Le petit flambeau

L'Autriche vue par un universitaire français…

Une démocratie gangrenée par les tabloïds

SEMC 3MP DSCLes tabloïds sont en Autriche au cœur de la vie politique, gangrenant la démocratie par un système complexe de corruption légalisée et d’interdépendance avec les pouvoirs publics. Ce blog contient déjà plusieurs entrées sur le Kronen Zeitung, surnommé le journal « faiseur de rois », ce quotidien qui est devenu au fil des années le plus lu de la planète, au regard du ratio entre le nombre de lecteurs et le nombre d’habitants du pays. Il est ici question du pouvoir de tous les tabloïds. Le principe est simple : les ministères, les administrations des grandes villes et autres structures publiques dépensent des fortunes pour des encarts publicitaires dans les trois principaux tabloïds que sont le Kronen Zeitung, Heute (gratuit que l’on trouve notamment dans le métro viennois) et Österreich, tabloïd plus récent, payant mais que l’on trouve aussi gratuitement. Dix fois moins peuplée que l’Allemagne, l’Autriche dépense à travers ses structures publiques plus d’argent pour ces encarts que son grand voisin. Par habitant, l’État allemand dépense 0,28 € et l’Etat autrichien 3,15 €, onze fois plus !

Une étude menée par des journalistes indépendants (disponible ici) a notamment porté sur les 1838 éditions du quotidien Heute, entre 2004 et 2011. Ce quotidien atteint 40% de la population autrichienne (contre 60% pour le Kronen Zeitung). Une page de publicité (ces fameux « encarts ») coûte la coquette somme de 22 000 € (contre 31 000 pour le Kronen Zeitung et 18 000 ou 19 000 pour, respectivement, les deux grands quotidiens nationaux que sont Die Presse, plutôt conservateur, et Der Standard, de centre gauche). Sur les 15 720 pages de publicité parues sur cette période, le meilleur annonceur, avec 2443 pages, est la ville de Vienne et les entreprises qu’elle dirige à travers la Wien Holding (qui gère l’immobilier, la culture avec par exemple les musées et des salles de concert, mais aussi les services et la logistique). Ces publicités représentent 29 millions dépensés en 7ans ½, soit 15 778 € par jour, rien que pour Heute !

Aujourd’hui, un tiers des revenus de ce quotidien provient de l’argent public. On imagine aisément que l’équipe rédactionnelle y réfléchira à deux reprises avant de publier un article trop critique sur la gestion de la ville de Vienne ! D’ailleurs, si en 2011 on pouvait se réjouir dans ces colonnes de l’ouverture au public de nombreuses données concernant le budget de la mairie de Vienne, les responsables du service gérant ces annonces n’ont pas souhaité divulguer les chiffres, officiellement car cela ne représente « aucun intérêt économique ».

Ce qui se passe au niveau de la capitale concerne aussi la plupart des ministères. Lors de sa première année en tant que chancelier, Werner Faymann a ainsi multiplié par 4,25 les dépenses de la chancellerie pour la publication d’encarts dans la presse. Il faut dire que M. Faymann était auparavant ministre des transports et qu’à ce titre une affaire liée à la publication d’encarts est encore en cours d’instruction. Même chose pour Nikolaus Berlakovich, actuel ministre de l’agriculture, dont la générosité à l’égard du journal de l’union des paysans a éveillé les soupçons du parquet.

Deux chambres très importantes en Autriche représentant respectivement les employeurs (la « Wirtschaftskammer », un peu l’équivalente du MEDEF en France) et les employés (« Arbeiterkammer »), jouent aussi un rôle important en appuyant les déclarations venant des chrétiens-démocrates de l’ÖVP ou des sociaux-démocrates du SPÖ. Si ces deux partis se partagent depuis 2008 le pouvoir au sein d’une « große Koalition », les élections législatives approchent (29 septembre) et il est impressionnant de voir comment les encarts suivent les déclarations. Début mai, le vice-chancelier et ministre du budget Michael Spindelegger, chef de l’ÖVP annonçait qu’il fallait selon lui baisser les impôts. Dès le lendemain on trouvait dans Heute une pleine page avec « les impôts menacent l’emploi », payée par la Wirtschaftskammer. Inversement, quelques jours plus tard, lorsque le chancelier Werner Faymann défend une politique sociale, l’Arbeiterkammer  publie un encart sur deux pages avec « emploi, bébé, formation » (Beruf, Baby, Bildung) ! Dans tous les cas c’est Heute qui s’enrichit et plus généralement la famille Dichand car tandis que Christoph, l’héritier du défunt magnat de la Krone, Hans Dichand, a repris le tabloïd de papa, c’est sa femme, Eva Dichand, qui dirige Heute ! Il y a d’ailleurs de nombreuses liaisons amoureuses et familiales entre les tabloïds et les ministères, comme l’illustre ce schéma.

Les liens entre politique et médias

Cliquez pour zoomer

Alexandra Föderl-Schmid, rédactrice en chef du Standard, reconnaît que cette situation d’interdépendance est malsaine et crée une autocensure. La justice enquête sur plusieurs affaires d’encarts (Inseraten Affären) mais le mal semble si profond, éminemment structurel, qu’on imagine difficilement des changements notables et rapides.

Sources et compléments

25 juin 2013 - Posted by | Autriche, Journalisme | , , , , , , ,

Un commentaire »

  1. Merci pour cet article. La qualité de ces journaux est scandaleuse – peut-être aussi une conséquence du népotisme assez développé qui règne malheureusement dans notre pays. Apparemment ces journaux emploient des gens qui sont complètement incompétents et qui ont trouvé un emploi dans ces maisons d’édition seulement par leurs bonnes relations.

    On pourrait écrire un livre sur toutes les mauvaises recherches et des erreurs commises par la rédaction de « Österreich » et de « Heute ». Ces erreurs ne sont pas des simples coquilles puisque les même fautes se répètent souvent et puis il y a aussi des fautes de savoir – dernièrement j’ai lu avec étonnement que Kiev se trouvait en Russie.

    Finalement je ne comprends pas pourquoi il est permis à ces journaux de déverser leur ordure dans le métro. Je voudrais bien savoir qui paie les gens qui ramassent toute la paperasse qui s’entasse dans les wagons et aussi dans les stations quotidiennement.

    Commentaire par david wahl | 29 juin 2013 | Répondre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :