Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Quand l’hôpital collabore avec la ‘police des étrangers’

akh3-600x367-ptDeux histoires récentes ont jeté un trouble sur les hôpitaux viennois. A la mi-août, une jeune irakienne de 33 ans s’est rendue à l’hôpital général de Vienne (AKH, un des plus grands d’Europe) car, enceinte de cinq mois, elle ressentait de vives douleurs. La patiente étant sans sécurité sociale, l’AKH ne l’a pas gardée mais a mis en place, à distance, un accueil dans l’hôpital catholique Saint-Joseph (sur lequel j’ai déjà écrit, à propos de la médecine à deux vitesse). Seulement, pas d’ambulance, rien, la jeune femme devait aller à l’autre hôpital par ses propres moyens. Là-bas, suite à un « problème de communication », la patiente a dû partir et c’est dans un hôpital de Haute-Autriche qu’elle fut enfin acceptée… pour qu’on évacue de son utérus un bébé mort. Comme souvent, ce sont les commentaires à la fin des articles qui sont les plus inquiétants :

sous le pseudo Civiv33 on lit par exemple « typique. Rien foutre, faire des enfants et nous les contribuables on paye les factures !! » (Typisch. Nix arbeiten, Kinder produzieren und wir Steuerzahler begleichen die Rechnungen!!).

Ou encore « et qui paye son traitement ? Nous, les braves contrbuables ! Excusez-moi mais si je suis enceinte, je ne fais pas un si long voyage ! Apparemment son plan était d’avoir son enfant en Autriche pour ne pas pouvoir être expulsée ! » (und wer zahlt dann Ihre Behandlung? Wie, die braven Steuerzahler! Entschuldigung, aber wenn ich schwanger bin, nimm ich nicht so einen weiten weg auf mich! Anscheinend war ihr Plan, das Kind in Österreich zu bekommen, damit wir sie ja nicht abschieben können!).

Plus grave encore, samedi 7 septembre au soir, une Tchétchène de 18 ans est arrivée à l’AKH avec sa mère. Après s’être effondrée dans la rue, la jeune femme avait été déposée par les services de secours. Elle se plaignait de vives douleurs aux reins mais ne parlait pas allemand et n’avait pas de carte d’assurée sociale. Une écrivaine autrichienne d’origine russe, Julya Rabinowich, présente aux urgences à titre privé, a proposé ses services d’interprétariat. Les deux femmes étaient en chemin vers Traiskirchen, au sud de Vienne, où se situe le principal centre d’accueil des demandeurs d’asile. Apprenant cela, quelle fut la réaction des services de l’AKH ? Appeler la ‘police des étrangers’ (Fremdenpolizei) ! Aussitôt, la mère fut séparée de sa fille et emmenée par deux policiers au centre de rétention de Roßau, dans le neuvième arrondissement. Deux autres policiers sont restés en faction au chevet de la fille, complètement perdue et paniquée de voir sa mère arrêtée à l’hôpital. Une femme souffrante et dans le besoin, traitée comme une grande criminelle !

Julya Rabinowich a aussitôt consigné par écrit ce dont elle a été témoin, rédigeant un protocole. Sur Facebook(*), de nombreux militant-e-s (comme Susanne Scholl, spécialiste de la Russie qui s’est fendue d’une 201ème lettre aux autorités autrichiennes, ou Corinna Milborn) ont fait circuler l’information. Lundi 9, la presse a fait état de cette histoire. Du coup, pour cette fois, les deux femmes n’ont pas été expulsées et ont pu déposer une demande d’asile. Cela ne signifie en rien que leur demande sera acceptée car la Tchétchénie n’est considérée que comme une région de Russie. On est d’ailleurs toujours sans nouvelle des derniers Tchétchènes que l’Autriche a expulsés et les ONG craignent le pire.

(*) Comme quoi Facebook ne sert pas qu’à publier la photo de son chien ou de sa pizza !

Sources

Publicités

10 septembre 2013 - Posted by | Autriche | , , , ,

2 commentaires »

  1. des infos qui laissent un goût amer!
    c’est bien utile de le savoir….;

    Commentaire par jmlsegal@gmail.com | 12 septembre 2013 | Réponse

  2. en effet…plutot triste tout ça

    Commentaire par Martin | 24 septembre 2013 | Réponse


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :