vis à vis des Roms, qualité de vie, géothermie…) mais pour le reste, « qui aime bien châtie bien » et avec mes très modestes moyens je tente d’aider ce beau pays à être encore mieux.

      Commentaire par segalavienne | 13 février 2014 | Répondre

  2. Bonjour,
    Je me suis aussi très souvent posé la question, me demandant pourquoi Mr Segal était encore en Autriche, dans ce pays si horrible de nazis, fachos, idiots, et j’en passe et des meilleures….
    Une critique constructive est effectivement une aide possible à l’amélioration, mais bien souvent (pour rester objectif et ne pas dire toujours) je ne vois dans ce blog qu’une critique perpétuelle de tout ce qui fait l’Autriche sans analyse aucune….
    Comme si on ne pouvait juger, analyser l’Autriche qu’en blanc ou noir…sachant bien sûr que dans la vision que vous « bloggez » de l’Autriche tout y est négatif….
    C’est dommage pour un universitaire ayant la chance de collaborer dans un institut autrichien de propager uniquement ce qui transparait comme une haine de son pays d’accueil.
    Je me suis permis de montrer ce blog à des autrichiens (ayant une vision de la « politique/ de la vie » très différente de la mienne)…et même eux ils ont été choqués.
    La limite entre critique et provocation/calomnie est souvent bien mince……La provocation ne crééant néanmoins que des positions plus ancrées en face en réaction au lien de chercher le lien et la main tendue ou de favoriser une compréhension mutuelle…et cela vaut pour beacoup de choses.

    Ici par exemple: la grande majorité des autrichiens ne peut s’empêcher de « schmunzeln » quand il voit des « mag.mag.mag.dr.dr.dr. » et rigole même franchement quand ils lisent ce genre d’articles de « Heute ».

    Cordialement

    Commentaire par Marie.S. | 14 février 2014 | Répondre

    • Chère Marie,

      Je pense comme vous que ce blog donne une image pitoyable de l’Autriche qui n’a rien à voir avec sa douceur de vivre.
      Quelques rares articles louent la politique écologique et énergétique.
      Aucun article ne loue les autrichiens.

      C’est grave car cela ne peut qu’exalter la xénophobie, l’incompréhension et méfiance entre la France et l’Autriche.

      Dans un pays africain, on dirait que ce bloque est colonialiste avec des relents racistes.

      Bien cordialement
      OO

      Commentaire par olivier orsel | 18 février 2014 | Répondre

      • Il se trouve que j’ai vécu en Autriche jusqu’à l’âge de 37 ans, et je peux en tant que « gelernter Österreicher », comme on dit, souscrire à presque chaque phrase de Jérôme. Je n’avais alors qu’une envie : quitter ce pays, et j’ai réussi à le faire…
        Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais de très nombreux intellectuels comme Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek (pour n’en citer que les plus connus, quoi qu’on pense par ailleurs de leurs œuvres) critiquent ou ont critiqué l’Autriche d’une manière assez virulente, parfois exagéré, très souvent juste. Il y a un climat dans ce pays qui rend l’air parfois assez irrespirable ; tous ceux qui se réclament d’une société ouverte, tolérante, libérale, laïque ont vite fait de s’y sentir à l’étroit, ou du moins de s’étonner avec agacement des nombreux travers pointés par Jérôme. Il est vrai que si l’on adhère à des valeurs traditionalistes et catholiques, si l’on identifie une attitude tolérante au laisser-faire et qu’on se sente foncièrement conservateur avec un goût prononcé pour le respect inconditionnel de l’autorité – et il n’y a pas de mal à cela -, on peut s’y sentir très à l’aise.
        Il existe évidemment une douceur de vivre incomparable en Autriche, on y rencontre fréquemment des gens ouverts, tolérants, très sympathiques, etc. Cela va tellement de soi qu’il n’est pas nécessaire de le souligner me semble-t-il. Cela n’empêche pas d’avoir de temps à autre des hauts-le-cœur, ne serait-ce qu’en étant confronté chaque jour que Dieu fait à l’omniprésence de la presse de caniveau avidement engloutie par trois Autrichiens sur quatre. (Qui n’a jamais lu la Kronen Zeitung pendant un mois sans interruption ne sait pas de quoi je parle.) La presse de caniveau existe bien sûr ailleurs aussi, mais imagine-t-on nos politiques français faire des courbettes devant les journalistes de Closer ou de Détective ? En Autriche, c’est la presse de caniveau qui gouverne les mentalités, qui donne le la, et aucun homme politique ne pourra jamais s’y opposer sans dommages collatéraux pour sa carrière (excepté bien sûr les Verts, mais de toute façon, et ceci explique en partie cela, ils ne rassemblent derrière eux que ceux qui adoptent une attitude critique par rapport à la presse de caniveau).
        La France est en train de découvrir à son tour les délices du conservatisme réactionnaire… Qui l’eût cru ? Pour une fois, l’Autriche semble avoir vraiment joué le rôle du précurseur (« Vorreiterrolle ») dont elle rêve tant.

        Commentaire par M. Stenger Gerhardt | 18 février 2014

      • « Cela va tellement de soi qu’il n’est pas nécessaire de le souligner me semble-t-il »

        Non justement.
        Si on lit ce blog, on croit que tous les autrichiens sont des affreux nazis, butés et violents.
        Alors qu’ils sont pondérés, modérés, ont le sens du compromis et du dialogue.

        Son auteur déteste visiblement les autrichiens, c’est pour cela qu’on peut légitimement le suspecter de raciste.

        La France a une presse moribonde qui ne vit que par les subventions publiques et les cadeaux fiscaux fait aux journalistes. Les français ne lui font plus du tout confiance et détestent les journalistes.

        La France n’est un plus un modèle pour quiconque et les français feraient mieux de regarder les étrangers avec moins de suffisance et d’orgueil.

        La société ouverte, tolérante, libérale, laïque est en ce moment irrespirable. Le gouvernement a réussi a diviser les français les uns contre les autres comme jamais ils ne l’ont été dans l’histoire.

        Si la vie est si dure en Autriche pourquoi Jêrome Segal y reste t-il et pourquoi le nombre de français ne cesse d’augmenter ?

        Je note par contre la cohérence de votre comportement.

        Commentaire par Olivier Orsel | 18 février 2014

  3. Je trouve que vous avez raison Jérôme de ne pas prendre très au sérieux cette nouvelle « alarmante » telle que la présente ce journal ou faudrait-il dire ce « canard »?? L’Autriche est même la risée des allemands quant à leur manie des titres universitaires, qui eux ne connaissent pas cel!😉 Bien à vous Dagmar

    Commentaire par carlotta25 | 14 février 2014 | Répondre

    • Ceux qui sont intolérants et racistes se moquent des différences culturelles.
      Les autres cherchent à les comprendre.

      Commentaire par Olivier Orsel | 25 février 2014 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :