Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Quand la tradition fait perdre la raison

KONSTITUIERENDE-SITZUNG-DES-NATIONALRATES-PRSIDIUM-pt

Grand sourire de connivence entre Norbert Hofer (FPÖ, ici à gauche) et la présidente du Parlement, Barbara Prammer (SPÖ)

En janvier 2012, lorsque Marine Le Pen s’était rendue au grand « Bal des fachos », j’avais signalé dans un article de rue89 que le deuxième vice-président du Parlement autrichien, Martin Graf, du parti d’extrême droite FPÖ, avait été élu avec les voix des sociaux-démocrates (SPÖ) et des chrétiens-conservateurs (ÖVP). Aucun texte ne l’exige mais c’est la tradition qui veut que les deux vice-présidents soient issus des partis arrivés en deuxième et troisième positions. De même, c’était par « tradition » que la présidente du Parlement, Barbara Prammer (SPÖ), avait approuvé la décoration d’Heinz-Christian Strache, qui devait recevoir les plus hautes distinctions honorifiques du pays, la « grande décoration en or avec étoile ». Suite aux dernières élections législatives (analysées ici), on a assisté à l’élection (à bulletin secret) au poste de président(e) et vice-président(e)s. Barbara Prammer a été réélue avec 83,5% des voix (183 députés). Karlheinz Kopf (ÖVP) a obtenu 141 des 178 suffrages exprimés (79%) et, pour le FPÖ, Norbert Hofer a été élu avec 118 voix (soit 66%). C’est encore plus que Martin Graf en 2008. Au moins, en 2008, pour la forme et surtout l’honneur, les Verts avaient présenté un candidat. Ils sont de loin les plus conséquents dans la lutte contre l’extrême droite. Cette fois-ci, malheureusement, ils n’ont pas eu ce (petit) geste de courage. Norbert Hofer a la réputation d’être modéré mais de rapides recherches montrent qu’en 2008 il se prononçait pour un référendum afin de voir s’il était possible d’abolir la loi qui interdit l’éloge du nazisme en Autriche.

Parmi les 40 députés d’extrême droite, 15 font partie des « schlagende Burschenschaften », ces corporations ou fraternités étudiantes pangermanistes clairement marquées à l’extrême droite et caractérisées par le fait qu’on y est admis après un duel à l’épée devant laisser une cicatrice au visage.38% des députés du FPÖ en font partie (contre un tiers dans la législature précédente).

Sources et compléments

2 novembre 2013 - Posted by | Autriche, Extrême droite | , , , ,

Un commentaire »

  1. Elle est très belle cette tradition de duel. Elle ne peut que developer de nobles qualités : courage, ténacité, mépris du risque, engagement….

    Je doute qu’elle soit toujours d’actualité.

    Commentaire par olivier orsel | 29 janvier 2014 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :